La folle histoire de cette famille enfin réunie en peinture, après 200 ans de séparation

La folle histoire de cette famille enfin réunie en peinture, après 200 ans de séparation

Image :

© Camille Bas-Wohlert/AFPTV/AFP

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

Cette peinture, présentant un fils et son père d’un côté, et une mère de l’autre, était divisée en deux pendant 200 ans. Séparée, la famille est désormais réunie.

Désormais seuls quelques centimètres les séparent : divisée pendant deux siècles à la suite d’un découpage, une famille figurant sur une toile du XVIIe siècle a été réunie par un musée danois, la mère manquante ayant été retrouvée après une enquête approfondie.

À voir aussi sur Konbini

Tout dans le Portrait d’un père et de son fils du peintre flamand Cornelis de Vos (1584-1651), exposé depuis plus d’un siècle dans les collections de Nivaagaard au nord de Copenhague, laissait penser qu’une présence féminine avait disparu du tableau. Sur son côté droit, une forme inconnue suggérait qu’une pièce du “puzzle” manquait. “C’est une robe et un genou en dessous, ainsi qu’une partie de chaise”, raconte à l’AFP la directrice du musée, Andrea Rygg Karberg.

Après un minutieux travail d’enquête, les spécialistes ont retrouvé l’absente, vêtue de riches vêtements noirs, le cou entouré d’une imposante fraise, comme son mari. Il s’agissait du Portrait d’une Dame, une autre œuvre de Cornelius de Vos datée de 1626 également.

L’œuvre de ce proche de Pierre Paul Rubens avait été acquise aux enchères en 2014 par un galeriste néerlandais, Salomon Lilian, lequel avait engagé des travaux de restauration qui ont mis à jour un arrière-plan champêtre. Un chercheur danois, Jørgen Wadum, a trouvé dans un article une photo de cette œuvre après nettoyage et s’est soudain rendu compte qu’il s’agissait de la mère manquante.

“Retrouver la femme disparue d’un portrait de famille, c’est extraordinaire, ça arrive une fois dans une vie”, se réjouit Mme Rygg Karberg. “Comme dans un puzzle, elle s’accorde parfaitement avec notre œuvre sur les peupliers et le ciel en arrière-plan”, s’enthousiasme l’historienne de l’art.

Grâce à une subvention de la Nouvelle fondation Carlsberg, son musée a acquis la pièce manquante, qu’il expose désormais en famille. “Cela donne une bonne idée de ce à quoi ça ressemblait au départ […]. Je me demande pourquoi elle a été coupée de la grande peinture. Qu’a-t-elle donc pu faire ?”, s’amuse un visiteur de 80 ans.

Pour la directrice de la collection, l’explication est certainement très prosaïque, le tableau a sans doute été coupé à cause d’un dégât sur la toile. “À mon avis, le coin inférieur du tableau a été endommagé. Ensuite, il a été coupé en deux œuvres qui fonctionnent séparément.”

Les travaux des spécialistes ont permis de déterminer que le tableau était entier jusqu’en 1830. La première mention du seul Portrait d’un père et de son fils intervient en 1859, ce qui laisse à penser qu’il a été découpé dans cet intervalle.