Pourquoi ces toiles de Van Gogh et Kandinsky ont fait sensation lors d’une foire d’art néerlandaise ?

Pourquoi ces toiles de Van Gogh et Kandinsky ont fait sensation lors d’une foire d’art néerlandaise ?

Image :

© Nick Gammon/AFPTV/AFP

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

Tête de paysanne à la coiffe blanche du peintre néerlandais Van Gogh et Murnau mit Kirche II de Kandinsky ont fait des ébahi·e·s.

Une des rares premières toiles de Vincent van Gogh et une œuvre de Vassily Kandinsky, pionnier de l’art abstrait, ont été mis en vente dans une prestigieuse foire d’art néerlandaise. The European Fine Art Fair (TEFAF), véritable mine aux trésors installée à Maastricht, dans le Sud du pays, a permis au public de s’extasier devant peintures, sculptures et bijoux.

À voir aussi sur Konbini

Des Manet, Rubens et Rodin figuraient également parmi les nombreuses pièces exposées, qui seront toutes mises en vente, mais les œuvres vedettes de cet événement sont cette année les tableaux : Tête de paysanne à la coiffe blanche du peintre néerlandais Van Gogh et Murnau mit Kirche II de Kandinsky, qui avait été vendu 41,9 millions d’euros aux enchères à Londres en mars 2023.

L’œuvre de jeunesse de Van Gogh, peinte vers 1884, a été mise en vente par M.S. Rau, l’une des galeries les plus vastes et les plus connues des États-Unis, basée à La Nouvelle-Orléans. “Van Gogh est un artiste incroyablement intemporel”, observe Rebecca Rau, vice-présidente des acquisitions de la galerie. “Il y aura forcément beaucoup d’intérêt” de la part des acheteur·se·s, dit-elle à l’AFP.

Van Gogh a réalisé ce tableau alors qu’il vivait avec ses parents dans la ville de Nuenen, dans le Sud des Pays-Bas. En 1885, il a peint au même endroit son célèbre tableau Les Mangeurs de pommes de terre. Le prix demandé pour sa toile mise en vente atteint 4,5 millions d’euros, a précisé à l’AFP le président de M.S. Rau, Bill Rau. “Nous savions que ce serait une star à la foire”, a déclaré M. Rau. “Mais nous n’avions aucune idée à quel point les gens seraient enthousiastes rien qu’en passant” devant ce tableau.

“100 000 millions d’euros”

Une autre sensation de la foire est le tableau Murnau mit Kirche II du peintre Vassily Kandinsky, né à Moscou. Le tableau avait été récemment récupéré par les héritier·ère·s de sa propriétaire, une Juive allemande tuée par les nazis. Cette huile sur toile d’environ un mètre sur un mètre, peinte en 1910, à un moment charnière de l’œuvre du peintre, offre une vision colorée du village allemand de Murnau, ses toits pointus et la flèche de son église, étirée tout comme les cimes des Alpes bavaroises.

Elle a longtemps orné la salle à manger de Johanna Margarethe et Siegbert Stern, fondateur·rice·s d’une prospère entreprise de textile. Ce couple au cœur de la vie culturelle berlinoise des années 1920, qui fréquentait Thomas Mann, Franz Kafka ou Albert Einstein, avait constitué une impressionnante collection d’une centaine de tableaux et dessins.

Siegbert Stern est mort de causes naturelles en 1935. Son épouse Johanna Margarethe, qui avait fui l’Allemagne nazie pour les Pays-Bas, est morte à Auschwitz en mai 1944. Murnau Mit Kirche II a été identifié il y a seulement dix ans dans un musée de la ville néerlandaise d’Eindhoven, où il se trouvait depuis 1951. Il a été restitué en 2022 aux héritier·ère·s des Stern, dont les treize survivant·e·s se sont partagé·e·s le fruit de la vente.

Le tableau a été acheté aux enchères l’année dernière par le marchand d’art Robert Landau, qui n’a pas souhaité divulguer de prix de vente à la TEFAF. Il a toutefois déclaré à l’AFP que la peinture avait été récemment évaluée à “100 millions d’euros”. “Mais je n’ai rien à dire sur le prix. Le monde sait combien nous l’avons payée et nous ne la vendrons qu’à quelqu’un que nous apprécions et qui la conservera dans un endroit agréable”, a-t-il affirmé. Les deux tableaux pourraient ne pas être exposés au public dans un avenir proche s’ils sont acquis par des collectionneur·se·s privé·e·s d’art. Mais selon Rebecca Rau, la plupart des chefs-d’œuvre présentés à la foire “finiront probablement dans un musée”.