AccueilTechno

Et si les personnages d’Arcane jouaient vraiment à League of Legends ?

Publié le

par Pierre Bazin

Spoiler : beaucoup seraient toxiques.

Et si les personnages d’Arcane jouaient vraiment à League of Legends ?

La série Arcane, sortie récemment sur Netflix, a su séduire un large public. Mettant en scène des personnages de League of Legends dans le monde fictif de Runeterra, la série est aussi appréciée par les profanes que par les fans du jeu. Arcane a su trouver le juste équilibre entre un scénario original qui sert ses propres enjeux et une dose bien maîtrisée de fan-service pour ravir les gamers de la première heure.

Toutefois, que se passerait-il si tout s’inversait ? Si les personnages d’Arcane n’étaient pas des protagonistes exceptionnels au passé torturé mais de “simples” joueurs et joueuses de League of Legends ? Nous avons mené l’enquête.

Spoilers : certaines caractéristiques de personnages peuvent éventuellement vous spoiler si vous n’avez pas tout vu d’Arcane. 

Jinx, l’ADC qui int

© Netflix

Powder, plus connue sous le surnom Jinx (“qui porte la poisse”), ne saurait mieux incarner cet ADC qui fout en l’air votre game. On ne dit pas qu’elle fait preuve de mauvaise volonté, mais elle ne connaît pas trop ses limites et n’hésitera donc pas à les tester jusqu’au bout.

Elle se place mal et fonce dans le tas en pensant choper le pentakill. Une fois sur cent, cela fonctionne, et c’est d’ailleurs pour ça que les 99 % du temps restant, elle continue de int, de feed la botlane adverse avant de finir en 2/18/5 pour lâcher un “gg jng diff” ou “rep supp” en fin de game. Insupportable.

Heimerdinger, l’ARAMeur qui a raccroché

© Netflix

Heimer est un vieux roublard de la Faille de l’Invocateur. Il a tellement expérimenté des ranked et autres drafts depuis la saison 1 qu’il a fini par en être tout simplement dégoûté. Trop de joueurs toxiques, trop de stratégies à la con, trop de violence. Désormais, Heimerdinger ne vit que pour l’ARAM, un mode de jeu bien plus chill et adapté à son tempérament. Parfois, il repense à ses anciens mates tombés au combat, qui s’enfoncent dans le cercle vicieux de la loose streak.

Vi, la jungler éternellement “tiltée”

© Netflix

Vi a choisi le rôle ô combien ingrat de jungler. À la base, elle voulait que chacun de ses compagnons de combat soit équitablement aidé. Sauf que Vi a tendance à prendre tout trop à cœur. Du coup, lorsqu’elle est derrière sur sa game, elle s’énerve et fait plein de nouvelles erreurs. Elle est “tiltée”, comme on dit dans le jargon. Il ne manque plus qu’un petit “jng diff” à la fin de la partie et le clavier volera en éclats sous ses poings acérés.

Wander, le joueur bienveillant au passé toxique

© Netflix

Wander était avant tout un solitaire, un toplaner donc. Il traîne derrière lui un lourd passé de toxicité qui date de sa prime jeunesse lorsqu’il jouait des Darius et autres Vayne top. Depuis, il a changé, il a tiré un trait sur ses obscurs antécédents comme ses bans pour propos injurieux. Il joue désormais des personnages pour l’équipe : Malphite, Shen, Ornn, tout ce qu’il fait, c’est pour autrui. Il dit toujours “GL HF” en début de game et honor systématiquement ses mates. Un bon gars.

Silco, le “theory-crafter” chelou

© Netflix

On ne sait pas si on veut vraiment de Silco dans son équipe. Silco “theory-craft”, il est sans cesse en limit-test. Toujours à tenter des builds étranges, il fait peur à la plupart de ses coéquipiers. Des fois, ses obscures théories fonctionnent et il retourne la game. D’autres fois, il est carrément un boulet pour l’équipe et n’hésitera pas à remettre la faute sur autrui – le jungler probablement.

Caitlyn, la support naïve

© Netflix

Caitlyn est une joueuse avec peu d’expérience sur League of Legends. Elle est encore convaincue qu’avec de la bonne volonté et de la communication, on peut remonter n’importe quelle game. C’est une support évidemment, elle reste dévouée à son ADC.

Elle n’hésite pas à envoyer des “chill guys” dans le tchat ou d’autres “we got this”, ce qui peut autant motiver qu’énerver ses mates. Elle pense encore naïvement que son jungler viendra alors que son partenaire a déjà donné six kills à la botlane adverse. Il ne viendra jamais, Cait…

Jayce, le midlaner présomptueux

© Netflix

Jayce, le “golden-boy”, a tout d’un midlaner qui joue des ultra-carry. D’ailleurs, il ne jure probablement que par des Yasuo, Yone et autres Zed. Il est persuadé d’être aussi talentueux que Faker, même s’il est stuck gold depuis la saison 3. De temps à autre, il a un éclair de génie et arrivera effectivement à carry toute la partie. Mais le plus souvent, il finira en 3/17/19 en se plaignant d’être campé par le jungler adverse alors qu’il a dive au niveau 2.

Viktor, le grinder fou

© Netflix

Viktor n’a pas le temps avec toutes vos “soirées” et autres moments de socialisation. Il est l’archétype du grinder, il ne vit que pour son classement sur LoL, il y joue nuit et jour, sans relâche. Il est déjà passé diamant il y a deux ans et compte bien y retourner cette saison et, qui sait, viser au-dessus. Capuche sur la tête, energy drink sur le côté, il joue. C’est tout.


Quel genre de personnage/joueur·se de LoL êtes-vous ? Dites-nous tout à hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur Konbini :