AccueilPop culture

Est-ce que les rappeurs deviennent otages de leur commu ?

Publié le

par Aurélien Chapuis

Retour sur les retours d’Autobahn, la mixtape de SCH ainsi que toute l’actualité rap de la semaine avec Zola, Babyface Ray ou Key Glock.

Est-ce que les rappeurs deviennent otages de leur commu ?

Chaque semaine, Aurélien Chapuis, alias Le Captain Nemo, revient sur l’actualité du rap avec ses coups de cœur, ses découvertes et les enjeux du moment.

Vendredi dernier, SCH a sorti sa mixtape Autobahn. 14 titres, beaucoup de versatilité, plein de styles différents, des réminiscences du style Pone & Fonky Family époque 2000 ou même le summum du 113, mais aussi des explorations jersey ou 2-step. C’est très recherché, bien usiné, du véritable artisanat.

Et pourtant, après beaucoup d’attente de la part des fans du S, nombreux sont déçus sur Twitter et balancent leur mécontentement à peine quelques heures, parfois quelques minutes, après la sortie du projet. Bon, déjà, si on enlève le fait que Twitter soit juste devenu un couloir rempli d’air de tout ce qui passe par la tête des gens, le fait d’être juste déçu d’un projet me dérange au plus haut point.

À voir aussi sur Konbini

La déception dans la musique amène forcément le fait d’attendre quelque chose d’un artiste. Déjà qu’on ne le paie quasiment plus, qu’on streame des milliers de fois pour moins de 10 euros par mois, je ne vois pas ce qui permet au public d’être déçu d’un artiste ou d’un projet. En soi, un artiste ne nous doit rien en tant qu’auditeur, il développe l’art qu’il veut, qu’il aime et qui le porte. Être déçu d’un projet, ça veut dire quelque part ne plus être en phase avec un artiste. Mais cherche-t-on seulement à le comprendre ?

Tout ce processus s’est accentué ces dernières années avec le développement des communautés très fortes autour de certains rappeurs. Si on prend l’exemple de Laylow, Freeze Corleone ou même Damso, on peut trouver un public très compact, plein de fanatiques de l’artiste, une communauté qui passe son temps à décrypter, à analyser, jusqu’à parfois développer des couches supplémentaires sur la musique sans que ces couches n’existent vraiment, même dans l’esprit de l’artiste.

Ces communautés hyper-fortes sont de vrais biais pour le succès. Maintenant, tu peux n’être écouté que par une partie du public et réussir totalement car cette partie est beaucoup plus engagée. Mais aussi plus exigeante.

Déjà Damso, lors de la sortie de QALF puis de Infinity, avait essuyé ce revers de la médaille, cette déception dans le regard de ses fans alors qu’à mon humble avis, il avait sorti là ses meilleurs disques, avec une liberté totale. La liberté est tout de même le but de l’artiste. Et si les communautés devenaient des entraves à leur liberté de créer ?

Quand on a vu SCH à Konbini la semaine dernière, il était assez lucide et clair sur le sujet : le public de Twitter peut être déçu et critiquer les morceaux “à la JuL”. Au final, ce sont les morceaux les plus streamés, ses singles de diamant. C’est aussi les morceaux dont on lui parle le plus dans la rue, ce que les gens écoutent réellement.

Donc oui à la commu, aux fans de la première heure qui permettent de construire un projet, une carrière. Mais non, la commu n’est pas un tout. Et la déception de la première heure devient souvent une révélation tardive. Faire confiance aux artistes est aussi une belle image d’une communauté soudée. Au final, Damso, comme SCH, n’a jamais été aussi populaire. Et ils sont libres.

Le 5 majeur de la semaine

Zola – Amber

Ce petit retour de Zola en mode jersey atmosphérique me plaît beaucoup. C’est, comme d’habitude, très musical, avec des références américaines assumées. J’ai toujours bien aimé la vibe de Zola. Et là, avec des nouvelles prises de risque très modernes, il réussit vraiment à marquer, une nouvelle fois, les esprits. C’est un vrai luxe, en 2022. Amber, Ambre, on ne sait pas trop mais réussite, oui, totalement.

