AccueilPop culture

Mais c’est quoi, ce délire autour du business des cartes Pokémon ?

Publié le

par Damien Garcia

Qui dit business, dit dérive. Noël arrive, alors on essaye de vous expliquer comment faire les bons choix… ou du moins, pas les mauvais.

Mais c’est quoi, ce délire autour du business des cartes Pokémon ?

25 ans après leur apparition, les mythiques cartes Pokémon n’ont jamais été autant à la mode. Alors qu’à la base, l’ambition de la licence Pokémon était juste de créer un jeu de cartes à collectionner. Mission réussie, mais… petit à petit, les fans ont délaissé le jeu, pour se concentrer sur la collection et la rareté de certaines cartes.

Un succès qui a depuis longtemps dépassé les grilles des cours d’écoles. La collection de cartes Pokémon séduit tous les profils, de l’enfant innocent qui échange des cartes avec ses amis, à l’adulte nostalgique (moi), en passant par le collectionneur prêt à dépenser des milliers d’euros pour ouvrir des boosters datant de 1998.

Des quoi ?

Des “boosters”, ce sont des pochettes scellées qui contiennent un assortiment aléatoire de 10 cartes (6 communes, 3 peu communes, 1 rare), dont au moins une brillante. Les boosters les plus récents coûtent entre 5 et 10 euros.

À voir aussi sur Konbini

Plusieurs boosters, de séries différentes

Comme le vin, les boosters de carte prennent de la valeur avec le temps. Lorsque la licence crée de nouveaux Pokémon, elle sort un jeu vidéo pour que les fans puissent découvrir et jouer avec ces nouvelles créatures. Creature Inc. (actionnaire de la Pokémon Company, le studio qui est à l’origine des cartes Pokémon) en profite pour sortir de nouvelles séries de cartes (il y a en moyenne 240 cartes uniques par série), inspirées de l’univers du nouveau jeu. Évidemment, dès qu’une nouvelle série sort, les précédentes deviennent plus rares et prennent de la valeur. Il faut également prendre en compte les cartes que l’on peut trouver à l’intérieur du booster. Si elles séduisent les fans, les prix peuvent vite grimper.

C’est en partie pour cela que les cartes à collectionner Pokémon ont regagné en popularité ces dernières années. La licence sort des cartes de plus en plus belles et originales. Il n’est donc plus nécessaire de se procurer un booster datant du siècle dernier pour espérer dégoter une carte rare. Par exemple, la majorité des séries sorties en 2022 possèdent des cartes cotées à plus de 100 euros.

Un cadeau de Noël empoisonné ?

Les boosters Pokémon, c’est pratique. Ça ne coûte pas très cher, on peut en acheter plusieurs, voire un coffret entier, et on est sûr de faire un heureux. C’est un peu le ticket à gratter des enfants. On offre des morceaux de cartons à cinq euros qui peuvent valoir dix fois plus.

Il est légitime de se demander ce qui est le plus précieux dans l’ouverture d’un booster. La montée d’adrénaline qui nous stimule pendant d’un instant ? Ou l’accomplissement d’y trouver une carte rare ? Charlie est heureux d’ouvrir son chocolat Wonka, mais c’est de la récompense dont il se souviendra chaque matin, pas du cours instant où la flamme a brillé dans ses yeux, avant de s’éteindre, déçu de n’avoir rien trouvé dans la tablette.

Tout ça pour en venir au fait : Noël arrive et si vous voulez faire des heureux, il ne faut pas acheter n’importe quoi. Bien que ce soit un “jeu de cartes à collectionner”, c’est aussi devenu un business. Et qui dit business dit dérive.

⚠️ L’achat à des particuliers ⚠️

Ces dernières années, les plateformes de reventes ont gagné en popularité. Vinted, eBay, Leboncoin, toutes sont un bon moyen de trouver un cadeau pour moins cher, mais représentent aussi un risque de se faire arnaquer.

La pesée

On risque d’en décevoir plus d’un, mais nombreuses sont les séries de boosters Pokémon qui peuvent se peser. Je vous explique. Vous êtes désormais familier aux boosters Pokémon, et avez compris que dans ces derniers, il est possible de trouver une ou plusieurs cartes réfléchissantes, prisées par les collectionneurs. Ces dernières étant plus travaillées, elles pèsent généralement plus lourd que des cartes communes. Bien que ce ne soit pas une science exacte, il est possible de savoir si un booster est prometteur ou non, rien qu’en le pesant. Bon nombre de tests existent sur YouTube.

pesécarte

Un vendeur malhonnête peut très bien peser les boosters. Il revend ainsi les légers, et ouvre les lourds, sans le préciser à l’acheteur. C’est pourquoi il ne faut jamais acheter à un vendeur particulier en qui vous n’avez pas confiance. Surtout si le sachet de cartes n’est pas protégé d’un blister, qui vient altérer le poids total et rend la pesée impossible.

Un booster Pokémon, protégé d’un blister

Si vous voulez acheter à un particulier, il est conseillé de se renseigner avant sur la “pesabilité” des séries, car certaines sont moins faciles à peser que d’autres. La Pokémon Company essaye de faire en sorte qu’à terme, les paquets ne soient plus pesables.

Dans chaque booster, vous trouverez un petit carton sur lequel se trouve un code, utilisable pour un jeu de collection en ligne. Il y a deux couleurs différentes de carton, un blanc (lourd), et un noir (léger). Ils adaptent ainsi le carton qu’ils vont mettre en fonction du poids total du booster, pour que tous soient homogènes. Je vous souhaite donc d’avoir des cartons noirs durant vos ouvertures, cela veut généralement dire que des cartes lourdes sont présentes dans le booster.

Même sur les plateformes spécialisées dans la revente de cartes Pokémon, il faut rester méfiant. J’en ai fait l’expérience en achetant une dizaine de boosters sur un de ces sites. Équipé d’une petite balance, je les ai pesés. Surprise, ils étaient tous légers par rapport au poids moyen de la série. Le vendeur était pourtant qualifié de “professionnel” et avait plus de 14 000 ventes à son actif.

Les boosters rescellés

Si certains sont honnêtes, d’autres n’ont aucun scrupule à revendre les boosters comme neufs, alors qu’ils les ont vidés de leurs cartes rares. Un peu de colle, un fer à lisser et le tour est joué. C’est pourquoi, encore une fois, il est conseillé d’acheter uniquement des boosters sous blister.

Les faux boosters

Faux display

Ce genre d’offre n’existe pas. Comme je l’ai dit plus haut, les boosters récents provenant du jeu “Épée et Bouclier” valent entre 5 et 10 euros l’unité. Les “displays”, ces boîtes de 36 boosters, sont effectivement plus intéressants vu que l’achat en gros fait baisser le prix à l’unité. Cependant, elles ne sont jamais à moins de 100 euros et rares sont les séries dont le display vaut moins de 200 euros. Il existe des sites qui référencent ces arnaques. À l’inverse, sur le sien, Pokémon partage des points de vente. L’achat sur Internet est souvent plus avantageux, que ce soit en termes de choix ou de prix, mais il faut rester méfiant.

Sans mauvais jeu de mots, vous avez maintenant les cartes en main pour ne pas vous faire avoir. Conseil de fan : dans les séries accessibles du moment, “Origine Perdues” est la meilleure. Si vous êtes patients, le 20 janvier sort “Zénith Suprême”, ultime série du jeu Épée et Bouclier et elle s’annonce incroyable.

PS : Achetez des boosters français ! Les cartes françaises sont les mieux cotées, devant les anglaises et les japonaises.