AccueilInternet

Quand Plus belle la vie se met aux deepfakes à cause du Covid-19

Quand Plus belle la vie se met aux deepfakes à cause du Covid-19

Image :

(c) France 3

avatar

Par Benjamin Bruel

Publié le

La série Plus belle la vie va utiliser, pour la première fois, un deepfake à la place d'une actrice contaminée par le Covid-19.

Malika Alaoui, qui prend habituellement les traits de Mila dans la série télévisée Plus belle la vie diffusée sur France 3, va être remplacée par l’actrice Laura Farruggia dans plusieurs épisodes diffusés à partir de ce mardi 17 novembre. Contaminée par le coronavirus, elle ne pouvait pas assurer son rôle habituel dans la série populaire.

À voir aussi sur Konbini

Sauf que Laura Farruggia va apparaître à l’écran avec les traits de Malika Alaoui. Grâce à une opération par ordinateur, son visage a été modifié pour devenir la doublure numérique parfaite de Malika Alaoui, comme nous l’apprenait le Journal du dimanche dans son édition du dimanche 15 novembre. “La différence est quasi indétectable”, note l’hebdomadaire qui a pu visionner une scène inédite. “La production est très planifiée, et c’est la première fois que nous sommes bloqués à ce point. Il était impossible de reporter ou de réécrire ses scènes”, leur explique par ailleurs la production de la série.

Vous n’êtes peut-être pas étranger à ce processus, nommé deepfake. Cette opération informatique consiste à synthétiser une image en se basant sur des algorithmes d’apprentissage automatique. Les algorithmes vont calquer la forme, les traits et les expressions d’un visage pour les transposer sur un autre. Un véritable puzzle résolu par des techniques d’intelligence artificielle qui nécessite un travail humain d’envergure pour que les tons et le rendu global soient plausibles.

Les deepfakes ont été l’objet de nombreux fantasmes et craintes ces dernières années. On se souvient du faux discours prononcé par un Barack Obama factice, ou du (moins réussi, on le reconnaît) deepfake de Kaaris que l’équipe de Konbini Techno avait fabriqué avec le collectif Obvious. C’est la première fois, à notre connaissance, que cette technique est utilisée par une œuvre à cause de la pandémie mondiale.

C’est le vidéaste français French Faker, qui possède une chaîne YouTube, qui a réalisé le deepfake pour le compte de la production. Celui-ci travaille normalement à plein temps pour l’émission C’est Canteloup, diffusée sur TF1. Au total, six plans ont été tournés de cette manière, puis retravaillés par le vidéaste avec une “précision chirurgicale” pour que les traits entre les deux actrices se confondent, explique-t-il à France 3. Ils seront diffusés à partir de ce mardi 17 novembre sur la chaîne télévisée.