Ah bah, le Met Museum promet de restituer plus d’œuvres d’art pillées à l’étranger

Ah bah, le Met Museum promet de restituer plus d’œuvres d’art pillées à l’étranger

Image :

© Stephanie Klepacki ; © Tobias Rademacher/Unsplash

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

Récemment, plusieurs pièces ont été saisies par les autorités de New York au Met ou chez des collectionneur·se·s privé·e·s.

Le directeur du Metropolitan Museum of Art de New York (Met) a promis de rendre davantage d’œuvres d’art aux pays victimes de pillages, le musée ayant décidé de participer à la lutte contre le trafic international d’antiquités dont la mégapole est une plaque tournante. “Vous allez voir et entendre du Met non seulement plus de résultats de nos recherches sur la provenance des œuvres mais surtout davantage de restitutions et de collaborations avec ces pays”, a déclaré Max Hollein lors d’une rencontre dans son musée avec des journalistes étrangers.

À voir aussi sur Konbini

“Nous ne voulons pas avoir dans nos collections le moindre objet qui nous soit parvenu de manière illégale”, s’est engagé cet historien d’art autrichien, à la tête depuis 2018 de l’un des plus grands musées du monde. “Il y a des cas où nous ne sommes pas les bons propriétaires”, a reconnu M. Hollein. Ces dernières années, le Met et d’autres prestigieux musées ont accepté de rendre de nombreuses pièces et œuvres issues d’un trafic d’art international, notamment après des vols et pillages entre 1970 et 1990 dans des pays troublés par des guerres ou des révolutions. Le parquet de l’État de New York pour l’arrondissement de Manhattan mène tambour battant une campagne de restitutions d’œuvres d’art depuis 2017.

Sous l’égide du procureur Alvin Bragg, en poste depuis 2022, plus de 1 000 pièces d’une valeur de 190 millions de dollars ont été rendues à 19 pays, dont le Cambodge, la Chine, l’Inde, le Pakistan, l’Égypte, l’Irak, la Grèce, la Turquie ou l’Italie. En mai, Max Hollein avait annoncé la création d’une commission de chercheur·se·s pour “examiner” la “provenance” de certaines pièces de l’extraordinaire collection de son musée (1,5 million d’œuvres) afin, en cas de vol et pillage, de les “restituer” aux pays d’origine.

“Nous augmentons notre investissement dans la recherche sur nos collections et en matière de transparence sur les origines de nos objets”, a martelé le patron du Met. Récemment, plusieurs pièces ont été saisies par les autorités de New York au Met ou chez des collectionneur·se·s privé·e·s de cette capitale de la finance et des arts, par exemple, Shelby White, 85 ans, administratrice et bienfaitrice milliardaire du Met, chez qui 89 œuvres d’art à l’origine suspecte et d’une valeur totale de 69 millions de dollars ont été saisies en 2021 et 2022, selon le parquet de Manhattan.