AccueilArchive

Le premier discours du président Trump ne nous a pas rassurés

Le premier discours du président Trump ne nous a pas rassurés

Image :

Capture d’écran / Youtube

avatar

Par Cyrielle Bedu

Publié le

Le nouveau locataire de la Maison-Blanche a prêté serment. Et lors de son discours d’investiture il a fait comprendre, à ceux qui en doutaient encore, qu’il appliquerait bel et bien les mesures annoncées pendant sa campagne, même les plus populistes.

À voir aussi sur Konbini

Ce soir, Donald Trump et sa famille passeront leur première nuit à la Maison-Blanche. Cet après-midi, les Obama ont officiellement quitté la demeure présidentielle, affichant de grands sourires pour montrer qu’ils restaient positifs, en dépit de l’arrivée du Républicain au pouvoir. Par courtoisie, la nouvelle First Lady, Melania Trump, a offert un cadeau de la marque Tiffany à Michelle Obama… Mais ce geste s’est transformé malgré elle en moment gênant, personne ne sachant trop quoi faire dudit présent.

Sur Internet, le regard de Michelle Obama est déjà devenu un mème culte.

Chargement du twitt...

Alors qu’une faible pluie s’abattait sur Washington, et après que le Mormon Tabernacle Choir eut entonné un chant patriotique, sous le regard de sa famille, du couple Obama, des Bush, des Clinton et de milliers de sympathisants, Donald Trump a prêté serment.

À la suite de cela, comme le veut la tradition, le nouveau président a fait un discours. Dans celui-ci, il a martelé que, grâce à lui, l’Amérique retrouverait toute sa grandeur d’antan.

Nous ramènerons nos emplois, nos frontières, notre richesse et nos rêves

Il a également repris son discours anti-système et anti-élite, taclant Washington et son establishment :

“Ce qui compte le plus, ce n’est pas de savoir quel parti contrôle le gouvernement, mais d’être sûr que le gouvernement est contrôlé par le peuple. On se souviendra du 20 janvier 2017 comme du jour où le peuple est redevenu le chef de cette nation. […] Les hommes et femmes oubliés de ce pays, ne seront plus oubliés.

Chargement du twitt...

Mais Donald Trump a surtout fait comprendre que sa politique anti-immigration serait bien appliquée.

Chargement du twitt...

Allez, courage : plus que 3 ans, 11 mois, 30 jours…