AccueilPop culture

À cause d’une tribune pro-palestinienne, l’artiste Laurie Anderson se retire de sa chaire professorale

À cause d’une tribune pro-palestinienne, l’artiste Laurie Anderson se retire de sa chaire professorale

Publié le

Image :

© Bruce Glikas/WireImage/Getty Images

La nouvelle inquiète certaines voix quant à une potentielle érosion de la liberté d’expression artistique en Allemagne.

L’artiste Laurie Anderson devait occuper une chaire professorale (nommée en l’honneur de la danseuse Pina Bausch) à l’Université des arts de Folkwang, située dans l’Ouest allemand, le 1er avril prochain. L’artiste états-unienne avait été nommée en janvier 2024 “en raison de son importance artistique remarquable et de ses travaux révolutionnaires dans les domaines des beaux-arts, du théâtre, de la musique expérimentale et de la technologie”, énumère l’établissement.

À voir aussi sur Konbini

Les étudiant·e·s n’auront finalement pas l’occasion de suivre les cours de l’artiste, qui a démissionné suite à l’annonce de sa participation à une tribune collective publiée en 2021 : “On sait désormais que Laurie Anderson a publiquement soutenu l’appel d’artistes palestiniens intitulé ‘Lettre contre l’apartheid’, qui reprend, entre autres, des demandes de boycott du mouvement anti-israélien BDS [‘Boycott Désinvestissement Sanctions’, ndlr]. L’université a entamé des discussions avec Laurie Anderson et la Fondation Pina Bausch, afin de voir dans quelle mesure le projet artistique prévu par Laurie Anderson pouvait être mis en place et assuré sereinement et sans interruption. À la lumière de cette question désormais publique concernant sa position politique, Laurie Anderson a finalement décidé de se retirer de son poste de professeure”, a déclaré l’Université dans un communiqué.

Dans le même temps, Laurie Anderson a fait part de sa déception de voir la question de ses “opinions politiques” être au cœur du débat : “C’est à cause de cette situation que je me retire du projet.” La lettre signée par l’artiste il y a trois ans comprend les signatures de 16 000 autres artistes, dont “Nan Goldin, Emily Jacir ou Kara Walker”, rapporte HyperallergicSi l’Université dresse un lien direct entre la lettre et le mouvement BDS (taxé d’“antisémite” par le Parlement allemand en 2019), ce dernier n’est toutefois pas cité dans la lettre.

“L’avenir de l’art contemporain en Allemagne pourrait ressembler au passé”

Après l’annulation d’une exposition de l’artiste Candice Breitz “en raison de sa position face à la guerre de l’État d’Israël sur la Palestine”, l’AFP rappelait récemment que plusieurs événements culturels avaient été annulés en Allemagne “après que les participants ont tenu des propos jugés ‘trop’ pro-palestiniens”. Outre-Rhin, certaines voix se soulèvent pour alerter quant à une potentielle érosion de la liberté d’expression artistique. “Les institutions allemandes risquent d’éviter de plus en plus de travailler avec des artistes engagés politiquement”, privilégiant plutôt des artistes “dociles et peu enclins à poser des questions critiques”, déclarait Candice Breitz, elle-même de confession juive, à l’AFP. “L’avenir de l’art contemporain en Allemagne pourrait ressembler au passé”, a-t-elle ajouté.

“Si d’autres pays ont connu des annulations d’événements dans des circonstances similaires, la tendance en Allemagne a été particulièrement prononcée, dans un pays où la culpabilité pour la Shoah pèse lourd. L’installation de Candice Breitz devait être présentée au musée de la Sarre en 2024, avant que les organisateur·rice·s n’annoncent son annulation en novembre 2023”, rapportait l’AFP fin décembre 2023. Cette démission de Laurie Anderson risque de susciter de nouvelles inquiétudes, d’autant qu’en ce début d’année, le Sénat berlinois partageait un projet de loi visant à “obliger les récipiendaires de tout financement public à s’engager contre l’antisémitisme, entre autres choses, à travers une clause”.