AccueilPop culture

Nas revient avec King’s Disease, un album compact ancré dans ses racines

Publié le , modifié le

Par Aurélien Chapuis

Produit par Hit-Boy, ce nouveau projet de l'étoile de Queensbridge croise Lil Durk, Anderson .Paak, Don Toliver et The Firm.

Nas revient avec King’s Disease, un album compact ancré dans ses racines

Il y a quelques jours, Nas annonçait un album surprenant entièrement produit par Hit-Boy. Depuis, les spéculations allaient bon train sur le style, l’ambiance et la consistance de ce projet. L’alliance entre Nas et Hit-Boy a tout pour plaire, mais les fans ont encore en travers de la gorge la déception Nasir avec Kanye West aux manettes.

Au début de la semaine, la tracklist était dévoilée. On est alors frappés par l’éclectisme des invités, de l’incontournable Lil Durk à l’éternel Charlie Wilson en passant par Anderson .Paak et Fivio Foreign. Mention spéciale au légendaire vétéran DJ Brucie B, méconnu des nouvelles générations. À l’écoute de l’album, il semble que tout le monde trouve sa place grâce au travail d’orfèvre de Hit-Boy.

À voir aussi sur Konbini

Nas est très à l’aise sur tous les terrains proposés et il rend standard et intemporelles des combinaisons qui pouvaient paraître incongrues, comme celles avec Lil Durk ou bien celle avec Don Toliver. Hit-Boy crée des terrains d’entente, des bulles diplomatiques qui respectent l’histoire et les racines de la légende de Nas, tout en proposant une version moderne.

Sur certains titres comme “27 Summers”, “Til the War Is Won” ou encore “Replace Me”, Nas semble autant incarner la mentalité et la détermination du regretté Nipsey Hussle que les énergies sages et détendues de Dom Kennedy, deux collaborateurs réguliers du producteur Hit-Boy. Sur le fin de l’album, avec “10 Points” ou “The Cure”, Hit-Boy trouve les arrangements parfaits pour accompagner la diction si éloquente de Nas.

Le chaînon manquant entre histoire et présent du rap

Cette ligne artistique correspond à la science du flow de Nas et à sa manière si particulière de raconter les histoires en passant par de petits détails criants de vérité. Certains titres paraissent trop courts, mais l’album culmine à 38 minutes, ce qui donne une bonne énergie continue sans perdre l’auditeur.

Dans ses titres, Nas est lucide sur la situation actuelle et il se sert de son aura pour délivrer certains sentiments forts comme dans l’indispensable “Ultra Black”, premier extrait sorti quelques jours plus tôt, une sorte de suite virulente aux morceaux “Black” et “Black 2” de Buddy.

Le retour inattendu de The Firm

La plus grosse annonce de l’album est tout de même le retour surprenant du groupe originel The Firm sur “Full Circle” pour la première fois depuis 1996. Nas y retrouve surtout Cormega alors que leur relation a été extrêmement tumultueuse au fil des années.

C’est donc totalement incroyable de les retrouver tous ensemble sur “Full Circle”, un morceau évolutif parlant de relations humaines, de couples et de cycles. Ce titre chargé d’histoire voit même Dr. Dre apparaître en surprise sur l’outro, comme pour boucler le cercle et terminer cette trajectoire manquée avec Cormega et l’équipe. Une magnifique façon de répondre à sa propre histoire. Avec King’s Disease, Nas place les dernières pièces du puzzle.

“Everything comes back around full circle (yup).”