AccueilPop culture

Les meilleures performances dans les biopics musicaux du XXIe siècle

Publié le

par Manon Marcillat

Six performances inoubliables.

Les meilleures performances dans les biopics musicaux du XXIe siècle

En cette fin d’année 2021, la musique n’aura jamais eu autant de place au cinéma. Avec un superbe biopic sur NTM (Suprêmes) et une adaptation non officielle (et réussie) de la vie de Céline Dion (Aline), le septième art continue de faire miroiter les destins qui auront joué des notes, des plus frappantes aux plus troublantes.

À cette occasion, on s’est posé une question toute simple : quelles ont été les meilleures performances musicales au cinéma depuis l’an 2000 ? On s’est trituré les méninges, on a pas mal débattu, et il en résulte six jeux d’acteurs qui nous ont marqués.

Eminem dans 8 Mile (2002)

Dès les années 1990, Hollywood s’est frotté au phénomène du hip-hop. Do the Right Thing, Boyz n the Hood, Friday mais aussi Juice, Belly ou New Jack City (et même How High, techniquement) sont des films qui mettaient au cœur de leur récit cette culture faussement nouvelle.

Il faudra attendre 2002 pour qu’on ait un biopic de rappeur avec 8 Mile. Même si on ne parle pas d’un véritable biopic car, bien qu’il soit basé sur les débuts de la carrière d’Eminem, il y a beaucoup de fiction. Le travail en usine, le fait d’avoir grandi dans une caravane et bien d’autres éléments éloignent le film d’un biopic “classique”.

Néanmoins, il est rare qu’un artiste incarnant son propre rôle (ou presque) soit au centre d’un long-métrage. Jouer dans son premier film, dans le rôle principal, quand on n’a jamais joué auparavant est un exercice franchement casse-gueule, mais en plus, cela a lieu au moment où Eminem commence à percer et n’a pas encore sorti The Eminem Show.

Audacieux de la part du rappeur de Détroit, et une franche réussite. Eminem dans 8 Mile est assez remarquable de justesse, et a marqué une génération entière. Encore aujourd’hui, peu de biopics ont réussi à faire mieux que lui.

Joaquin Phœnix dans Walk the Line (2005)

En 2005, Joaquin Phœnix n’était déjà plus à présenter. Encensé pour son rôle chez Gus Van Sant (dans Prête à tout), salué chez James Gray (The Yards), adoré à deux reprises chez M. Night Shyamalan (Signes puis Le Village), mais surtout plébiscité plus que jamais chez Ridley Scott (Gladiator), l’acteur a le vent en poupe. Bel euphémisme, même.

Il faudra néanmoins attendre son interprétation de Johnny Cash devant la caméra de James Mangold dans Walk the Line pour qu’il reçoive des pluies (légitimes et méritées) de nominations ici et là. Si tout est parfait dans ce film, de son écriture à construction en passant par l’incroyable Reese Witherspoon et la musique intégralement réinterprétée par le duo de stars, c’est le jeu magistral de Phœnix qui marque le plus les rétines et le cœur des spectateurs.

Dès la première apparition de Cash à l’écran, on comprend que Phœnix prend une nouvelle stature. On le retrouvera plus tard dans cette situation précise, comprendre mal en point et en manque, mais devant un parterre de prisonniers qui le réclame plus que tout. Joaquin Cash débarque, plus habité que jamais. Tout, la voix, la gestuelle, les mimiques de visage, rappellent le crooner.

De là à dire qu’il méritait peut-être plus la statuette dorée que Jamie Foxx pour Ray la même année, il n’y a qu’un pas, qu’on franchirait avec plaisir.

Cate Blanchett dans I’m Not There (2007)

Pour dépeindre la vie de Bob Dylan, un artiste aux multiples visages, le cinéaste Todd Haynes invite une flopée de comédiens pour l’incarner. Avec ce parti pris, six acteurs se glissent dans sa peau, de Christian Bale à Marcus Carl Franklin en passant par Richard Gere, Heath Ledger, Ben Whishaw et, plus surprenant encore, Cate Blanchett.

