Gary McKee est un héros : il a couru 365 marathons en 2022 pour la bonne cause

Gary McKee est un héros : il a couru 365 marathons en 2022 pour la bonne cause

Image :

© Instagram (marathonmangary)

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

Gary McKee a récolté 1 million de livres pour l’association Macmillan Cancer Support en courant 365 marathons en 2022. Un héros en chaussures de running.

Gary McKee est un homme de défi. Son dernier, lancé début d’année 2022, consistait à courir entre le 1er janvier et le 31 décembre un marathon par jour pour récolter des fonds pour la bonne cause. Dans les dernières heures de 2022, le Britannique a atteint l’objectif fou qu’il s’était fixé pour l’année : collecter un million de livres en faveur de la lutte contre le cancer en courant 365 marathons en 365 jours.

À voir aussi sur Konbini

Gary McKee, 53 ans, a couru, samedi sous une pluie d’hiver, son 365e marathon de l’année, soit en tout 15 330 kilomètres, accueilli par une petite foule de soutiens non loin de son domicile. Mais ce père de trois enfants qui vit à Cleator Moor, dans le nord-ouest de l’Angleterre, n’a atteint son objectif financier que quelques heures plus tard en atteignant, le soir du réveillon, la somme d’1 million de livres (1,13 million d’euros) au profit de l’association Macmillan Cancer Support. Le compteur grimpait encore dimanche.

22 paires de baskets

Le marathonien du quotidien n’en est pas à son premier défi en faveur d’associations caritatives : il a déjà traversé le Brésil à vélo, escaladé le Kilimandjaro, ou encore ramé sur des distances équivalentes à la Manche. Il avait couru 100 marathons en 100 jours en 2017, puis 110 en 110 jours en 2021.

Cette année, il a considérablement relevé le niveau, nécessitant 22 paires de baskets. Lorsqu’il courait, souvent le matin avant de travailler l’après-midi sur un site de traitement des déchets nucléaires, il a été rejoint par de nombreux anonymes ou encore des sportifs comme l’entraîneur anglais de rugby Kevin Sinfield.

“Les rues étaient pleines de monde, il pleuvait, mais tout le monde applaudissait et criait”, s’est-il félicité sur la BBC à l’arrivée de son 365e marathon de l’année. “Je m’en souviendrai toujours.”

Il a indiqué au site spécialisé Runner’s World (runnersworld.com) ne pas être intéressé par une éventuelle homologation de son exploit comme un record : “Ce qui compte, ce ne sont pas les records mais d’aider les gens.”