Babyface Ray – Spend It feat. Blxst & Nija

Babyface Ray est sûrement un des rappeurs que j’écoute le plus en ce moment. Chaque morceau est hyper-engageant, dans la mélodie, l’aisance de sa pose, une tournure de phrase ou juste la couleur qui s’en dégage (oui, je fais de la synesthésie, parfois). Et cette fois-ci, avec Nija au refrain et un couplet de Blxst, il a peut-être trouvé son petit tube qui peut l’emmener plus loin. Déjà en haute rotation chez moi. Faites de même.

Stavo – Cabinet

Je n’avais pas parlé de Stavo dans cet édito hebdo alors que son album est sûrement un de ceux que j’ai le plus écoutés en France. Le rappeur de Sevran a déjà une propension incroyable à réussir ses duos, en plus, la plupart du temps avec les boss des placements comme Freeze Corleone, Alpha Wann ou 1Pliké140. Mais je reviens souvent sur ce dernier morceau où la voix de Stavo se fait plus calme. Le propos est encore plus implacable. Après SCH, on a décodé Stavo cette semaine et c’était vraiment un moment cool. Ce mélange assez spécial de menace et de cool est vraiment unique chez ce rappeur. Je m’en lasse rarement.

Key Glock – Die Trying

Key Glock continue là où Young Dolph nous a laissés. J’aime cette idée de continuité. Sur son dernier EP, on retrouve cette superbe version du “Intimate Friends” d’Eddie Kendricks, un de mes titres préférés d’un de mes artistes préférés. Ce morceau à l’émotion folle a déjà été repris dans le rap par Snoop, Nate et Warren G ou par un incroyable membre des Children of the Corn mais aussi par le duo le plus sous-estimé des années 1990. Key Glock récupère donc une tendance immuable tout en la mettant totalement à jour sur ce “Die Trying”, menaçant, claudiquant et profond. Un de mes titres préférés de l’année.

Lil Uzi Vert – Just Wanna Rock

Uzi Vert est sur une autre planète. Il peut se permettre de juste venir placer un ou deux morceaux sur Terre de temps en temps. Et à chaque fois, bim ! Ce “Just Wanna Rock” m’a tout de suite pris. Jersey ? Oui. Mais encore d’une façon différente, dans un délire presque house de stade, un mélange comme seulement Uzi Vert sait faire. Le clip, sorti ces derniers jours, en remet juste une couche. J’adore Uzi Vert, vraiment. Le monde de la musique a besoin de lui. Rockstar pour de vrai.

Ligne nostalgique

Il y a quelques jours, on a fêté les 20 ans de 8 Mile, le film biographique sur Eminem et son passé dans le monde des battles à Detroit. À côté de ce film de Curtis Hanson, on retrouve une bande originale qui a lancé pas mal des nouveaux talents de Shady Records au début des années 2000, comme bien sûr 50 Cent et son G-Unit, D12 et… Obie Trice. C’est même LE disque où on découvre Obie, qui est pour moi la plus belle réussite de Shady Records, avec notamment, en bonus, le morceau “Rap Name” qu’on retrouvera nulle part ailleurs. Toujours indisponible en streaming, d’ailleurs.

Sur ce morceau, Obie Trice lance une nouvelle tendance qui ira jusqu’à Kendrick Lamar, ne pas utiliser de pseudo mais bien son nom et prénom officiels. Bon, en même temps, il s’appelle Obie Trice, c’est stylé. Obie était alors un superbe mélange de Redman, Xzibit, Tash des Alkaholiks et MC Breed. Il y avait aussi un côté cartoon à la Busta Rhymes, très présent dans la performance. Première apparition quelques mois plus tôt sur le dernier bon disque d’Eminem avec “Drips”.

Gros coup de cœur sur ce Obie des débuts, je recommande l’écoute, je me suis remis dedans ces derniers jours et c’est irrévérencieux, efficace, fun et plein de gouaille. Ça a vraiment bien vieilli, Obie me manque. Et bonne semaine !