AccueilTechno

Sur Twitter, Stan Lee est revenu d’entre les morts pour vendre un NFT

Publié le

par Pierre Bazin

C’est immonde et, en plus, il y a Crazy Frog qui s’en mêle.

Sur Twitter, Stan Lee est revenu d’entre les morts pour vendre un NFT

On pensait que les NFT (non-fungible tokens), ces petits jetons cryptographiques qui reposent sur une base blockchain pour authentifier numériquement des œuvres d’art, avaient déjà fait très fort en permettant à des JPEG de singes ultramoches de se vendre des dizaines de milliers de dollars. Malheureusement, c’était sans compter le manque total d’humanisme et de bon goût des “crypto-bros”.

C’est ainsi qu’hier soir, Twitter a pu voir le compte certifié de Stan Lee, décédé en 2018, faire la promotion d’un tout nouveau NFT lié au superhéros Chakra l’Invincible.

Chargement du twitt...

“De la défense de la diversité à l’adoption des nouvelles technologies, Stan avait une longueur d’avance. Pour honorer son esprit d’innovation, le premier héros indien de Stan, Chakra l’Invincible, fait ses débuts dans sa propre collection NFT (art numérique) à partir de […]”

Sur le site dédié, vous pouvez donc acheter des NFT et dire que vous possédez des petits portraits moches qui ont été créés sur la célébrité d’un auteur décédé il y a quatre ans. Tout un programme. En tout cas, cette opportunité pour “collectionneurs 3.0” n’a pas été très bien accueillie sur Twitter, et les internautes critiquent vivement cet opportunisme morbide.

Parmi les réponses, on retrouve d’ailleurs “Crazy Frog”, la célèbre grenouille en 3D – qui a fait son petit come-back récemment. Elle dit que les “NFT ne devraient pas se faire ainsi”, car des NFT Crazy Frog ont également été mis en valeur il y a quelques jours.

Chargement du twitt...

Cette décision a d’ailleurs largement divisé la communauté, les NFT étant souvent critiqués, au-delà de leur aspect très spéculatif, pour leurs conséquences environnementales, à l’instar des cryptomonnaies et de tout ce qui repose sur la blockchain.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com.

À voir aussi sur Konbini :