AccueilNews

Assassinat de l’ex-rugbyman Federico Martin Aramburu : une femme placée en garde à vue

Publié le

par Eve Chenu

L’ex-international de rugby argentin a été tué par balles samedi matin.

Assassinat de l’ex-rugbyman Federico Martin Aramburu : une femme placée en garde à vue

© PAUL ELLIS / AFP

Une femme, soupçonnée d’avoir participé à l’assassinat de l’ex-rugbyman Federico Martin Aramburu samedi à Paris, a été interpellée le même jour en fin de journée et était toujours en garde à vue lundi matin, a-t-on appris de source proche de l’enquête.

La jeune femme, âgée de 24 ans, aurait été au volant de la voiture lorsque deux autres suspects auraient tiré sur l’ancien international argentin, sur un boulevard du 6e arrondissement, vers 6 heures du matin, selon la même source. Les deux autres individus étaient toujours recherchés lundi matin, a précisé à l’AFP une source proche du dossier.

Federico Martin Aramburu, ex-international de rugby argentin, a été tué par balles à l’âge de 42 ans à Paris, samedi à l’aube, après une altercation dans un bar de Saint-Germain-des-Prés.

Après un “différend” entre deux groupes de personnes au bar Le Mabillon, les groupes ont été séparés par des videurs, selon une source policière, mais les suspects “sont revenus peu après avec un véhicule et ont tiré des coups de feu”. “Plusieurs impacts” de balles ont été relevés sur place, a ajouté une source proche de l’enquête et le sportif est mort sur place des suites de ses blessures.

Selon les premiers éléments, deux hommes auraient tiré des coups de feu. Le principal suspect est un militant d’extrême droite. La femme qui conduisait le véhicule faisait également partie des suspects recherchés. Le parquet a ouvert une enquête pour assassinat, confiée à la brigade criminelle.

Federico Martin Aramburu, né en 1980, ancien centre ou ailier de Biarritz (2004-2006), Perpignan (2006-2008) ou Dax (2008-2010), comptait 22 sélections avec l’Argentine. Depuis sa retraite sportive, il vivait à Biarritz et travaillait pour une entreprise de tourisme.

Konbini news avec l’AFP

À voir aussi sur Konbini :