AccueilPop culture

Dakota Johnson raconte le tournage “psychotique” de Cinquante nuances de Grey

Publié le

par Paul Bled

Elle revient sur ses nombreux désaccords artistiques avec l’autrice de la saga.

Dakota Johnson raconte le tournage “psychotique” de Cinquante nuances de Grey

En mai 2011, le premier roman de la saga érotique Cinquante nuances de Grey, écrite par E. L. James, voit le jour et devient rapidement un succès mondial. La réussite ne s’arrête pas là, puisqu’en février 2015 sort le film de l’adaptation cinématographique du best-seller, suivi d’ailleurs de près par deux autres opus et qui feront de cette œuvre une trilogie désormais connue de tous.

Concernant le tournage de ces films, l’actrice témoigne d’une pénibilité constante. La raison ne tient pas dans le rôle qu’elle incarne mais plutôt dans le rapport qu’elle a entretenu avec l’autrice des romans tout au long du tournage. Elle dénonce notamment de perpétuels désaccords et incompréhensions avec la romancière lui reprochant d’imposer sa propre vision concernant un processus créatif qui ne semblait pas toujours opportun à l’actrice. Lors d’un entretien avec Vanity Fair, elle déclare :

“J’avais signé pour une version très différente du film que nous avons fini par faire. E. L. James avait un rôle créatif sur le projet, toute la journée, tous les jours, elle exigeait simplement que certaines choses soient faites… Elle voulait voir à l’écran certaines parties du livre qui ne fonctionnaient tout simplement pas dans un film, comme des monologues intérieurs qui sonnaient incroyablement ringards… Cela ne marchait pas de dire les choses à haute voix. Ce fut donc une bataille permanente.”

Âgée de seulement 23 ans à l’époque, la comédienne évoque donc la “bataille quotidienne” que fut le tournage. Selon elle, il régnait une incompréhension artistique sur le plateau et les comédiens et les réalisateurs étaient régulièrement amenés à contourner les directives de la romancière en allant jusqu’à proposer leurs propres interprétations du récit, un fonctionnement qui aura profondément marqué la comédienne.

Malgré ces tracas d’ordre artistique, l’actrice garde de la sympathie envers celle qui lui a fait confiance en lui offrant le premier rôle de sa carrière et déclare à ce sujet :

“E. L. James a toujours été sympathique à mon égard, je lui suis reconnaissante de m’avoir acceptée pour incarner le rôle principal. Ç’a été une véritable chance pour nos carrières respectives, mais le tournage fut tellement spécial, tellement spécial.”

À voir aussi sur Konbini :