AccueilNews

Nouveaux EPR, extension du parc éolien marin et solaire… les principales annonces d’Emmanuel Macron sur l’énergie

Publié le

par Konbini News

Le président a annoncé un vaste plan nucléaire, en rupture avec 2017.

Nouveaux EPR, extension du parc éolien marin et solaire… les principales annonces d’Emmanuel Macron sur l’énergie

© Jean-Francois Badias / POOL / AFP

Emmanuel Macron a annoncé jeudi 10 février la commande de six réacteurs nucléaires EPR, tout en affichant des objectifs ambitieux pour l’éolien marin et le solaire, à l’exception notable des éoliennes terrestres, qui subissent un coup de frein.

Au moins six nouveaux EPR

Le président de la République a demandé la construction de six réacteurs de nouvelle génération EPR2, avec une première mise en service à l’horizon 2035. À cela s’ajoute l’étude pour huit de plus pour “la fin de la décennie 2040”.

“Concrètement, nous allons engager, dès les semaines à venir, les chantiers préparatoires”, a dit Emmanuel Macron. Le début des travaux est visé à l’horizon 2028, pour une mise en service du premier réacteur d’ici 2035.

La France ne construit actuellement qu’un seul EPR sur son territoire, celui de Flamanville (Manche), qui a connu de nombreux retards et surcoûts.

Emmanuel Macron a promis “des financements publics massifs de plusieurs dizaines de milliards d’euros” pour ce programme et “prendra ses responsabilités pour sécuriser la situation financière d’EDF”, aujourd’hui lourdement endettée.

Une “direction de programme interministérielle” sera dédiée aux nouveaux projets.

Ne pas fermer de nouveau réacteur

La France, qui compte aujourd’hui 56 réacteurs, prolongera tous ceux qui peuvent l’être si la sûreté le permet.

“Je souhaite qu’aucun réacteur nucléaire en état de produire ne soit fermé à l’avenir, compte tenu de la hausse très importante de nos besoins électriques, sauf évidemment raison de sûreté”, a dit Emmanuel Macron.

EDF doit étudier les conditions de leur prolongation au-delà de 50 ans, avec l’Autorité de sûreté nucléaire, a-t-il ajouté.

Jusqu’à présent, la France avait prévu de fermer 12 réacteurs supplémentaires, après les deux de Fessenheim déjà arrêtés, un objectif gravé dans sa programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE).

Plus de solaire

“D’ici 2050, nous multiplierons par près de dix la puissance installée pour dépasser 100 gigawatts, en veillant à un équilibre entre les installations en toiture et celles au sol”, a annoncé Emmanuel Macron.

Avec les emprises commerciales, les emprises d’État, notamment militaires, ou encore l’agrivoltaïsme (panneaux sur cultures), “nous aurons la capacité de déployer ces projets de manière harmonieuse”, avec des filières françaises de production, a-t-il assuré.

À ce stade, la filière a un objectif inscrit dans la loi de 20,1 gigawatts (GW) à fin 2023, mais a du mal à le tenir, pour des questions de surfaces disponibles ou encore de lenteur d’autorisations.

L’an dernier, elle a dépassé pour la première fois les 2 GW de puissance unitaire supplémentaire raccordée en un an. Le pays compte au total plus de 13,2 GW aujourd’hui disponibles.

Plus de 50 parcs marins en 2050

La France visera 40 gigawatts (GW) en service en 2050, soit une cinquantaine de parcs éoliens en mer.

“Pour changer d’échelle, il faudra organiser une planification maritime des zones de développement”, a dit le président. Une demande du secteur, qui réclame un zonage plus fin, sur le modèle belge ou hollandais, afin de ne pas revenir dans la même zone tous les deux ou trois ans avec un nouveau débat public.

Mais la France part de loin. Alors que 3 GW étaient attendus en 2020, elle ne compte encore aucun parc, sous l’effet notamment des recours. Le tout premier doit commencer à fonctionner en avril, au large de Saint-Nazaire, 10 ans après son attribution. Dans l’immédiat, la France a prévu l’attribution d’1 GW annuel d’ici 2024.

Frein sur l’éolien terrestre

“Nous ne pouvons nous passer d’éoliennes terrestres” mais “la puissance installée sera multipliée par deux seulement d’ici 2050”.

Pour Emmanuel Macron, “il faut être raisonnable dans les objectifs” et étaler leur essor dans le temps, en doublant les capacités en 30 ans plutôt qu’en 10 ans comme prévu jusqu’ici.

Aujourd’hui, les capacités installées s’élèvent à plus de 18,5 GW (environ 8 000 éoliennes), les industriels étant ralentis par les recours, les lenteurs administratives, la difficulté à trouver des terrains… Jusqu’ici, la feuille de route inscrite dans la loi en 2020 visait 24,1 GW fin 2023 et 33,2-34,7 GW fin 2028.

Le chef de l’État souhaite aussi une moindre emprise spatiale, grâce à “des éoliennes dernière génération”, plus puissantes et donc moins nombreuses. Il veut permettre aux maires de définir des secteurs dans les plans locaux d’urbanisme où l’implantation d’éoliennes sera soumise à condition.

Konbini news avec AFP

À voir aussi sur Konbini :