Poupée Mbappé, supporters blessés et évacuation en hélicoptère : les festivités en Argentine ont viré au n’importe quoi

Poupée Mbappé, supporters blessés et évacuation en hélicoptère : les festivités en Argentine ont viré au n’importe quoi

Image :

© TOMAS CUESTA / AFP

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

Cinq millions d’Argentins étaient dans les rues pour célébrer les champions du monde, mais c’est vite parti en vrille.

Un supporter sautant d’un pont pour atterrir dans le bus des joueurs, le gardien Emiliano Martinez paradant avec une poupée à l’effigie de Kylian Mbappé, une croix avec l’inscription “France” brûlée par la foule, des insultes racistes, une évacuation des champions du monde en hélicoptère : voici la liste non exhaustive du déroulé des célébrations du 3e titre mondial de l’Argentine ce mardi, un concentré de folie et de n’importe quoi.

À voir aussi sur Konbini

“La plus importante mobilisation de l’Histoire”

Sur la terre comme au ciel : des millions d’Argentins ont célébré à Buenos Aires leurs champions du monde rentrés dans la nuit, une fête délirante au point de rendre impossible la fin de parade en bus, que l’équipe de Lionel Messi a fini par un survol en hélicoptères.

Plus de cinq millions de personnes, selon une source de la municipalité, s’étaient massées sur le parcours de l’Albiceleste, entre le complexe de la Fédération argentine (AFA) à 32 km, et le cœur de la ville de trois millions d’habitants (13 millions pour l’agglomération). “La plus importante mobilisation populaire de l’histoire” de l’Argentine, ont assuré plusieurs télévisions.

Au bout de quatre heures, le bus des “tricampeones”, parti du siège de l’AFA à 11 h 45 heure locale n’avait parcouru qu’une poignée de kilomètres, ralenti le long du chemin par des dizaines de milliers de supporters, avançant au pas au milieu d’une marée agglutinée aux couleurs bleu ciel et blanc, a constaté l’AFP.

Très vite, il devint clair qu’il ne pourrait rallier l’Obélisque, point névralgique des célébrations, avant de longues heures, ou sans certains risques. Des images de télévision ont montré un supporter qui s’est lancé d’un pont routier sur le bus des joueurs pour terminer sa chute dans la foule compacte. Un acte qui aurait convaincu les autorités de mettre fin aux célébrations. En tout, plus d’une trentaine de personnes ont été blessées pendant les festivités.

Évacuation en hélicoptère

La présidence a annoncé en milieu d’après-midi que “les champions du monde survolent tout le parcours prévu en hélicoptères, car il est devenu impossible de continuer par la route en raison de l’explosion de joie populaire. Continuons de célébrer en paix, et de leur montrer notre amour et admiration”, a indiqué la porte-parole Gabriela Cerruti.

Les autorités de sécurité “ne nous laissent pas arriver au bout pour saluer tous les gens qui attendaient à l’Obélisque”, avait annoncé un peu plus tôt le président de l’AFA Chiqui Tapia dans un tweet. “Mille excuses au nom de tous les joueurs”. Après le survol de la foule à bord de plusieurs hélicoptères, la coupe dans celui de Messi, le milieu Rodrigo De Paul, le sélectionneur Lionel Scaloni et les joueurs ont regagné le siège de l’AFA à Ezeiza.

Kylian Mbappé pris pour cible

Avant l’évacuation en hélicoptère des joueurs argentins, l’un d’entre eux, le gardien de but Emiliano Martinez, s’est distingué en paradant avec une poupée à l’effigie de Kylian Mbappé. Un geste de chambrage du portier argentin comme on en voit régulièrement dans le sport et qui est loin d’être répréhensible. Tout le contraire des propos et gestes qu’ont eu des supporters de l’Albiceleste dans la foule.

Un cercueil avec la photo de l’attaquant du PSG a été brûlé par des fans dans les rues de Buenos Aires, quand d’autres ont proféré des insultes racistes à son encontre, notamment au micro de la journaliste de BFM TV Marie Gentric présente sur place. Sur Twitter, elle affirme avoir “entendu beaucoup de supporters insulter Mbappé” et a partagé la photo d’un Argentin avec une croix sur laquelle il est écrit “Francia” et “18/12/22” comme la date de la finale de la Coupe du monde et de mort de l’équipe de France.