AccueilPop culture

Non, les femmes noires ne font pas QUE du R’n’B, de la soul ou du rap

Publié le

par Yasmine Mady

Être une femme noire et faire de la musique n’est pas automatiquement égal à être une artiste R’n’B, une chanteuse de soul ou une rappeuse.

Non, les femmes noires ne font pas QUE du R’n’B, de la soul ou du rap

La frontière entre les genres musicaux devient certes de moins en moins lisible. Les rappeurs chantent, les chanteurs rappent. La drill sample le garage, la trap flirte avec le rock. Mais quand il s’agit des femmes noires, peu importe le genre musical, dès lors qu’elles chantent, leur présentation dans les médias semble être cantonnée au R’n’B, à la soul, au jazz ou alors à des appellations fourre-tout dénuées de sens comme la “musique urbaine”.

Ainsi, en janvier dernier, la chanteuse Rachel Chinouriri, épuisée de la manière dont elle était présentée dans les magazines, a souhaité remettre les choses au clair via un thread sur Twitter, dans lequel elle s’explique : “Ma musique n’est ni du R’n’B, ni de la soul, ni du jazz, mes influences sont l’indie, l’électro et la pop.” Elle précise également, concernant l’une de ses chansons : “Comment vous pouvez écouter ‘So My Darling’ et penser que c’est du R’n’B ?”

Chargement du twitt...

Suite à ces tweets, la chanteuse a pu préciser sa pensée dans une lettre ouverte où elle conclut avec ces mots : “Les artistes noirs existent dans tous les genres, laissez-nous y entrer.”

Chargement du twitt...

D’autres artistes féminines noires semblent également vouloir sortir des arcs narratifs dans lesquels on les enferme malgré elles. En 2021, on a toutes et tous observé la percée de PinkPantheress, cette jeune Londonienne de 22 ans qui a tout cassé avec ses hits “Pain” et “Passion”, notamment grâce à TikTok. Ses chansons nous plongent dans une nostalgie palpable. On y retrouve des sonorités inspirées du garage UK et des visuels qui nous transportent dans une esthétique très Y2K, qui nous renvoie au début des années 2000.

L’ironie, c’est que l’artiste était anonyme quand ses chansons ont pété. Lorsque Internet a découvert qu’une femme noire était à l’origine de ces sonorités, tout le monde est tombé des nues.

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Après avoir vu Willow Smith explorer différents genres, c’est dans le pop-rock qu’elle s’est affirmée en 2021 avec la sortie de son premier album intitulé Lately I Feel Everything. Dans ce projet, on trouve son hit “Transparentsoul”, qui a aussi fait le tour de TikTok et a permis à de nombreuses jeunes filles noires d’en faire un hymne et d’affirmer leur style “alternatif”. Confirmant encore une fois l’adage “representation matters”, en français : “La représentation est importante.”

@islahmustafa t r a n s p a r e n t s o u l @willow 🎸💙#fyp #transformation #transparentsoul #willow #greenscreen #mua ♬ t r a n s p a r e n t s o u l – WILLOW

La jeune artiste, cadette de la famille Smith, a depuis poursuivi sa percée dans le rock avec “Grow”, une chanson explosive en featuring avec Avril Lavigne et Travis Barker. De quoi dépoussiérer le rock qui, dans l’imaginaire collectif, est devenu plutôt très masculin et plutôt très blanc. Ironique, lorsque l’on retrace l’origine du genre et que l’on apprend que c’est une musique créée par les Noirs.

Impossible de parler de pluralité de genres chez les artistes féminines noires sans évoquer Tierra Whack. Whack World, son premier album studio sorti en 2018, est très avant-gardiste. Un projet hors du commun de quinze sons en 15 minutes, avec un concept vidéo déjanté et ultra-coloré.

Pour ses visuels, elle est souvent comparée à Missy Elliott, et pour sa musique, elle ne cache pas qu’elle s’inspire de Lauryn Hill et André 3000. Tierra est bel et bien une rappeuse, Jay-Z la décrit même comme le “Joker du rap”, mais ce n’est pas pour autant qu’elle souhaite être limitée à ce genre.

Avec son dernier projet, “Pop?, R’n’B?, Rap?”, elle propose trois mini EP de trois sons chacun, dans lesquels elle questionne l’auditeur sur la catégorie dans laquelle devrait être classée sa musique. C’est également une manière de rappeler qu’elle sait tout faire, mais surtout qu’elle PEUT tout faire. Pour Pitchfork, l’artiste a déclaré : “Quand j’étais jeune, les gens me disaient toujours de m’en tenir à un genre, mais je suis une artiste. Si j’ai tous ces genres en moi, je devrais pouvoir les exprimer. Donc je le fais, sans me restreindre.”

En France, le débat sur la qualification du style musical des personnes noires, et spécifiquement des femmes noires, s’est brodé autour d’Aya Nakamura, qui a été décrite sur Skyrock comme une “rappeuse”… Qualification qui avait fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux.

Chargement du twitt...

Aya a finalement mis fin à ce débat en expliquant que ses inspirations proviennent du zouk, de l’afro et de la pop. C’est le terme “afropop” qui semble être le plus représentatif de la musique de l’artiste française la plus populaire à l’international. Le problème reste le même : parce qu’elle est Noire, elle a systématiquement été rangée dans des cases dans lesquelles elle n’a pas sa place.

Toutes ces discussions ont aussi remis sur la table le débat autour du terme “musique urbaine”, que beaucoup trouvent problématique et à bannir. Quand, paradoxalement, il y a vingt ans, on n’avait aucune difficulté à parler de Janet Jackson comme étant la “reine de la pop”, on a aujourd’hui encore du mal à sortir de l’exception dans la représentation des femmes noires dans les genres musicaux qui sortent du “negro spiritual”. Quand bien même ces dernières se sont toujours exprimées dans de l’indie, du garage, du rock, de l’électro, de l’alternative ou encore de la pop depuis des décennies.

Rico Nasty, la rappeuse punk-trap, FKA Twigs et ses sonorités alternatives, Pink Pantheress et ses sons garage, Lean Chihiro en France et son rap teinté d’inspirations japonaises ou encore Astronne et sa multiplicité… Ces artistes féminines n’ont aucune similitude, si ce n’est qu’elles sont toutes hors du commun.

Voici une playlist pour continuer à découvrir les femmes noires dans tous les genres, toutes les sonorités, et sans frontières.

À voir aussi sur Konbini :