L’œuvre de Yoko Ono, “l’artiste inconnue la plus célèbre au monde”, est mise en lumière dans une expo

L’œuvre de Yoko Ono, “l’artiste inconnue la plus célèbre au monde”, est mise en lumière dans une expo

Image :

© Rune Hellestad/Corbis/Getty Images

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

"Cette exposition célèbre véritablement l’artiste qu’était Yoko."

John Lennon l’a décrite comme “l’artiste inconnue la plus célèbre au monde : tout le monde connaît son nom, mais personne ne sait ce qu’elle fait”. Pour sortir du flou, l’œuvre de Yoko Ono est au cœur d’une rétrospective, à la Tate Modern de Londres. Intitulée “Music of the Mind”, l’exposition qui court jusqu’au 1er septembre 2024 explore les créations de Yoko Ono, 91 ans, plus connue pour être la veuve de l’ex-Beatle qu’une icône de l’art contemporain.

À voir aussi sur Konbini

“Cette exposition célèbre véritablement l’artiste qu’était Yoko”, explique à l’AFP Andrew de Brun, l’un des commissaires. “John Lennon était pour elle un important contributeur, mais nous sommes très heureux d’exposer son art.” Retraçant sept décennies, le musée présente 200 œuvres, installations, objets, vidéos, photos, sculptures et documents qui reviennent sur ses performances et ses compositions musicales.

La rétrospective, présentée comme la plus vaste à ce jour, “reconnaît l’importance de Yoko Ono dans l’art et la culture contemporains”, souligne le commissaire. “Nous sommes ravis de présenter son travail à des nouvelles générations de publics”, “son militantisme, ses campagnes pour la paix”, ajoute-t-il. Depuis sa première exposition à New York dans les années 1950, Yoko Ono, née à Tokyo, s’est illustrée dans le conceptualisme, mouvement selon lequel l’idée est plus importante que l’œuvre elle-même.

Des œuvres engagées

L’exposition se penche sur certaines de ses œuvres les plus controversées, à l’instar de la vidéo Cut Piece, qu’elle a présentée au Japon puis au Carnegie Recital Hall à New York. Sur scène, elle apparaît dans une robe noire, laissant des ciseaux derrière elle, permettant au public de découper ses vêtements, afin d’attirer l’attention sur la violence que la société inflige aux femmes. L’exposition célèbre le parcours de l’artiste, qui, pendant des décennies, a été accusée par certains d’être responsable de la séparation des Beatles en 1970.

Ses installations à l’Indica Gallery de Londres en 1967 ont captivé John Lennon. À cette occasion, une œuvre baptisée Ceiling Painting proposait au public de grimper sur une échelle pour voir à travers une loupe le mot “yes” au plafond. Lennon a gravi l’échelle et a été ébloui par l’œuvre, à présent exposée à Londres.“Quand Painting to Hammer A Nail a été exposé à l’Indica Gallery, quelqu’un est venu et m’a demandé s’il pouvait planter un clou. J’ai dit que ça irait s’il me donnait cinq shillings”, soit quelques centimes, se remémore Yoko Ono dans son texte Some Notes on the Lisson Gallery Show.

“Au lieu de payer cinq shillings, il a demandé s’il pouvait planter un clou imaginaire. C’était John Lennon.” Le couple s’est marié en 1969, jusqu’à l’assassinat de Lennon à New York en 1980, à l’âge de 40 ans. Pendant leurs treize années de vie commune, le duo a sorti six albums et créé des enregistrements de musique expérimentale, des courts métrages, des performances et des installations.

Avec Lennon, Yoko Ono a connu le succès dans la musique, un aspect également abordé dans l’exposition. En 1980, avec l’album Double Fantasy, enregistré avant la mort de Lennon, le couple a remporté le Grammy Award de l’album de l’année. “Quand j’entends de la musique, mon corps commence à bouger”, a dit Yoko Ono dans une interview en 2013. “Je suis comme ça. C’est mon corps. C’était déjà le cas enfant.”