AccueilArchive

Ces jolies boîtes créatives vous remontent le moral en un clin d’œil

Ces jolies boîtes créatives vous remontent le moral en un clin d’œil

avatar

Par Amanda Adame

Publié le

Quand on a une dure journée, on ne sait plus si on a besoin de rire, de pleurer, de deux semaines de sommeil, d’un shot de tequila ou juste d’un câlin. Ne désespérez pas, nous avons la solution.

À voir aussi sur Konbini

Ce dont vous avez besoin, c’est une “Petit boîte de réconfort instantané” (“Instant Comfort Pocket Box”), de l’illustratrice néerlandaise Kim Welling.

Ces petites boîtes contiennent une jolie surprise, sous la forme d’une illustration et d’un message réconfortant, pour vous rappeler à quel point vous êtes merveilleux, lorsque vous en avez le plus besoin. Glissez-la juste dans une petite poche et jetez-y un œil quand vous aurez besoin d’être consolé.

Nous avons discuté avec Kim Welling de ses sources d’inspiration, de son processus créatif et de la façon dont elle a surmonté une rupture douloureuse grâce à cette idée lumineuse et rafraîchissante, qu’elle partage maintenant avec d’autres, aux quatre coins du monde.

Konbini | Comment avez-vous eu l’idée de ces petites boîtes ?

Kim Welling | En 2010, j’ai dû faire face à une rupture douloureuse avec mon copain de l’époque. Je me sentais vraiment abattue et je me suis dit : “Il me faut quelque chose pour m’en sortir.” À peu près à la même période, je suis tombée sur un numéro d’Uppercase Magazine, dans lequel un article parlait du “matchbox art”.

Par ailleurs, dès la sortie de mon école d’art, j’ai fait des panoramas miniatures pour m’amuser. Je me suis dit qu’une boîte d’allumettes serait le moyen parfait de combiner les deux : on peut la glisser dans une poche, et la sortir quand on a besoin d’être réconforté ou encouragé.

Parlez-nous de votre processus créatif : comment fabriquez-vous chacune de ces petites merveilles ?

D’abord, je recherche un animal ou une créature que j’ai envie de dessiner et j’imprime l’image. Puis, je commence à faire un croquis, de préférence avec un feutre noir fin ou un crayon gras. Je scanne ensuite le tout, je le passe sur mon ordinateur pour ajouter de la couleur et préparer la mise en place.

Quand le résultat me satisfait, j’imprime le tout séparément (le dessin, le fond, le texte) et je laisse ma machine à découper Silhouette Cameo faire son boulot. Jusqu’à récemment, je découpais tout à la main mais c’est devenu impossible, quand le nombre de commandes a augmenté, je me suis donc acheté cette incroyable machine à découper.

Comment choisissez-vous les illustrations et les phrases réconfortantes ?

Je fais d’abord l’illustration. Ensuite, tout dépend vraiment de l’animal, de la créature ou du personnage que j’ai envie de dessiner. J’ajoute le texte pour compléter le design. Parfois je refais des boîtes très demandées, comme celle du chat.

Je ne suis pas une passionnée des chats, mais j’ai reçu tant de demandes que j’ai dû y répondre. Maintenant, la boîte du chat est l’une de mes préférés ! Pour ce qui est du texte, je cherche simplement une phrase courte et efficace qui puisse toucher autant les anglophones que ceux qui ne le sont pas.

Pouvez-vous nous raconter quelques-unes de vos histoires favorites, à propos de clients qui ont reçu l’une de vos créations ?

De temps en temps, une histoire me touche vraiment. C’est incroyable de voir à quel point une si petite chose peut réconforter quelqu’un.

Cette femme, par exemple, qui allait subir une opération pour son cancer du sein et qui a commandé une boîte pour chacun de ses enfants, qui avaient besoin d’être rassurés. Ou cette autre maman qui m’a commandé une boîte “Tu es très jolie aujourd’hui” pour sa fille, qui avait subi un viol.

Parfois j’en pleure, derrière mon ordinateur, pendant que je prépare les paquets. Je me sens si flattée et honorée que les gens utilisent mes boîtes pour des raisons si émouvantes et personnelles. Beaucoup de destinataires me disent aussi qu’ils ont été très émus en ouvrant leur boîte. Il y a aussi ceux qui les collectionnent et en ont un paquet, sur leur bureau ou sur leur ordinateur.

Tout va donc bien, pour Kim : elle vit avec son nouveau compagnon et leur jeune fils à Utrecht, une ville au nord d’Amsterdam, où elle enseigne l’illustration et vend ses création sur sa boutique Etsy.