L’actrice a notamment reçu le prix de la Meilleure actrice dans un second rôle aux Golden Globes ainsi que le Prix d’interprétation féminine à la Mostra de Venise. Brune, cheveux bouclés courts, elle incarne un chanteur androgyne et provocateur, dépeint par les médias comme le symbole d’un mouvement protestataire pour les jeunes.

Des scènes dans une chambre d’hôtel luxueuse, sur scène, à l’arrière d’une limousine ou à une conférence de presse, le roi de la folk et son indissociable clope au bec se font mitrailler pour savoir comment changer le monde. Dans un noir et blanc léché et avec ses lunettes noires, Cate Blanchett opère l’une des plus grandes transformations de sa carrière.

Sam Riley dans Control (2007)

En 2007, face à un Bob Dylan kaléidoscopique, se trame une sombre histoire de l’autre côté de l’Atlantique. On est dans les villes de Nottingham, Manchester, Macclesfield, et un tournage s’y tient, quelques mois avant la sortie en salles. À l’été 2006, Anton Corbijn met toute sa passion et son argent (4,5 millions d’euros, tout de même), pour aborder sa plus grande passion, la musique, plus particulièrement la new wave, et plus précisément Joy Division, à l’origine de ce courant musical né vers la fin des années 1970.

Lui-même fan, photographe et vidéaste du groupe britannique, le cinéaste néerlandais, dont c’est le premier film, réalise avec Control une ode fascinante à la musique de Joy Division et à la personnalité de Ian Curtis, son leader charismatique, devenu une icône qui n’avait jamais été préparée à la gloire et au succès (à l’instar d’un Kurt Cobain), et qui se suicidera le 18 mai 1980, la veille du départ du groupe pour sa toute première tournée américaine.

En résulte un film en noir et blanc grandiose, incarné à la perfection par un Sam Riley touché par la grâce (pour son tout premier film), réussissant ici et là à toucher du doigt une époque, une atmosphère et un artiste aussi intrigant et génial que trouble.

Paul Dano dans Love and Mercy (2014)

Ce n’est pas seulement la BO feel good et entêtante qui a fait le succès de Love and Mercy, biopic sur les Beach Boys. C’est aussi la prestation de Paul Dano, acteur jusque-là relégué à des rôles secondaires, comme dans Little Miss Sunshine, Prisoners ou Twelve Years a Slave.

Dans la première partie du film, qui se situe dans les années 1960, lors de la sortie de Pet Sounds, l’acteur incarne la version jeune du fondateur du groupe, en proie à la mélancolie. Derrière le soleil californien qui réchauffe les lyrics des Beach Boys, la part sombre de Brian Wilson obscurcit la légende des grands rivaux des Beatles.

Génie torturé, ultrasensible et incompris, Paul Dano remportera le Golden Globe du Meilleur acteur en 2016 grâce à sa performance habitée.

Andrew Garfield dans Tick, Tick… Boom! (2021)

Films à Oscars, les biopics musicaux peuvent s’avérer parfois pompeux, voire paresseux. Mais l’actualité cinéma du moment nous montre qu’un réalisateur passionné par son sujet et un acteur habité peuvent faire des merveilles.

Dans Tick, Tick… Boom!, actuellement sur Netflix, Lin-Manuel Miranda rend hommage, en images et en chansons, à Jonathan Larson, auteur-compositeur de génie qui a signé Rent, l’une des plus grandes comédies musicales de tous les temps, décédé le matin de l’avant-première, juste avant son triomphe. Pour chausser les vieilles Converse de cet artiste maudit des 90’s, il s’est offert les services d’Andrew Garfield, cheveux en pétard et capital sympathie inégalé.

Dans une prestation tragicomique, l’ancien Spider-Man, passionné et investi, nous transporte dans le tourbillon de ce personnage de trentenaire angoissé par son désir absolu de création. Passant du rire aux larmes et du chant à la danse avec une aisance qu’on aurait pu lui soupçonner, Andrew Garfield met toute son intensité au service de l’univers burlesque et fantaisiste du musical.

À voir aussi sur Konbini :