AccueilPop culture

Comment je me suis mis à porter le jogging au travail (et pourquoi vous devriez faire de même)

Publié le

par François Faribeault

Élu meilleur vêtement du confinement par ses pairs, le jogging tend à sortir de son domaine de prédilection pour venir envahir avec respect les open space.

Comment je me suis mis à porter le jogging au travail (et pourquoi vous devriez faire de même)

À la base, quand je vais au boulot, je porte un jean ou un pantalon un peu stylé, genre chino. Les gens me saluent, mais ne s’attardent pas sur mon look plutôt ordinaire, au final. Sauf qu’en observant quelques collègues jouer avec les règles de la mode, j’ai découvert que l’aube se levait sur un vêtement encore inconnu dans le monde de l’entreprise : le jogging. Quand on y pense et qu’on s’y met avec assiduité, le jogging est sûrement l’avenir de la nation.

Porter le jogging, c’est un confort encore jamais égalé

C’est le gros point de cet article. En vrai, après avoir lu ce paragraphe, tu peux sans attendre te rendre dans ton magasin préféré pour te procurer un gros joggo. Le jogging est le vêtement du confort par excellence. Je le sais car je pratique déjà le port du jogging à l’extérieur du taf (pour travailler les dorsaux à la salle ainsi que pour chiller chez moi) et j’ai l’impression de vivre dans de la crème fraîche 15 % de matière grasse tellement je suis à l’aise.

Doux et léger, le jogging ne vient serrer ni tes cuisses, ni tes mollets et encore moins ton ventre. Après le déjeuner, le jogging s’élève encore dans la hiérarchie des vêtements et devient salvateur en permettant une digestion optimale. Clairement, on est sur un esprit sain dans un corps sain. En l’essayant au taf, j’ai augmenté ma productivité post-repas de 40 %.

À voir aussi sur Konbini

Alors oui, j’en vois certains qui ont fait L me dire que le sarouel c’est “coolfortable” (les L sont forts pour les jeux de mots pourris), mais contrairement à ces sacs en toile de jute, le jogging ne sent pas le foin.

Porter le jogging, c’est un look street assuré

Qu’importe le quartier de Paris ou le département de France où tu es né, qu’importe l’état de ton compte en banque, qu’importe que tu roules en Porsche ou en Clio 2, le port du jogging met tout le monde d’accord et équilibre toutes les strates de la société. Qu’il soit d’un sobre gris ou multicolore, il signifie que tu es une personne au vécu douloureux, sombre et teinté, pourquoi pas, d’un petit EP aux tonalités hip-hop.

En plus d’imposer un respect certain, le jogging fait aussi croire que tu fais du sport. Personnellement, c’est ce qui m’est arrivé ce matin. Je suis arrivé au bureau en jogging et on a cru que je me préparais pour un 10 km, alors qu’en vrai, la seule course que j’effectue, elle a lieu au Franprix le plus proche. Mais bon, la vie m’a appris que les apparences importent plus que la sincérité (je compte éduquer mes enfants de cette manière).

Donc, en plus d’être aussi comfy que ton lit, le jogging t’apporte un double bonus street et sportif. C’est beaucoup trop d’avantages pour un simple vêtement qui, à la base, est porté par les profs d’EPS.

Mes collègues adorent le jogging gris

J’ai recueilli les expériences de certains de mes collègues afin de me rassurer dans ma démarche, et chacun y est allé de son propre avis.

François (un autre), 35 ans, grand chef étoilé de Konbini Food :

“Alors, je porte un joggo évidemment gris chiné, j’ai un Carhartt qui est bien épais bien doux, qui tombe bien. Je ne le porte pas souvent au bureau, mais quand je le porte je suis bien heureux, je devrais d’ailleurs le porter plus souvent. J’ai le sweat qui va avec, j’ai l’impression que ça fait un bon style (mais quand je passe devant le miroir, je me rends compte que je ressemble à un enfant de 8 ans). J’aime bien, je mets mes mains dans mes poches, j’ai l’impression d’être sous ma couette. On devrait tous vivre en joggo, en fait. Mais pas les joggos fit pour jouer au foot, hein, les joggos bien droits de darons qui vont chercher le pain.”

Clara, 20 ans, future Reine des pirates :

“Le jeudi, c’est le ‘JJ Day’ alors j’opte pour mon best jogging, et pas n’importe lequel : LE GRIS ! Je suis trop bien dedans, je me sens comme à la maison. Je suis trop à l’aise pour bosser et ici (à Konbini) c’est grave normal d’avoir un joggo, donc le ‘regard des autres’, y en a zéro (enfin, je crois). Ce n’est pas une tenue inadaptée et je suis sûre que si c’était normalisé, on le ferait tous !”

Arthur, 28 ans, véritable mémoire humaine du cinéma :

“Ado, j’étais traumatisé par les joggings en tissu plastique cheap ; j’ai découvert plus tardivement les joggings épais en coton. Au départ, c’était pour des pyjamas, mais, très vite, j’ai commencé à le porter pour aller faire mes courses, faire du vélo, puis aller au ciné. Assez naturellement, la question d’en porter au bureau s’est imposée à moi. À ma grande surprise, là où le concept du ‘claquettes-chaussettes’ a toujours été objet de moquerie ou de remarques, celui du jogging n’a jamais posé de problème auprès de mes collègues. Ce que je ne comprends pas, puisqu’il s’agit pour moi de cette même envie et besoin d’être à l’aise pour travailler et être plus efficace — mieux tu te sens, plus facilement tu te concentres. Après, c’est vrai que sur certaines interviews, j’ai vu que mes collègues étaient gênés par mes joggings ; alors même que les talents ne l’ont jamais notifié…”

Yasmine, 25 ans, baronne du buzz :

“Je viens régulièrement en joggo, c’est la BASE ! J’opte pour le jogging gris oversize bien chic, bien choc avec des grosses groles ! Le regard des autres, je m’en carre un coin. Je pense qu’ils sont jaloux dans leur jean slim et Stan Smith. Je flotte dans mon jogging, je déambule telle une princesse. À bas le conformisme, les chemises-cravates et les mallettes de boug qui traînent dans les sous-terrains de la Défense. Ici, on est cosy, on est bien, on est en JOGGING. #JoggingPropagandaaaaaaaa”

Timothée, 24 ans, petit prince du rap :

“Pour moi, la règle numéro un quand on arrive dans un nouveau lieu de travail et qu’on veut porter le jogging, c’est de repérer des ‘potes de jogging’. Ces gars qui osent, parce que oui, c’est tabou pour certains, le jogging au bureau. À partir du moment où tu as repéré au moins un gars, c’est quartier libre. Niveau modèle, on préfère le jogging gris épais au vrai vêtement de sport. Si on porte le jogging, c’est avant tout pour le confort. Qui peut battre le jogging gris dans ce domaine ?

Le regard des autres ? Je m’en fous un peu. Je pense qu’on peut être stylé en jogging. Je sais que certains ne sont pas du même avis, mais moi, je trouve ça frais. Le confort avant le style quand même, surtout en hiver.”

Merci à eux pour leur soutien. Résultat, j’ai complètement intégré le jogging dans ma routine hebdomadaire. Maintenant, les gens me saluent, me sourient, voire me font une révérence. Depuis que je porte le jogging, mon monde a changé, et en bien.

Depuis le début, les profs d’EPS avaient raison. Force à eux. Force au joggo.