AccueilSports

Hors-jeu : 10 autres choses à savoir sur Blaise Matuidi

Publié le

par Max Raby

Hors-jeu : 10 autres choses à savoir sur Blaise Matuidi

Poumon du PSG, capable de coups d’éclat face au but et “faucheuse” incontournable dans le onze type de Laurent Blanc, Blaise Matuidi ne cesse de monter en puissance depuis son arrivée en 2011 dans la capitale. Et ce même en dehors des terrains.
De son addiction à la mode à son engagement pour les jeunes du Congo en passant par sa playlist Spotify, voici 10 anecdotes sur “Marathon Man” :

Sa “danse du Charo”, inspirée par le rappeur Niska

C’est un hargneux, un mec qui ne lâche rien, qui va jusqu’au bout, qui mouille son maillot. C’est dans la vie, dans tout ce que tu fais, ce n’est pas que sur un terrain de foot ou dans la musique… Matuidi collait parfaitement à cette image.

La mode et les sneakers, ses péchés mignons

Quand je rentre dans une boutique, c’est la première chose que je regarde. J’en ai tellement que je ne peux plus les compter.

Co-fondateur d’une association pour les jeunes Congolais

Ça me tient toujours à cœur. On n’a pas tous la chance d’avoir les moyens de se payer une paire de crampons ou un maillot. C’est un projet qui avance, petit à petit, même si c’est difficile.

François Hollande l’a glissé dans ses valises pour une tournée en Afrique

Lors de sa tournée présidentielle sur le continent africain en juin 2015, le président français était accompagné d’une délégation comptant parmi elle le numéro 14 parisien. Outre le Bénin et le Cameroun, l’histoire retiendra leur passage en Angola, terre de naissance des parents de Blaise. “Mon père et ma mère viennent d’Angola. Ils ont quitté le pays à cause de la guerre et ont vécu pas mal de temps au Zaïre (actuelle République Démocratique du Congo) avant de tenter leur chance en Europe. Je suis allé en Angola pour la première fois il y a deux ans”, relatait-il en 2013 au JDD.

Un passé d’attaquant


Si l’international français excelle souvent devant le but, c’est peut-être dû à son pedigree d’ailier acquis lorsque, bambin et fan de Jay-Jay Okocha, il fit ses premiers touchers de balles à l’US Fontenay. Pour L’Equipe Magazine, ce Parisien de coeur s’en est souvenu :

En fait, quand j’étais jeune, j’étais attaquant. Le problème, c’est que je revenais tout le temps : je voulais défendre, tout faire. Même quand je suis arrivé a Clairefontaine, j’étais ailier gauche. Mais quand il fallait redescendre pour sauver une action, j’y allais de bon coeur.

Sa playlist Spotify ? Plus rap US que français


Grace à la plateforme musicale Magic Sound et au partenariat Paris Saint-Germain/Spotify, un joueur du club de la capitale révèle fréquemment sa playlist du moment. Blaisou y est allé de sa sélection de tubes dansants l’été dernier mais contre toute attente, ses goûts actuels tiraient plus sur le rap et le R’n’B d’Outre-Atlantique : Drake, Rihanna, Wiz Khalifa, Sia, Major Lazer pour ne citer qu’eux et pour le reste, une touche de rock avec Hozier et Mac Demarco. Côté chanteurs français, seuls Maître Gims et Lily Wood And The Prick ont retenu ses faveurs.

“Ma vie, ce sont mes enfants, ma femme, ma famille, mes amis proches”

Fier et honoré pour ce trophée, merci à mes coéquipiers, entraîneurs et fans #francefootball

Une photo publiée par Blaise Matuidi Officiel (@blaisematuidiofficiel) le


Déjà père de deux adorables fillettes, Myliane (6ans) et Naëlle (4ans), Blaise Matuidi a vu naître son fils, Eden au lendemain de la victoire du PSG face à Bastia en finale de la Coupe de la Ligue la saison dernière. Papa poule qui garde les pieds sur terre, il n’a d’ailleurs pas caché à l’Equipe Magazine, ses priorités dans sa vie et dans son équilibre de joueur star : “Ma vie, ce sont mes enfants, ma femme, ma famille, mes amis proches.” Même s’il concède que sa femme gère les comptes car lui a parfois tendance à faire fumer sa carte de crédit.

La publicité lui fait peu à peu les yeux doux

Stylé sur le terrain comme dans la rue avec les Nike Air Footscape #nikefc

Une photo publiée par Blaise Matuidi Officiel (@blaisematuidiofficiel) le


À 28 ans, Blaise Matuidi a beau être le footballeur français le mieux payé de Ligue 1, son faciès photogénique et son image de jeune homme bon à marier et bien dans ses baskets ont tardé à faire frémir le monde du marketing. C’est désormais chose faite : Nike vient en effet de le choisir pour rejoindre sa campagne “Black History Month”, une collection hommage à la culture panafricaine axée sur les exploits des sportifs noirs. L’idole du Parc des Princes est aussi désormais garanti “anti-transpiration et anti-odeur” et ce depuis son apparition en mars dernier dans le spot publicitaire de Nivea et son déodorant “For Men”, en compagnie de David Luiz, Lucas et Pastore.

L’alarme Matuidi pour un réveil tonique

“Salut c’est Blaise Matuidi, je crois qu’il est l’heure, allez on se motive”, depuis le 1er octobre, l’application “Wake up Call” permet aux fans du PSG dont le réveil est difficile de débuter la journée du bon pied comme le précise le club parisien:

Vous pouvez remplacer votre réveil habituel par les voix et vidéos de Serge Aurier, Marquinhos, Javier Pastore, Adrien Rabiot ou Blaise Matuidi pour un réveil 100% Paris Saint-Germain.

C’est un véritable morfal

Une photo publiée par Blaise Matuidi Officiel (@blaisematuidiofficiel) le


Interrogé par le JDD, Olivier Giroud s’est moqué de l’appétit gargantuesque de Blaise visiblement très à l’aise à table lors des rassemblements de l’Équipe de France :

L’autre midi, on le regardait : il avait fini sa tarte en trois bouchées. Impressionnant pour un petit corps comme ça ! Mais, pour autant, je n’ai pas l’impression qu’il y ait de gros gourmands parmi nous. De toute façon, si tu prends deux fois de la mousse au chocolat avec de la noix de coco, tu te fais chambrer.

À voir aussi sur Konbini :