AccueilTechno

Cette carte Yu-Gi-Oh! légendaire interdite depuis 17 ans fait son grand retour

Publié le

par Julie Morvan

On l’attendait depuis avril 2005.

Cette carte Yu-Gi-Oh! légendaire interdite depuis 17 ans fait son grand retour

© Erik Mclean/Unsplash

Elle est enfin là ! Mardi dernier, Konami a révélé une grande nouvelle qui a réjoui les fans de Yu-Gi-Oh!. L’éditeur de cartes à collectionner s’est décidé à ramener à la vie une carte épique : la célèbre “Change of Heart” (“Changement de Cœur” en français). Elle est ainsi réintégrée dans le jeu de cartes officiel.

Une décision importante, puisqu’elle avait été interdite il y a… dix-sept ans de cela, rapporte Polygon.

© Yugipedia

Le compte Twitter officiel Yu-Gi-Oh! TCG (pour Trading Card Game, la version internationale du jeu de cartes) a annoncé aux joueur·euse·s tous les nouveaux changements effectifs des catégories de cartes.

Chargement du twitt...

“Change of Heart” fait donc partie des cinq cartes dont l’interdiction vient d’être levée pour entrer dans la catégorie “limitée”. On retrouve ainsi également “Singoclavier Potartiste”, “Yata-Garasu”, “Sceau Temporel” et “Avion à Réaction Synchronique”. Concrètement, la carte sera déplacée de la catégorie “interdite” à “limitée”, ce qui signifie que les joueur·euse·s pourront désormais en ajouter une seule et unique copie dans leur main (Main Deck, Extra Deck et Side Deck confondus). À leur bon cœur.

Cette carte Magie permet de cibler un monstre de son adversaire et d’en prendre le contrôle jusqu’à la fin du tour (End Phase). Ce précieux pouvoir en fait un élément mémorable dans le shōnen, son anime et son jeu de cartes éponymes. Il avait visiblement été jugé trop puissant par Konami, ce qui avait entraîné son interdiction en avril 2005.

Selon Yugipedia, “Change of Heart” a été éditée pour la première fois le 23 septembre 1999 au Japon. Ce n’est que trois ans plus tard, en 2002, qu’elle est arrivée dans les decks officiels américains et européens.


Pour nous écrire : hellokonbinitechno@konbini.com

À voir aussi sur Konbini :