AccueilNews

L’histoire du gang d’escrocs qui tenait un faux commissariat en Inde

Publié le

par Konbini avec AFP

À seulement 500 mètres du domicile du (vrai) chef de la police. L’audace, c’est ça.

L’histoire du gang d’escrocs qui tenait un faux commissariat en Inde

© Narinder Nanu/AFP

Un gang d’escrocs en Inde, qui dirigeait depuis huit mois un faux commissariat de police, à 500 mètres du domicile du chef de la police municipale, a été démantelé et arrêté pour extorsions présumées, a déclaré un officier de police jeudi. Au moins six membres du gang, dont deux femmes, ont été arrêtés quand un véritable policier a repéré mercredi deux hommes en uniforme dont les pistolets de fabrication artisanale ont éveillé ses soupçons.

“L’enquête est en cours dans cette affaire. Plus d’informations vont être révélées”, a déclaré à l’AFP l’officier de police DC Srivastava. Selon lui, le chef du gang est en fuite mais tout est mis en œuvre pour le retrouver et l’arrêter.

Le faux commissariat opérait depuis huit mois. Il était établi dans une maison d’hôtes, située à environ 500 mètres de la résidence du chef de la police municipale de la ville de Banka, dans l’État du Bihar. Les imposteurs employaient des hommes et des femmes de cette région rurale, pour environ 500 roupies (6,20 euros) par jour, constituant le personnel du commissariat tandis qu’eux, les “officiers”, portaient des uniformes dotés d’insignes de gradés.

De nombreux habitants, convaincus d’avoir affaire à un véritable poste de police, ont vraisemblablement été victimes d’extorsion au moment où ils venaient déposer plainte ou sollicitaient de l’aide.

Les incidents où des escrocs ou des gangs se font passer pour des agents du gouvernement, y compris des officiers de la police et de l’armée, sont courants en Inde. La crainte générale à l’égard des autorités chargées de faire respecter la loi est telle qu’on se permet rarement de questionner leur identité. En revanche, qu’un commissariat de police soit créé de toutes pièces est chose beaucoup plus exceptionnelle.

À voir aussi sur Konbini :