AccueilTechno

C’est ciao : l’Assemblée nationale bannit les lives Twitch

Publié le , modifié le

Par Pierre Bazin

La majorité présidentielle n’a pas trop apprécié les "DépuTwitchs" de LFI.

C’est ciao : l’Assemblée nationale bannit les lives Twitch

Photo by Magali Cohen / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Le streaming au palais Bourbon, c’est fini ! En effet, le bureau de l’Assemblée nationale a confirmé qu’il était interdit aux députés d’être en live sur un réseau social durant les séances.

“Les dispositions de l’article 9 de l’Instruction générale du Bureau, qui interdisent aux députés de téléphoner à l’intérieur de l’hémicycle, s’appliquent aussi à l’emploi de tout outil de communication avec l’extérieur depuis l’hémicycle, en particulier aux plateformes retransmettant le flux vidéo ou audio des débats.”

Cette décision, avancée depuis plusieurs semaines par la par la majorité présidentielle (Renaissance), vise en particulier deux députés de La France Insoumise (LFI) : Ugo Bernalicis et Antoine Léaument. En effet ces deux élus avaient pris pour habitude de streamer les débats au sein de l’Assemblée nationale, répondant aux questions du tchat en même temps.

En octobre, la députée Renaissance Fanta Berete avait invectivé les deux députés LFI en question : “Vous êtes une bande de tiktokeurs qui cherchent le buzz !” Deux rappels à l’ordre avaient également été envoyés à l’intention des concernés.

À voir aussi sur Konbini

Une majorité présidentielle “jalouse” ?

Avec des audiences à peu près correctes pour Twitch (régulièrement au-dessus de la centaine de viewers), les députés LFI ont défendu leur usage de la plateforme, décrit comme un “outil pour faire entrer les gens” dans leur travail. Ugo Bernalicis, surnommé “Le Députwitch”, expliquait il y a quelques semaines à BFM :

“On veut faire rentrer les gens avec nous et faire sortir les débats pointus de la sphère des spécialistes. […] C’est dommage, on ne dérangeait vraiment pas la séance et on ouvrait l’Assemblée à d’autres gens. Je pense que cette décision relève surtout de la jalousie [de la part de Renaissance, ndlr.]“.

“Très concrètement, on diffuse sur notre chaîne le direct de l’Assemblée nationale et, en haut à gauche de l’écran, on me voit. J’en profite pour répondre aux questions du tchat, expliquer le texte qu’on vote, ce que nous, nous défendons”, décryptait Ugo Bernalicis, alias “Le Députwitch”, auprès de BFMTV.com début novembre.

Le député LFI annonce tout de même avoir d’ores et déjà installé un “set-up” de streaming dans son bureau de l’Assemblée pour continuer de s’adresser aux viewers de Twitch.

Pour rappel, depuis plusieurs années, le streamer Jean Massiet diffuse et commente les sessions de questions au gouvernement, intéressant de nombreux jeunes à la politique.