AccueilPop culture

Star Academy : j’ai participé à un cours de Yanis Marshall

Publié le

par Anna Carolina Assuncao

Immersion dans un cours de trois heures du nouveau Kamel Ouali.

Star Academy : j’ai participé à un cours de Yanis Marshall

Capture d’écran Youtube Yanis Marshall

Si vous n’avez pas (encore) lu notre dernier article sur Yanis Marshall, il faut savoir qu’en plus d’être le nouveau professeur de danse de la Star Ac’, c’est le KING du Heels, la danse en talons qui consiste à éveiller la Beyoncé qui se cache en nous.

Ma passion pour le Heels

Étant moi-même fanatique de Heels depuis de nombreuses années, j’ai découvert cette danse grâce à Yanis Marshall lui-même, il y a près de sept ans, sur YouTube. Voilà sur quoi j’étais tombée à l’époque :

À voir aussi sur Konbini

Cette énergie contagieuse m’a tout de suite séduite. Comme vous pouvez le voir, le Heels, c’est non seulement une danse, mais c’est aussi un espace vibrant, décomplexé et positif dans lequel les danseurs et danseuses s’encouragent au maximum. Maintenant, ça fait cinq ans que j’en fais, et dès que j’ai vu que Yanis Marshall donnait des cours en chair et en os à Paris, je me suis dit que je ne pouvais surtout pas passer à côté.

Voici donc ce qu’il s’est passé, heure par heure.

20 h 30, j’arrive

Après avoir pris ma place pour le cours sur Instagram une semaine à l’avance, me voilà à l’Espas Danse, une salle de danse dans le 20e arrondissement de Paris. Située tout au bout d’une allée pavée, je me demande plusieurs fois si je suis au bon endroit. Mais très vite, le bruit de la musique me fait réaliser que oui.

J’entre dans la salle et les visages ont le sourire aux lèvres, malgré la transpiration intense.

Comme à chaque cours de danse, on détecte directement les habitué·e·s et les nouveaux·elles arrivant·e·s. Là, je remarque que les adeptes connaissent très, trèès, trèèèèès bien les cours de Yanis Marshall. Voici un aperçu, histoire de se mettre dans le bain :

N.B. : oui, c’était bien un cours “débutant-intermédiaire”. Je n’ose pas imaginer à quoi ressemble le cours “avancé”…

Entre-temps, Yanis s’est assis sur une chaise avec son petit chien Snoop, qui mange des croquettes en regardant les gens danser. Petite parenthèse : comme vous pouvez le voir ci-dessous, Yanis et Snoop sont inséparables.

Continuons… Il faut savoir que même si Yanis a été sur la scène de la Star Ac’ une semaine après le cours, ce jour-ci, il est blessé et peut à peine se lever. Qui d’autre que Yanis pour réussir à danser en talons aiguilles une semaine après s’être foulé la cheville ?

Après avoir mis mes talons, je me faufile dans la file de personnes qui attendent pour faire les fameuses “diagonales”. Ce sont des exercices qui consistent à enchaîner une série de pas de danse pour arriver jusqu’à l’autre bout de la salle.

Pendant 2 heures et 30 minutes…

Les exercices s’enchaînent les uns après les autres et les chansons tournent en boucle. Je dois avouer qu’étant moi-même habituée du Heels, j’ai du mal à suivre la cadence. Les exercices se compliquent et en un claquement de doigts, les gens se retrouvent par terre à faire de grands écarts. Les habitué·e·s se dispersent entre les rangs pour montrer l’exercice et je dois avouer que je fais appel à eux plus d’une fois.

Au loin, je vois Yanis qui hoche la tête en nous regardant danser, et j’avoue que son regard est aaaasssseeeez intimidant. Eh oui, c’est le KING du Heels, après tout ! À la fin de chaque série, il suffit qu’il dise deux ou trois mots pour décrire le prochain exercice et tout le monde sait déjà de quoi il s’agit.

Les 30 dernières minutes

Après 2 heures et 30 minutes de diagonales arrive le moment de l’impro. Ce moment gênant où tu dois improviser devant touuuuuute la classe en faisant croire que tu sais ce que tu fais (du moins, c’est mon ressenti). Les impros s’enchaînent et les gens lâchent complètement prise. C’est incroyable de voir autant de créativité et d’ondes positives ! En même temps, tout le monde crie pour encourager celui ou celle au milieu de la salle. Au bout d’un moment, une des élèves sort même des foulards pendant son impro, histoire de donner un petit style cabaret.

Mon ressenti

En conclusion, je conseille ce cours à tout le monde (parmi ceux et celles qui aiment le Heels, bien évidemment). Par contre, il faut partir du principe qu’on peut se sentir un peu à l’ouest pendant le premier cours, mais qu’avec de la persévérance, de la passion et l’envie de se lâcher, on rattrape vite la cadence. Par contre, un ego boost est garanti !

Maintenant, c’est aux candidats de la Star Ac’ de jouer !