AccueilTechno

La France accueillera son premier Major de Counter-Strike en 2023

Publié le

par Pierre Bazin

Nous avons interviewé le PDG de Blast, l’entreprise organisatrice, pour l’occasion.

La France accueillera son premier Major de Counter-Strike en 2023

En e-sport comme en sport, il y a des disciplines incontournables, ou plutôt des jeux vidéo de référence. Parmi eux, Counter-Strike: Global Offensive a une place toute particulière dans l’histoire du gaming compétitif, de par ses audiences et son ancienneté sur la scène mondiale.

Les compétitions les plus importantes sur Counter-Strike sont appelées les Major Championships, ou plus simplement Majors. Ce sont des événements directement sponsorisés par l’éditeur du jeu Valve et dont le cash-prize est au moins supérieur à un million de dollars. Ces dernières années, seule une poignée de pays comme la Suède, les États-Unis ou encore le Brésil avait pu accueillir des Majors de CS:GO.

La France accueillera son premier Major de Counter-Strike du 8 au 21 mai 2023. Le “Blast.tv Paris CS:GO Major” se déroulera, comme son nom l’indique, à la capitale — mais peut-être aussi ailleurs en France. Le cash-prize annoncé est de 1,25 million de dollars.

Ce Major sera organisée pour la première fois par l’entreprise Blast. Ayant organisé ces dernières années de nombreux tournois, ce sera un grand défi pour la société danoise déjà en charge de la ligue Blast Premier. Quelques jours avant l’annonce nous avons interviewé Robbie Douek, PDG de Blast.

Pour le Danois, le timing est opportun, entre la Coupe de Monde de Rugby en 2023 ou encore les JO de Paris en 2024, la France est préparée à accueillir de grandes compétitions, y compris en e-sport.

“On a regardé de près ce qu’il se passait en France : les émules autour de la Team Vitality, ou même quand j’ai vu ces images de la Karmine Corp qui remplissait l’Accor Hotel Arena y en quelques semaines. Je me suis dit : c’est le moment.”

Les récentes annonces de soutien au secteur du gaming en général de la part d’Emmanuel Macron y sont aussi pour quelque chose. Robbie Douek ne le nie pas : “Les pouvoirs publics n’étaient pas contre avant, mais plutôt neutres. Dorénavant, ils soutiennent activement”, explique-t-il sans cacher ses ambitions :

“L’e-sport bouscule l’écosystème, il y a une tendance qui se dessine. On souhaite le faire passer au niveau supérieur, sur une dimension mondiale.”

Côté promesses économiques, le PDG de Blast se veut rassurant : “On peut activer toute la France, faire travailler du monde en local en production”. Sans préciser d’autres noms, on sait déjà que la société compte s’associer à Webedia, entreprise française déjà bien connue dans le secteur du gaming et de l’e-sport.

Un Major durant plusieurs semaines, Douek ne souhaite pas se limiter à la capitale : “Il y a plein d’autres villes très attractives pour l’e-sport en France.”, déclare-t-il, se remémorant peut-être les LFL Days de Nice en février dernier.

Son envie de grandeur, Robbie Douek compte l’amener sur scène et ce sera naturellement celle de l’Accor Hotel Arena qui servira de décor. “On va faire quelque chose d’exceptionnel”, assène-t-il.

La promesse est simple pour le PDG de Blast : un show XXL pour ramener un public aussi adepte que profane, français comme étranger. “Paris est facile d’accès pour les supporters allemands, scandinaves, anglais, même le Brésil peut venir !” Enfin, quand on l’interroge sur une potentielle victoire d’une équipe française :

“J’ai deux enfants français, donc je sais pour qui ils seront et, même pour l’événement, ça ne peut être que bénéfique que les équipes françaises aillent loin dans la compétition.”

À voir aussi sur Konbini :