AccueilPop culture

La culture fanzine vue de Londres à Bordeaux

Publié le

par Nastasia Hadjadji

La culture fanzine vue de Londres à Bordeaux

Le fanzine : genèse d’une culture militante

Les fanzines peuvent être définis comme des publications amateurs, non officielles et non commerciales qui ont une conscience politique et peuvent constituer un réseau de communication important pour les cultures alternatives.  

Les fanzines sont intimement liés à une culture revendicative, ils véhiculent un contenu politisé souvent imprégné des valeurs libertaires et anarchistes, leur mode de production autonome et l’esthétique DIY qui les caractérisent sont d’ailleurs en harmonie avec les piliers de l’anarchisme : autonomie et abrogation des relations de pouvoir.

La circulation se fait généralement sous le manteau, par le bouche à oreille ou via des concerts et des disquaires indépendants. Les producteurs de fanzines n’ont généralement pas l’ambition d’une circulation massive. Au contraire, cette diffusion volontairement restreinte renforce la dimension communautaire de ces supports. L’autre caractéristique originelle de la culture fanzine est son but non-commercial : le fanzine est là pour véhiculer des idées, les producteurs ont des ambitions plus esthétiques que matérielles.

À voir aussi sur Konbini

L’obsession du fait-main au coeur de la culture fanzine

Plus tard les mouvements Cyber Punk et rave auront eux aussi leurs publications avec Vague et Boy’s Own, premier fanzine d’acid house. Dans les années 1990, le fanzine devient l’un des supports de diffusion des idées du mouvement féministe punk, avec notamment les publications Riot Grrrl, Bikini Kill ou Girl Gems qui questionnent les notions d’identité sexuelle et dénoncent la société patriarcale et hétéronormée.

En 2013 la micro-édition se porte bien

En octobre dernier, le salon de la micro édition était organisé à la bibliothèque Marguerite Duras à Paris; à Bordeaux la fanzinothèque  Disparate rassemble des dizaine de publications indépendantes: illustrateurs, artistes, photographes peuvent y déposer librement leurs zines et la consultation est libre. L’illustration que la culture fanzine se renouvelle encore et encore, 80 ans après les premiers fanzines de science-fiction.