AccueilPop culture

Cate Blanchett lance une aide pour encourager les récits féminins, trans et non binaires au cinéma

REINE !

Cate Blanchett lance une aide pour encourager les récits féminins, trans et non binaires au cinéma

Image :

© Focus Features

avatar

Par Flavio Sillitti

Publié le

Du nom de "Proof of Concept", le programme soutenu par Netflix distribuera 50 000 dollars à huit cinéastes chargé·e·s de réaliser des courts-métrages "pilotes".

L’actrice oscarisée Cate Blanchett, via sa société de production Dirty Films co-chapeautée avec Coco Francini, s’est associée à Stacy L. Smith, professeure à l’université de Californie du Sud, ainsi qu’à l’Annenberg Inclusion Initiative pour lancer un programme d’aide “destiné à la prochaine génération de cinéastes talentueux dont les histoires mettent en avant les perspectives des femmes, des personnes trans et des personnes non binaires”, indique un communiqué.

À voir aussi sur Konbini

Du nom de “Proof of Concept”, le programme fournira des fonds financiers et des conseils à des cinéastes sélectionné·e·s dans le but de créer des courts-métrages qui serviront de pilotes pour des longs-métrages ou des séries télévisées. Avec le soutien du Fonds Netflix pour l’équité créative, chaque membre de la classe inaugurale du programme recevra 50 000 dollars ainsi que des conseils personnalisés de la part de leaders de l’industrie.

Chargement du twitt...

“J’ai longtemps voulu voir les chiffres bouger, et ce programme d’aide nous aidera à trouver et à soutenir la prochaine Greta Gerwig, Ava DuVernay, Chloé Zhao, Melina Matsoukas ou Lulu Wang”, a déclaré la professeure Stacy L. Smith dans un communiqué. “Dirigé par l’excellence créative de l’équipe de Dirty Films, je n’ai aucun doute sur le fait que l’accélérateur Proof of Concept est une solution clé dans la lutte pour une plus grande inclusion dans le cinéma.”

Le programme est une réponse au dernier rapport de Stacy L. Smith et de l’Annenberg Inclusion Initiative qui a révélé que Hollywood n’avait pas fait de progrès significatifs en termes d’inclusion malgré des années de lutte. Publié pendant le règne de Barbie au box-office de l’été, ce rapport révèle que les femmes ne représentent que 6 % des réalisateurs des 1 600 films les plus rentables entre 2007 et 2022 et que les personnages féminins, transgenres et non binaires représentent moins d’un tiers de tous les rôles parlants dans ces films.

Le programme visera à mettre en avant les productions des lauréat·e·s et ouvrira ses inscriptions en janvier prochain. Huit réalisateur·rice·s seront sélectionné·e·s pour en faire partie, comme l’annonce le site internet du programme.