AccueilArchive

Que cherche Booba en créant OKLM.com, son site dénicheur de talents ?

Publié le

par François Oulac

Que cherche Booba en créant OKLM.com, son site dénicheur de talents ?

[OKLM] ça va être un gros média qui va réunir toutes les nouveautés musicales mais aussi culturelles […]. Que ce soit un humoriste de théâtre, un humoriste des halls, un sportif, un rappeur, un danseur, un cuistot, un jardinier, tant qu’il a du talent, le plus méritant sera mis en avant. Ce que personne ne fait, on va le faire à notre sauce comme il se doit. Izi !

On peut d’ores et déjà parier que cette nouvelle casquette d’agent artistique pourrait se révéler bien utile à Booba.

Business tout-terrain

Un pari risqué

À voir aussi sur Konbini

À la lumière de ces exemples américains, OKLM semble un investissement malin pour Booba. Mais le créneau qu’il entend occuper – la découverte de talents – est également un pari très risqué selon Virginie Berger, spécialiste du marketing digital. Interrogée par Konbini, elle rappelle les tentatives de NRJ, avec NRJ Studio, ou de Patrick Bruel avec AlloMusic, toutes deux soldées par un échec cuisant.
Sans compter la difficulté d’affronter le géant YouTube, souligne la communicante : pourquoi un jeune artiste posterait-il sa vidéo sur OKLM lorsqu’il peut le faire sur la plus grosse plateforme mondiale de découvertes musicales ? Idem pour l’humour et le sport, que B2O évoque aussi dans le teasing. Il n’y a qu’à voir le nombre de vues cumulées par le comique Cyprien ou la chaîne BeIN Sports pour comprendre que Booba aura du mal à concurrencer le titan rouge et blanc.
Alors quel intérêt, pour le rappeur de Boulbi, de miser sur ce créneau casse-gueule ? OKLM est avant tout un moyen pour Booba de soigner son image, analyse Virginie Berger :

Il se positionne en grand frère du rap. OKLM lui permet de mettre en avant une démarche positive : “J’aide les autres, je partage”, en opposition avec son image plutôt sulfureuse. C’est aussi un moyen de développer sa productivité.

“Il va falloir qu’il y ait une vraie promesse”

On se doute bien que le rappeur ne lance pas ce site dans un but purement philanthropique. On imagine que les artistes les plus talentueux pourront potentiellement se voir offrir un contrat sur une structure créée à cet effet. Pour les humoristes par exemple, Virginie Berger verrait bien Booba “partir dans la création d’un label de comiques style Jamel Comedy Club”. Avec, évidemment, des retombées financières pour un Booba devenu agent artistique. Les potentialités sont nombreuses.
Malgré la star power de Saddam Hauts-de-Seine, Virginie Berger soutient que le succès d’OKLM est soumis à conditions :

Je pense qu’au début ça va marcher. Booba a un discours anti-médias qui plaît et il se repose sur une base de fans très importante. Imaginez les gamins dans les quartiers, quand on leur dit que Booba lance son propre site ! Mais il va falloir qu’il y ait un tri entre les contenus intéressants et les déchets, une vraie promesse, une possibilité de partager sur les réseaux sociaux…

Tout cela reste à voir. En tout cas, un paquet de paramètres seront à réunir avant de pouvoir affirmer que Booba est notre Jay Z national.
Article publié le 3 décembre et mis à jour le 8 décembre 2014.