Non, offrir des cocktails à vos employés ne les fera pas (forcément) revenir au bureau

Non, offrir des cocktails à vos employés ne les fera pas (forcément) revenir au bureau

Image :

© Expensify

photo de profil

Par Konbini

Publié le

Une start-up californienne a tenté l’expérience, mais cela a vite viré à l’échec.

Fini, les happy hours, les cocktails gratuits et les toasts au champagne en fin de journée. À San Francisco, la start-up de la tech Expensify, qui avait réfléchi à un espace spécialement dédié à ses salariés et à leur bien-être, a dû rebrousser chemin. Après plusieurs mois de tests, six au total, cette expérience, appelée Expensify Lounge, visant à faire “revenir les gens au bureau” et les faire décrocher du télétravail, est un échec.

À voir aussi sur Konbini

Dans un post publié en ligne, le patron de l’entreprise, David Barrett, s’est confié sur cette aventure. “Certes, nous étions déjà une entreprise qui favorisait le travail à distance bien avant le Covid-19”, dit-il. “Ainsi, devoir travailler à domicile n’était pas perturbateur. C’était juste ennuyeux. J’ai donc décidé d’aménager l’un de nos bureaux et de faire une petite expérience autour d’une question très simple : est-ce que quelque chose peut ramener volontairement les salariés au bureau ?” La réponse, écrit Barrett, était “plutôt non”.

“Si le meilleur bureau de la planète ne peut rivaliser avec le café du coin, la boîte de Pandore bien fermée du ‘travail depuis n’importe où’ s’est ouverte et ne sera jamais refermée. Aucune mendicité ou coercition ne fonctionnera à long terme : les entreprises qui l’exigent mènent une guerre d’usure perdue d’avance contre une énergie universelle infinie.”

S’il dit avoir tout fait pour rendre le bureau “aussi attrayant que possible”, de la livraison de boissons au bureau à la connexion ultra-haut débit, jusqu’aux cocktails gratuits, rien n’y a fait. “Nous avons poussé ce concept plus loin que n’importe quelle entreprise ne le pourrait raisonnablement à grande échelle pour ne rien négliger. C’était fou, [mais] dans la pratique, le Lounge était un endroit que les gens venaient visiter rapidement, ils s’émerveillaient un temps, travaillaient un peu et repartaient assez vite.”

Mais il n’était en aucun cas un endroit où les salariés s’imaginaient venir travailler tous les jours.

“Mais cela ne signifie pas que les idées mêmes de collaboration ou de communauté sont mortes”, termine David Barrett. “Cela signifie simplement qu’elles se sont libérées de leurs limites étouffantes et stériles et qu’elles deviennent quelque chose de beaucoup plus grand, de plus dynamique et de plus excitant. Les cafés, les plages, les avions et les tables de cuisine du monde entier sont le nouveau bureau, et en tant que personne qui y travaille chaque jour, je ne pourrais personnellement pas être plus heureux.”