AccueilSports

On a classé (objectivement) les pires surnoms de joueurs de foot

Publié le

par Eve Chenu

"Petit vélo", "Imboulard", "Mi-cuisse" : aujourd’hui, le mauvais goût est au rendez-vous.

On a classé (objectivement) les pires surnoms de joueurs de foot

© ARIS MESSINIS / AFP

Si certains surnoms de footballeurs consacrent leur réussite ou soulignent une certaine cohésion d’équipe, d’autres semblent avoir pour seul et unique but de leur foutre la honte. Non, parce que, honnêtement, entre “Petit Prince” et “Mi-cuisse”, il n’y a pas photo. Retour sur tous ces surnoms de joueurs de foot qui n’auraient jamais dû voir le jour.

#8. Mathieu Valbuena : “Petit vélo”

On commence en douceur avec ce premier surnom, attribué à l’ancien joueur de l’Olympique de Marseille et de l’équipe de France, Mathieu Valbuena. Il l’aurait hérité de Modeste M’Bami, du fait de son petit gabarit mais aussi de son énergie sur le terrain. Son ancien entraîneur à l’OM, Éric Gerets, l’aurait ensuite conservé. Franchement, c’est pas dingue, mais on a vu pire…

#7. Lucas Digne : “Ratatouille”

Chargement du twitt...

À ses débuts à Lille, Lucas Digne était surnommé “Ratatouille” par ses coéquipiers, qui lui trouvaient une pseudo-ressemblance avec Rémy, le rat du film d’animation Pixar. C’est son coéquipier de l’époque, Gianni Bruno, qui avait vendu la mèche lors d’un entretien à Nord Éclair : “On l’appelle Ratatouille, je ne sais plus qui lui a offert le DVD au repas de Noël. Il a un air de ressemblance, non ?” On vous laisse vous faire votre propre avis…

#6. Cristian Rodriguez : “El Cebolla” (littéralement, l’oignon)

Dans le genre “je porte un surnom terrible”, j’ai nommé Cristian Rodriguez. Avant d’arriver en Europe, le joueur uruguayen était en effet surnommé “El Cebolla”, soit “l’oignon”. L’origine ? Sa capacité à faire pleurer ses adversaires sur le terrain. Le parallèle se tient, mais bon, un simple “Cris” aurait suffi, non ?

#5. Giannelli Imbula : “Imboulard”

À cause d’un supposé manque d’humilité, Giannelli Imbula a rapidement hérité du surnom “Imboulard” lors de son passage à l’Olympique de Marseille (2013-2015). “Certains me jugent sur le peu qu’ils entendent ou voient de moi. Je les invite à venir discuter un jour avec moi pour aller au-delà de cette image”, avait déclaré le milieu de terrain, dans un entretien à L’Équipe. En même temps, “Imboulard”, c’est un peu lourd au quotidien.

#4. Christophe Dugarry : “Dugachy “

Critiqué pour ses performances sur le terrain, avant son incroyable revanche lors du Mondial de 1998, Christophe Dugarry a pendant un temps hérité du surnom “Dugachy”. Particulièrement dévalorisant, ce dernier a longtemps miné la confiance de l’attaquant. Dans l’émission Le Vestiaire, l’ancien joueur raconte : “Quand tu entends tous les jours dans la presse que tu es nul, au bout d’un moment, tu finis par le croire.”

#3. Fitz Hall : “One Size”

Passé par des clubs comme Crystal Palace, Wigan, Queens Park Rangers ou encore Watford en tant que défenseur, Fitz Hall demeure surtout dans les esprits du fait de son surnom “One Size”, pour “One Size Fitz Hall” (comprendre, taille unique). Eh oui, ils ont de l’humour, ces Anglais.

#2. Dennis Bergkamp : “le Hollandais non volant”

Dennis Bergkamp a également hérité d’un surnom bien particulier : “le Hollandais non volant”. Une référence au mythique navire fantôme, mais surtout à la phobie du joueur, incapable de prendre l’avion. Une peur qui l’empêchera même de se déplacer avec ses coéquipiers pour les matches à l’extérieur, dont il effectuera les trajets uniquement en train ou en voiture.

#1. Claude Makélélé : “Mi-cuisse”

Dans le genre surnom beauf… Passé par le FC Nantes, l’OM, le Real Madrid ou encore le PSG, Claude Makélélé a longtemps été surnommé “Mi-cuisse” par ses coéquipiers. La raison ? Disons que le joueur en avait dans le pantalon. Bref, sur le terrain comme dans les vestiaires, le Français était “plutôt impressionnant”.

À voir aussi sur Konbini :