Dès le 1er novembre, les consultations “complexes” chez le médecin coûteront plus cher

Dès le 1er novembre, les consultations “complexes” chez le médecin coûteront plus cher

photo de profil

Par Astrid Van Laer

Publié le

D’après le Journal Officiel, dès le 1er novembre prochain, le montant des consultations chez le médecin va changer. Les consultations seront désormais classées en plusieurs types, et le prix augmentera parallèlement à leur niveau de “complexité”. Cela peut par exemple affecter une personne atteinte de Parkinson comme un enfant obèse.

À voir aussi sur Konbini

Mardi 12 septembre, le Journal Officiel a publié une décision datant du 21 juin 2017, prise conjointement par le directeur général de l’Union nationale des caisses d’assurance maladie, le directeur général de la Caisse centrale de la mutualité sociale agricole ainsi que le directeur général de la Caisse nationale du régime social des indépendants, qui va changer le montant des futures consultations médicales. L’Union nationale des caisses d’assurance maladie (Uncam) désigne une instance créée en 2004 qui est en charge, notamment, de définir le champ des prestations admises au remboursement et de fixer le taux de prise en charge des soins.

Dès le 1er novembre, une consultation classique ne coûtera plus 23 mais 25 euros. Mais ce n’est pas tout : une classification des types de consultations a été réalisée selon leur niveau dit de complexité. Pour une consultation considérée comme “complexe”, comptez 46 euros. Il peut s’agir, comme le rappelle France Bleu, d'”enfants de 3 à 12 ans obèses ou qui présentent un risque avéré d’obésité, [de] nourrissons qui sortent de la maternité, ou encore [de] jeunes filles entre 15 et 18 ans qui souhaitent avoir accès à une contraception”.

60 euros pour une consultation très complexe

Quant à une consultation dite “très complexe”, il faudra débourser 60 euros. Par “très complexe”, on entend l’annonce d’un cancer ou encore l’annonce d’une malformation fœtale à une femme enceinte. Le Docteur Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des Médecins de France, a expliqué à France Info le raisonnement qui a conduit à cette classification :

“Les consultations très complexes sont des consultations heureusement rares qui concernent la préparation de greffes rénales, pour les insuffisants rénaux. Il faut annoncer à la personne donc c’est toujours très compliqué à faire. Il y a les consultations d’annonce de cancer, c’est toujours délicat. Il y a également des consultations pour les gynécologues pour les malformations fœtales. Ce sont des consultations longues et pénibles à annoncer. Donc, c’est une liste de consultations qui sont très complexes, très longues. La Sécurité sociale a reconnu cette spécificité !”

Néanmoins, comme le rappelle France Info, ces modifications dans la grille tarifaire n’affecteront pas le mode de remboursement de ces dernières. D’après L’Express, ces changements devraient coûter environ 870 millions d’euros à la Sécurité sociale.

À lire -> La ministre de la Santé veut augmenter le prix du paquet de cigarettes d’un euro par un