AccueilPop culture

Les 23 de 2023 : Amy Plant, la youtubeuse qui (dé)code l’algo et le rap

Les 23 de 2023 : Amy Plant, la youtubeuse qui (dé)code l’algo et le rap

Publié le , modifié le

Image :

© Amy Plant

"Je veux que mon monde soit utile aux autres".

Depuis plus de 15 ans, Konbini va à la rencontre des plus grandes stars et personnalités de la pop culture dans le monde entier, celles et ceux qui nous font rêver au quotidien à travers leur passion, leur détermination et leurs talents, afin de vous livrer tous leurs secrets.

À voir aussi sur Konbini

En 2023, la rédaction de Konbini a décidé de faire briller avant tout la jeunesse et la création francophones à travers 23 portraits de jeunes talents en pleine bourre, à suivre dès maintenant et dans les prochaines années. Des acteurs et actrices prometteur·se·s aux chanteur·se·s émergent·e·s, des chefs qui montent aux sportifs et sportives en pleine éclosion en passant par des artistes engagées de tout horizon, Konbini vous présente sa liste des 23 personnalités qui vont exploser en 2023.

La fiche d’identité d’Amy Plant, youtubeuse, 24 ans

  • Son signe astro ? Scorpion ascendant Scorpion (“je n’y crois pas, mais il paraît qu’ils sont rancuniers, je le suis.”)
  • Le meilleur moment de son année 2022 ? “Mon voyage aux États-Unis, quand je me suis retrouvée au milieu de San Francisco à manger un sandwich à l’autre bout de la Terre avec un inconnu.”
  • Le motto qui la définit ? Fais ce que tu as envie de faire et laisse ton message sur Terre.”
  • Sa dernière recherche Google : Je suis allée voir ce qu’était un hanneton et je suis allée checker le rappeur Lesram.”
  • C’est bien d’avoir moins de 25 ans en 2023 ? “J’adore avoir 24 ans, c’est le bon âge, on peut encore tout faire, j’ai du temps pour mes projets. Évidemment, il y a plein de trucs inquiétants autour de nous aujourd’hui. Égoïstement, pour avancer moi-même, je suis obligée de ne pas y penser en permanence, sinon ça me rend trop anxieuse.

“Quand j’ai créé la chaîne, je me suis dit que ça serait incroyable que les gens disent ‘Amy Plant’.”

Portrait. Déjà pour commencer, Amy Plant ne s’appelle pas Amy. “Choqué, déçu”, nous l’étions lorsque cette dernière nous l’a appris. L’histoire n’est pourtant pas si tirée par les cheveux, mais si Emma est devenue Amy Plant, c’est d’abord parce que sa grand-mère roumaine a commencé à l’appeler Emitsa, vite raccourci en “Emi” à sa demande.

Sauf qu’au même moment, passe à la télévision roumaine une publicité pour la marque de produits de soins “Elmiplant”. C’est ainsi que naît son pseudo qui, quelques années plus tard, deviendra tout naturellement le nom de sa chaîne YouTube, créée en 2019.

La Roumanie n’a pas seulement donné son pseudo à Amy. Le pays natal de sa mère lui a offert de nombreux souvenirs. Elle y a passé de nombreuses vacances, notamment auprès de sa grand-mère, sa “bunica”, à qui elle donnait la réplique en roumain.

En Roumanie, ce pays “sous-coté” selon ses mots, il y a des souvenirs culinaires, des mots qui l’ont marquée, des réminiscences de sons ou encore des images gravées sur sa rétine. Car que ce soit en parlant de tech, de rap ou en vloguant ses aventures à l’autre bout de la planète, Amy Plant nous invite sans cesse à nous remémorer.

“J’ai trop peur de perdre mes souvenirs, c’est pour ça que je les raconte pour les garder. L’enfance, c’était ce moment où tu avais tellement le temps de penser.”

Enfant dans la lune ? “Complètement”, assume Amy en riant. “Toujours à dessiner en cours, à oublier mes affaires à l’école”. Déjà très artiste, c’est d’abord vers cette voie que se dirige Emma. “J’ai toujours été un peu l’artiste de la famille, pas la plus scolaire, mais la plus bosseuse.

