AccueilPépite

Dernière chance : White Lotus, Euphoria, House of the Dragon… Plus que deux jours pour en profiter gratis sur Prime Video

À vos écrans

Dernière chance : White Lotus, Euphoria, House of the Dragon… Plus que deux jours pour en profiter gratis sur Prime Video

avatar

Par Antonin Gratien

Publié le , modifié le

GO, GO, GO !

Last minute call. À tous les fans des The SopranosMy Hero Academia et autres House of the Dragon, il ne vous reste que jusqu’au 17 avril pour mater vos shows favoris gratuitement. L’astuce ? Bénéficier de l’offre d’essai offerte par Prime Vidéo pour accompagner le lancement, en mars dernier, du Pass Warner. Une nouvelle chaîne de streaming accueillie par la plateforme SVOD d’Amazon qui regroupe un nombre affolant de productions cultes. Qu’elles soient liées à HBO, Adult Swim ou encore Cartoon Network.

Un peu perdu dans cet océan de contenu, au point de pas savoir quoi binge watcher sans frais jusqu’à lundi ? Pas de panique, on vous a concocté un florilège de reco’ sur mesure. Y’a plus qu’à choisir ! Enjoy.

Les bangers récents : White Lotus, Succession, Euphoria…

Si vous êtes passé à côté, c’est peut-être le moment ou jamais de rattraper le coup. En pôle position des incontournables des dernières années, on compte évidemment les deux saisons de White Lotus. Une mini-série en trompe l’œil, où des vacances de rêves d’ultra-fortunés en apparence bien innocentes prennent d’improbables tournures. Ah, au fait : Jennifer Coolidge tient dans la série l’un de ses meilleurs rôles. Rien que pour ça, le coup d’œil relève du must.

Comment ne pas citer au Panthéon du Pass Warner, aussi, House of the Dragon ? L’illustre prequel du tout aussi illustre Game of Thrones (aussi hébergé par Prime Video), nous entraîne vers les contrées du royaume Targaryen quelque 172 ans avant la naissance de l’inoubliable Daenerys. Du dragon ? Il y en a. De la castagne ? Aussi. Des trahisons ? Évidemment. La recette au poil, quoi.

Sur un registre plus réaliste – mais pas tellement moins éprouvant émotionnellement – on mentionnera Euphoria. Un show que d’aucun n’hésitent pas à désigner comme le digne héritier de la série Skins des années Y2K où brille, entre autres, une Zendaya tout juste sortie de rehab en proie à l’épreuve d’une adolescence tortueuse. Entre désarroi amoureux, affres existentielles – et fulgurances de bonheur, tout de même.

À ceux qui seraient d’humeur à observer, popcorn en main, une famille autrement plus contemporaine que les Targaryen se déchirer, on recommande chaudement Succession qui – sans surprise – évoque la lutte intestine d’une lignée pour un héritage pharaonique. Plutôt envie d’une grosse bouffée de délire ? Quelque de survitaminé, de coloré, de… Viscéralement what the fuck ? N’en dites pas plus, Rick and Morty est taillé pour vous, avec ses animations déjantées, son scénario loufoque et ses personnages 100 % barrés. Délire garanti.

Les inoubliables : The Sopranos, Sex and the City, True Detective…

Elle est tout bonnement considérée comme la “meilleure série de tous les temps”. The Sopranos revisite le thème bien connu de la mafia made in US en y ajoutant juste ce qu’il faut de portée sociétale, philosophique et morale. Un pari scénaristique qui ne mise pas tant sur les pétarades que la profondeur psychologique. Le tout récompensé par 21 Emmy Awards et cinq Golden Globes. Ouais, rien que ça. Même ambiance interlope, mais différente époque avec The Boardwalk Empire qui illustre l’ascension puis la chute d’un trafiquant d’alcool sous la Prohibition. 

Le registre des gangsters n’est pas votre tasse de café ? Virement à 180° avec Westworld, référence béton de chez béton du registre SF, où plusieurs androïdes sont condamnés à interpréter des scénarios violents dans un parc à thème western pour faire oublier aux ultra-riches… Qu’ils s’ennuient. Un show nourri par une réflexion bien sentie (et d’actualité criante, coucou ChatGPT) autour des enjeux de l’IA. De bien sombres rivages – quoique en bien moindre mesure que ceux qu’évoque True Detective.

On prévient d’emblée : âmes sensibles s’abstenir. Genre vraiment, vraiment. Cultissime, la première saison du show porté par Matthew McConaughey et Woody Harrelson nous plonge dans les ramifications d’une enquête cauchemardesque étalée sur plusieurs années rythmées par le doute, et la rencontre de l’horreur – gloups. Si ça peut en rassurer certains, les deux saisons suivantes filent des intrigues distinctes, un brin moins glauque. À bon entendeur.

Et pour celles et ceux qui n’auraient pas envie de se taper une insomnie tourmentée (on les comprend), mais de se replonger dans des classiques feel good, nous avons ce qu’il faut en stock. Rien qu’avec les sulfureuses aventures de Sex and the City dont on vous rappelait ici pourquoi elles étaient complètement révolutionnaires. Six saisons, 94 épisodes. Y’a de quoi faire.

Côté Prime Vidéo, les étincelles des Anneaux de pouvoirs, LOL, The Boyz

Eh oui. En plus de toutes les dingueries citées plus haut, la plateforme Prime Video accueille des pépites originales au premier rang desquels l’irrésistible LOL, qui rit, sort dont on ne présente plus le concept. Ou alors très rapidement ; des brochettes de stars se réunissent avec pour objectif de ne pas rigoler aux vannes des autres. Good luck.

Ailleurs sur Prime Video, Orelsan dévoile les coulisses de son parcours hors normes à travers les montages vidéo de son petit reuf’ dans Ne Montre jamais ça à personne. Intimiste, inspirant – et drôle. Une veine aussi filée par le dernier arrivé de la plateforme, Salade grecque, où la nouvelle génération des héros de Klapisch rejoue les splendeurs et misères de la coloc’ format “auberge espagnole”.

Plus… “Brut de décoffrage” sont ces autres hit made in Prime Video The Boyz et Les Anneaux de pouvoirs. Le premier show nous faire voir la face très, très, obscures des “super-héros”, tandis que le second nous replonge dans l’univers de Tolkien à travers une histoire inédite, se déroulant quelques milliers d’années avant les évènements qui avaient quelque peu secoués nos Gandalf, Aragorn et hobbits favoris.

Last but not least The Last of Us. Le plus gros choc de ce début d’année 2023 produit par HBO est disponible directement sur Prime, sans passer par le Pass Warner. On y retrouve l’épopée post-apocalyptique de Joel et Ellie, lancés dans une folle course au vaccin miracle dans un monde infesté de zombies. Attention : chialade à l’horizon.

Avec tout ça, le moins qu’on puisse dire c’est que vous avez l’embarras du choix. Envie de continuer à explorer le catalogues du Pass Warner passé lundi ? Pour rappel, l’offre est fixée à 9,99 € par mois, en plus des 6,99€ mensuels liés à l’abonnement Prime Video.