AccueilPop culture

Travis Scott dévoile (enfin) son Utopia et nous emporte au-delà du réel

Travis Scott dévoile (enfin) son Utopia et nous emporte au-delà du réel

Par Simon Dangien

Publié le

Image :

© Pochette Utopia et Photo de Kristina Nagel

1 820 jours. L’attente fut longue depuis son dernier album ASTROWORLD et, en même temps, personne n’aurait savouré cet album comme il se doit s’il en avait été autrement.

Le 28 juillet est devant nos yeux. Nous y sommes. Et comme nous l’évoquions il y a quelques jours, cette date devient (presque) officiellement “la Journée de Travis Scott”. La hype est haute, puissante et complètement voulue par le rappeur qui a inondé pendant plusieurs semaines le monde d’infos et autres événements accompagnant la sortie de son nouvel album. Les retombées streaming vont assurément suivre cette logique lorsqu’on voit que “K-POP”, le premier extrait d’Utopia avec Bad Bunny et The Weeknd cumule déjà, même si il n’a pas fait l’unanimité, plus de 30 millions d’écoutes sur Spotify.

À voir aussi sur Konbini

Utopia vaut-il la hype ?

Ce matin, le Flame a sûrement offert un moment qui restera gravé dans la mémoire de certains auditeurs pendant très longtemps. Plus de quatre ans d’attente pour offrir une proposition artistique et créative complète et surtout un niveau de production monstrueux. Il est lui-même derrière de nombreux tracks d’Utopia, bien accompagné d’une liste de producteurs et musiciens solides et prestigieux. De Kanye West (dont on peut distinguer l’influence dans Utopia) à Pharrell Williams (“LOOOVE” feat. Kid Cudi) en passant par Jahaan Sweet, The Alchemist ou encore Buddy Ross, Travis s’est entouré de ce qui se fait de mieux actuellement et depuis plusieurs années déjà. En sachant que l’album est mixé et masterisé par Mike Dean, comme c’était le cas pour ASTROWORLD.

La musique est donc au centre de cet album diversifié, qui mélange plusieurs d’ambiances, parfois planantes, parfois sombres ou plus calmes et ensoleillées et qui devrait donner un show unique en concert. Le travail est colossal dans sa recherche de nouveauté et son ambition. Il reste encore énormément de mystères qui restent sous blister. Creuser, enquêter, déduire, c’est ce qu’il nous reste à faire pour tenter de pénétrer au plus loin de la musique et de l’univers d’Utopia et saisir, au moins saisir, ce qu’il s’est tramé dans la tête du Flame pendant ces longues années.

Sur Twitter, Travis n’a pas caché son excitation pour la sortie de son nouveau projet :

Chargement du twitt...

Des collabs’ en guise de plus-value (attention, spoilers)

Si on suit la logique prise sur son précédent album ASTROWORLD, difficile d’imaginer Utopia sans collaboration, chose qui se fait rarement outre-Atlantique, où les rappeurs et rappeuses n’hésitent pas à enchaîner les featurings qui deviennent de véritables événements. Alors, on vous l’annonce, si vous n’êtes pas encore au courant : Travis n’a pas dérogé à cette règle en proposant un bête de casting aux auditeurs. Encore une fois, les feats ne sont pas identifiés sur les plateformes, permettant une immersion complète et un effet de surprise assez jouissif à la première écoute. Dix-neuf titres et dix-neuf artistes présents pour 4 quatre morceaux solo du Flame :

Kid Cudi, Beyoncé, Future, 21 Savage, Drake, The Weeknd (à 2 reprises), Young Thug, Playboi Carti, SZA, Yung Lean, Westside Gunn, Bad Bunny, James Blake, Rob49, Sheck Wes, Bon Iver, Sampha, KayCyy, Teezo Touchdown.

Dans Utopia, le choix des invités est cohérent, entre évidence (Drake après la bombe “SICKO MODE”, Kid Cudi, Future) et grandes surprises (Bad Bunny, Beyoncé). Le résultat est probant, complet et ne dessert pas l’album, au contraire.

Un album long à apprécier dans le temps

La nuance est une donnée importante à l’écoute pour l’analyse de 1 heure et 13 minutes de musique. Un temps que nous sommes de moins en moins enclins à donner à un artiste. Foutue concentration, foutue fatigue ou autre raison valable, car la musique est loin d’être un consommable industriel. Les 19 titres d‘Utopia demandent forcément un temps de digestion supérieur à une journée. La palette proposée par Travis Scott dans ce nouvel album est incroyablement fournie, le projet est dense par ses featurings, ses influences, ses sonorités, ses multiples changements de rythmes et prods. Alors pas de panique, prenez le temps : Utopia ne va pas disparaître, et, mieux encore, il va grandir avec vous et pour vous, car Utopia est partout où vous vous trouvez.

On vous fait malgré tout une petite liste (non exhaustive et évolutive bien sûr) des morceaux qu’on a bien kiffés après quelques écoutes :

  • “MODERN JAM” produit entre autres par Guy-Manuel de Homem-Christo, membre des Daft Punk, en featuring avec Teezo Touchdown.
  • “MY EYES” : du calme, de la mélodie au départ du titre (c’est délicieux), puis la prod démarre et Travis enclenche une partie plus rappé, mais toujours poignante, dans la continuité de la première moitié du morceau.
  • “DELRESTO (ECHOES)” avec la reine Beyoncé, leur première collaboration et on dit “OUI”.
  • “TIL FURTHER NOTICE”, incroyable morceau où on retrouve Travis en pleine découpe, et on a entendu le tag de Metro Boomin donc c’est forcément un banger.

Chargement du twitt...