AccueilPop culture

Qui est Andrew Tate, l’incel le plus blacklisté d’Internet ?

Publié le

par Coumbis Hope Lowie

Vous ne connaissez peut-être pas son nom mais Tate est le cauchemar de tous les parents de TikTok et d’Instagram. Et il vient d’en être banni !

Qui est Andrew Tate, l’incel le plus blacklisté d’Internet ?

screen insta de @hmadethebeats

Andrew Tate est un Anglo-Américain de 35 ans et dans la vie, c’est un ex-champion de kickboxing et de téléréalité reconverti en gourou pour hommes en détresse.

Et ces dernières semaines, son nom n’a cessé de revenir sur les réseaux sociaux. Des enseignants excédés et des parents inquiets alertent sur les propos misogynes de leurs enfants et élèves. Propos qui semblent tout droit sortis d’une vidéo de Tate.
Les tweets et réponses scandalisés pleuvent et associations et militants se joignent aux cris de détresse. Ils insistent : Andrew Tate représente un danger. Il a réussi à fédérer des millions d’hommes seuls et en colère. Et ses propos racistes, misogynes et homophobes ne devraient pas être accessibles sur TikTok ou Instagram, particulièrement pour les enfants et les jeunes ados.

Chargement du twitt...

Des années après Twitter, les autres plateformes réagissent et l’une après l’autre, elles bannissent à vie l’influenceur scandaleux. Andrew Tate n’a donc plus le droit d’avoir de compte Facebook, TikTok, Instagram, Twitter ou encore Youtube !

Mais pourquoi Tate fait-il si peur ? Parce qu’il revendique ouvertement et légitime une haine de plus en plus présente et décomplexée : la haine des femmes.

Andrew T. ne cache pas détester la gent féminine. Il s’autoproclame même misogyne et pour lui, “les femmes sont la propriété de leurs maris et elles devraient se contenter d’avoir des enfants, rester sagement à la maison et faire le café.”

Chargement du twitt...

Mais Tate est problématique depuis bien longtemps. En 2016 déjà, il fait les gros titres après s’être fait renvoyer de l’émission de téléréalité Big Brother, où il s’est fait connaître. Suite à la publication d’une vidéo le montrant en train de fouetter une femme avec une ceinture. Même s’il assure que c’était une pratique consentie, ça ne passe pas.

Un an plus tard, en plein scandale Harvey Weinstein, il se fait bannir de Twitter après avoir déclaré que si les femmes “se retrouvent dans une situation où elles se font violer”, elles doivent en porter la “responsabilité”. Mais choquer l’opinion publique est la recette de son succès ! Une grosse partie de sa stratégie marketing repose sur le fait de poster et faire poster les parties les plus choquantes de ses vidéos ou déclarations pour créer la polémique et le buzz. Et ainsi, il est vite devenu le symbole de la pensée en contre-courant.

Mais qui sont les millions de followers et de fans qui adhèrent aux propos outrageants d’Andrew Tate et le surnomment “le roi de la masculinité toxique ? Et d’ailleurs, qu’est-ce que c’est ? Petit cours de vocabulaire.

Dans son livre, Le Mythe de la virilité, un piège pour les deux sexes, Olivia Gazalé explique que la masculinité toxique découle d’un mythe selon lequel la nature aurait, dès le départ, soumis la femme à l’homme.
La femme serait naturellement programmée pour la maternité, douce et aimante mais gouvernée par ses émotions. Et l’homme serait au contraire naturellement maître de lui-même, fort, courageux, dominateur et capable de raisonner. Dans cette image stéréotypée, un vrai homme ne pleure pas, n’est pas sensible et il se bat pour se faire respecter. Cette vision du monde très binaire engendre des souffrances aussi bien chez les femmes que chez les hommes et des comportements violents majoritairement envers les femmes.

C’est là que les incels rentrent en jeu. Pour la très grande majorité, ce sont des hommes qui s’affichent célibataires par dépit et qui sont persuadés que les femmes leur doivent soumission et bien sûr, faveurs sexuelles. Plusieurs tueries de masse ont été perpétrées par de jeunes hommes qui affichent de telles croyances, la plus connue a eu lieu au Canada, il y a plus de 30 ans. Dans les forums incel les plus radicaux, on peut lire des appels aux viols ou pire encore.

Et cette communauté d’hommes frustrés cherchant à blâmer les femmes pour leurs vies misérables a trouvé dans Andrew Tate un leader parfait.

Chargement du twitt...

Un leader qui ne cache d’ailleurs pas que 40 % des raisons qui l’ont poussé à s’installer en Roumanie sont que la police y serait moins susceptible de poursuivre les allégations d’agression sexuelle. Certains pensent qu’il y a fui pour échapper à la justice et aux accusations d’agression qui pèsent contre lui. Une immigration de qualité, nous direz-vous.

Mais depuis quelque temps, les pensées nauséabondes et dangereuses de celui qui explique qu’il faut dominer sa femme et puis “tu l’attrapes, tu lui mets une gifle, tu l’étrangles et tu baises” ont dépassé les sphères des forums obscurs et celui des fans aguerris. Puisque de plus en plus de jeunes ne connaissant rien à ces concepts et ces dangers tombent sur ses propos et y adhèrent. Dès le plus jeune âge.

Tout cela relance un débat souvent mal traité autour des dangers que peuvent représenter les réseaux sociaux pour les utilisateurs mineurs.

À voir aussi sur Konbini :