Ce sera donc un Bac ES pour Amy et un enchaînement sur une licence de sciences politiques. Des petits clashes d’adolescence avec sa mère : Jamais de la vie je ferai une prépa ! se souvient-elle, hilare. Mais les études d’abord, l’art, on verra plus tard. “J’ai eu un parcours chaotique, mais heureusement qu’il y avait de la philo dans ces études, et l’économie, ça rassurait ma mère.”

“Il faut que je m’échappe.”

En L2, Amy entend parler de l’École 42, notamment via sa sœur. Cette formation atypique en informatique apparaît comme une porte de sortie pour Amy. À un moment, elle s’est dit : “Il faut que je m’échappe. Je n’ai pas envie de faire un master en finance, de finir en cabinet de conseil.”

Pour se motiver à faire autre chose, elle décide de “monter un bizz”. Une idée de business basée sur le fait de proposer des voyages linguistiques,une idée de merde [rires]“, confie Amy avec du recul. Voulant tout faire par elle-même, elle décide de coder sa plateforme, c’est ainsi qu’elle fait ses premiers pas dans l’informatique. Quelques recherches Google plus tard, elle en sait un peu plus, mais se rend compte de l’ampleur de la tâche qui l’attend.

Alors forcément, l’idée d’intégrer 42 est loin de lui déplaire. Avec son système de “piscine” (une phase de sélection d’un mois où les candidats sont “plongés” en immersion), Amy se sent bien plus dans son élément, dans un environnement moins scolaire et aux côtés de gens très différents qui lui ressemblent.

“Dans le code, je trouve que je les gens sont assez atypiques, et je pense que moi aussi. Pendant longtemps j’avais l’impression que c’était insultant parce que j’étais toujours un peu dans mon monde.”

C’est à ce moment qu’elle crée sa chaîne YouTube et qu’elle publie sa première vidéo pour expliquer le concept de la piscine de 42. Elle s’éloigne de son projet entrepreneurial et décide de consacrer sa chaîne à quelque chose qui lui ressemble plus. Je voulais aller sur quelque chose de plus artistique, de plus créatif. Si ce n’est pas la peinture, le dessin et bien pourquoi pas la vidéo, se dit-elle à ce moment.

Ça ne vient pas de nulle part, quand elle était plus jeune, elle faisait déjà des vidéos de ses vacances en colo, qu’elle montait elle-même à grands coups de transitions mosaïques sur Windows Movie Maker. 42 ouvre Amy à un autre monde, rempli de lignes de codes et de protocoles. Coder, c’est le pouvoir, nous expliquait-elle déjà il y a deux ans. C’est avec ses premières vidéos qu’elle invite tout le monde à la rejoindre dans cette étrange dimension matrixienne.

Hack de webcam, plongée dans le dark web ou encore contrôle d’essaim de drones, rien n’arrête la curiosité de la vidéaste qui contamine rapidement son audience grandissante. “Au début, je faisais tout pour qu’on voie mes vidéos, je spammais les groupes Facebook avec mes vidéos. Avec ma vidéo sur Laylow, ça a explosé. J’ai commencé à ‘rentrer dans l’algo’, à apparaître dans les recommandations de plein de personnes. En un an, je suis passée de 1 000 à 100 000 abonnés.”

“Les algos, ils ont les biais humains qu’on leur apporte. Si tu es raciste, ton algo sera raciste. Le sexisme, c’est pareil.”

Les algos de YouTube (et maintenant de TikTok) passionnent énormément Amy qui s’est donné la lourde tâche de les “cracker”. Un travail de titan auquel elle a même consacré son mémoire. Ces mêmes algos qui ont réussi à la pousser sur le devant de la scène YouTube, même si cette dernière est quelque peu noyée sous les contenus ces dernières années.

En revanche sur les sujets tech et rap, Amy reste encore un peu une exception féminine contrairement à son audience composée à 93 % de mecs. “Mais ça, il faut que ça change ! 2023, il faut qu’il y ait plus de meufs qui viennent, ça suffit !”, en rit-elle. Elle s’estime tout de même assez chanceuse d’avoir une communauté en très grande majorité bienveillante, “à part quand je vais voir les forums de jeuxvideo.com”, précise-t-elle. Sa force ? Agir sans prétention. “Je ne me prétends pas être une gigacrack en code, il y a des gens qui me suivent qui sont bien meilleurs.”

Je suis un moteur Diesel qui tourne au rap.

