AccueilPop culture

Le directeur de la publication de Bigard Magazine a été condamné à 8 000 euros d’amende pour les photos de Jennifer Lawrence nue

Le directeur de la publication de Bigard Magazine a été condamné à 8 000 euros d’amende pour les photos de Jennifer Lawrence nue

Image :

© Capture d’écran Facebook Jean-Marie Bigard Officiel

avatar

Par Konbini avec AFP

Publié le , modifié le

"Bigard ne fait plus rire personne. Il n’y a que l’éditeur condamné pour en douter."

Le tribunal correctionnel de Créteil a condamné vendredi à 8 000 euros d’amende le directeur de la publication de Bigard Magazine pour avoir diffusé à l’été 2021 des photos volées de l’actrice américaine Jennifer Lawrence nue. Jean-Christophe Florentin a aussi été condamné à payer 10 000 euros au titre du préjudice moral. La condamnation devra par ailleurs être publiée dans deux titres de presse dans un délai d’un mois à compter du caractère définitif de la décision.

À voir aussi sur Konbini

Les cinq clichés incriminés, où Jennifer Lawrence apparaît nue ou en sous-vêtements, ont été publiés dans un hors-série consacré à l’humoriste controversé Jean-Marie Bigard dans une section baptisée “Les coups de cœur de Jean-Marie Bigard”. Lors de l’audience en décembre, le parquet avait requis 30 000 euros à l’encontre de M. Florentin.

“Les juges de Créteil ont fait justice de ce qui s’apparente à une forme de violence sexiste en rappelant avec force, au nom du peuple français, que la marchandisation du corps des femmes n’est plus tolérable”, a réagi auprès de l’AFP Me Vincent Tolédano, l’avocat de Jennifer Lawrence. “Bigard ne fait plus rire personne. Il n’y a que l’éditeur condamné pour en douter”, a poursuivi le conseil.

L’avocat de M. Florentin, Emmanuel Ludot, a pour sa part indiqué à l’AFP que Médialyd, la société éditrice du magazine, se réservait le droit de faire appel de cette décision. M. Florentin a été reconnu coupable en tant que représentant légal de la société et non en son nom propre.

En octobre 2021, le tribunal de Nanterre (Hauts-de-Seine) avait condamné Médialyd, placée en liquidation judiciaire en septembre 2022 par le tribunal de commerce de Créteil, à verser 20 000 euros de dommages et intérêts à l’actrice, une décision confirmée en appel.