L’Érythrée se retire des qualifications de la Coupe du monde 2026 pour éviter les demandes d’asile de ses joueurs

L’Érythrée se retire des qualifications de la Coupe du monde 2026 pour éviter les demandes d’asile de ses joueurs

Image :

© Getty Images

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

La FIFA a acté le retrait de la sélection masculine d’Érythrée des qualifications pour la Coupe du monde 2026.

L’Érythrée a retiré sa sélection masculine des qualifications pour la Coupe du monde 2026 sans donner de motif, a annoncé la FIFA, à quelques jours de leur rencontre dans le groupe E contre le Maroc (16 novembre). Ce pays africain, dont le régime est considéré comme l’un des plus répressifs du continent, a déjà fréquemment été écarté des compétitions internationales en raison des défections de ses joueurs lors des rencontres à l’extérieur. Là encore, il semblerait que cette raison soit à l’origine du retrait de la sélection, nous apprend le Guardian.

À voir aussi sur Konbini

60 demandes d’asile depuis 2009

“La FIFA et la CAF sont en mesure de confirmer que l’équipe nationale de l’Érythrée s’est retirée des tours préliminaires pour la Coupe du monde 2026”, a déclaré la FIFA dans un communiqué, tard, vendredi. Le groupe E sera désormais constitué des cinq équipes restantes à savoir, outre le Maroc, la Zambie, le Congo, la Tanzanie et le Niger. “Tous les matches de l’équipe d’Érythrée ont été annulés et le calendrier des rencontres pour les autres équipes reste inchangé”, a-t-on précisé de même source. Les équipes hommes et femmes de ce pays ne figurent pas au classement de la FIFA car elles n’ont pas disputé au moins un match lors des 48 derniers mois.

La dernière rencontre de l’équipe masculine d’Érythrée remonte à janvier 2020, contre le Soudan. D’après le Guardian, des membres de la Fédération érythréenne de football ont tenté d’obtenir l’autorisation de jouer auprès du ministère des Sports et de la Culture, mais elle leur a été refusée.

Depuis 2009, on estime à 60 le nombre de footballeurs et footballeuses ayant profité de leur statut pour demander l’asile dans d’autres pays.