Oublier la passion pour le rap chez Amy Plant serait un blasphème pour celle qui lui a consacré une grande partie de ses contenus YouTube. Enfant du 78, bercée au Alonzo et 1995, elle découvre son coup de cœur chez SCH. J’ai eu un gros coup de cœur sur SCH, quand il a sorti A7. À l’époque j’étais allée sur les ChampsÉlysées dans la voiture d’un pote, je me sentais tellement libre“, rit-elle.

Cette dimension de revanche sur le monde, Amy l’a saisie en plein vol. Comme pour ses sujets tech, en rap, Amy “dig” sans cesse. Elle partage d’ailleurs tous les mois des nouvelles playlists avec ses récentes découvertes musicales, du grand banger aux petites pépites produites en indépendant.

Ce qu’elle admire chez les rappeurs, c’est leur capacité à inviter dans leurs univers bien à eux, à parler de chaque détail de leur quotidien. À l’instar de ces artistes, on retrouve une combativité similaire chez Amy. “J’ai eu des doutes, mais en vrai, je me mets toujours à fond, sinon je regrette et c’est horrible.”

La chose la plus importante qu’on retient quand on regarde une vidéo d’Amy Plant, c’est son sens du storytelling : “J’avais envie de rajouter un peu de ciné, j’adore comment les films peuvent nous montrer la beauté du simple.”

C’est aussi pour cela qu’entre deux vidéos sur du code, du rap, vous pourrez trouver des vlogs avec une narration que vous ne trouverez nulle part ailleurs sur YouTube. Quand on regarde une vidéo d’Amy Plant, on suit tous le processus, tout le fil de ses pensées des premières idées jusqu’à la conclusion. Elle pourra vous parler d’où elle a grandi, de ses projets d’école aux deadlines angoissantes, de quand elle a interviewé (non sans stress) le vice-Président de Google ou encore de la fois où elle s’est volontairement noyée dans l’univers du jeu vidéo Cyberpunk 2077.

“Curieuse” serait encore un euphémisme pour celle qui peut clairement passer une nuit sur des liens Wikipédia à la recherche d’une simple information. Ce qu’elle trouve, elle le partage et ce qu’elle ne sait pas (encore), elle en fait quand même part à celles et ceux qui regardent ses vidéos.

Il y a définitivement une “touche Amy Plant” qui s’est installée, une manière de présenter les choses, d’inviter avec beaucoup d’intimité l’audience à la rejoindre dans son monde. D’ailleurs, chaque vidéo d’Amy Plant commence par “Allô la Terre”. Si elle a choisi ce gimmick dès la première vidéo, ce n’est pas pour rien. “Quand j’étais enfant, on me faisait toujours : ‘Allô la Terre, ici la Lune !’. Quand j’étais petite, j’étais dans mon monde. Maintenant, j’ai envie que mon monde vienne aux autres. C’est un peu une revanche !”

“Je veux que mon monde, il serve aussi à quelque chose, qu’il marque les gens et leurs propres mondes. Quand j’étais petite, je n’avais pas peur de mourir, mais d’être oubliée après ma mort.”

À tout juste 24 ans (un âge “pas si jeune” selon l’intéressée), rien ne l’empêche de penser énormément à l’avenir. Les études finies, sa chaîne YouTube ainsi que tous ses autres réseaux sociaux sont maintenant son unique priorité, un projet de vie dans lequel elle se lance à code perdu.

Avec le sourire, avec une joie de vivre et surtout un attrait sans limite pour tous les phénomènes qui activent notre planète au quotidien, Emma compte faire de “son monde” quelque chose “d’utile” aux autres. En leur apprenant, en les confortant, en les questionnant, Amy Plant a réussi à semer des graines de codes, de rap et de vie qui continueront de fleurir dans l’esprit de ceux qui ont pris le vaisseau en marche.

Les recos d’Amy Plant

  • Une série : Prison Break, diffusée sur Disney+ et AppleTV.
  • Un livre : Creativity, Inc., d’Amy Wallace et Edwin Catmull.
  • Un film : Gran Torino, de Clint Eastwood.
  • Un album : Kutthroat Bill: Vol. 1, de Kodak Black.
  • Un jeu vidéo : Cyberpunk 2077.

Pour rentrer dans le monde d’Amy Plant, vous pouvez atterrir sur sa chaîne YouTube, son TikTok, son compte Instagram ou aller checker ses playlists Spotify.