AccueilLifestyle

Des cristaux sur Beyoncé, des coraux sur Lady Gaga : 3 tenues iconiques signées Iris van Herpen

Des cristaux sur Beyoncé, des coraux sur Lady Gaga : 3 tenues iconiques signées Iris van Herpen

Image :

© Kevin Mazur/WireImage/Parkwood/Getty Images

Jusqu’au 28 avril, le Musée des Arts Décoratifs accueille la première rétrospective consacrée au travail de la créatrice néerlandaise Iris van Herpen.

Nommée “Sculpting the Senses”, l’exposition du Musée des Arts Décoratifs (MAD) est une véritable expérience sensorielle, un enchantement à visiter absolument. Elle rassemble plus de cent pièces de haute couture, toutes plus spectaculaires les unes que les autres. Véritables prouesses techniques, les créations d’Iris van Herpen sont mélangées avec des œuvres d’art contemporain qui comptent pour la designer.

À voir aussi sur Konbini

On y trouve des pièces fascinantes de Philip Beesley, du collectif japonais Mé, ou de la britannique Kate MccGwire. Un dialogue d’œuvres qui symbolise le procédé créatif de la créatrice, véritablement rythmé par ses rencontres et collaborations. La plongée dans le très riche univers d’Iris van Herpen est complétée par un travail sonore effectué par Salvador Breed, proche collaborateur depuis dix ans.

Née en 1984, Iris van Herpen a grandi près de la nature, une inépuisable source d’inspiration pour ses collections. Avant de se lancer, elle est passée par les ateliers d’Alexander McQueen avec qui elle partage une certaine théâtralité. Danseuse de formation, ses robes sont une réflexion perpétuelle sur le mouvement. Retour sur les histoires de trois tenues mythiques présentées au MAD, qui permettent de raconter son univers.

Des milliers de feuilles transparentes pour Björk

Cette robe symbolise d’abord un tournant car c’est en 2011 que la créatrice intègre la Chambre Syndicale de la Couture. L’année d’avant, elle venait de réaliser une prouesse en présentant la première robe faite en impression 3D (dans sa collection “Crystallization”). “Snake” est une robe sculpture iconique composée de milliers de feuilles transparentes noires découpées puis cousues sur une base, ce qui permet de créer l’effet de tube enserrant le corps.

Cette pièce est inspirée du mythe de Méduse, femme puissante mais terrifiante. Elle raconte à sa manière la fascination d’Iris van Herpen pour la mythologie : Iris van Herpen vient d’un village proche de la ville de Den Bosch dont vient le célèbre peintre flamand Jérôme Bosch. Avec ses créatures étranges et ses tableaux foisonnants, cet artiste majeur de la Renaissance a fortement influencé la designer dans sa jeunesse. Elle puise aujourd’hui aussi bien dans les légendes occidentales qu’asiatiques, que dans des textes des périodes symboliste et surréaliste, pour cultiver son sens de la métamorphose. Cette connexion avec le fantastique et la nature relie tout naturellement Iris van Herpen à la chanteuse Björk, qui a porté cette robe pendant sa tournée “Biophilia” de 2012 et bien d’autres de ces créations comme lors de sa dernière tournée, “Cornucopia”.

Des paysages de fonds marins pour Lady Gaga

Pour lancer la promotion de son album Chromatica (2020), Lady Gaga a choisi cette robe spectaculaire réalisée à partir de peintures abstraites dont les couleurs évoquent les paysages des fonds marins. La pièce est composée d’une succession de feuilles de plastique découpées au laser, thermocollées à des couches d’organza de verre. Une fois mise en mouvement, la manière dont ces pans se meuvent évoque les doux balancements des coraux. Iris van Herpen est fascinée par les différents états de l’eau, l’élément est (littéralement) une source d’inspiration régulière de ses collections. Avec “Sensory Seas”, elle explore la richesse de la vie des abysses, et tire notamment des motifs et structures de l’observation des hydrozoaires, famille d’invertébrés marins dont font partie les méduses.

Des cristaux pour la reine Beyoncé

Pendant sa tournée “Renaissance Tour” (2021), Queen B a pris soin de porter des tenues signées de designers locaux·ales à chaque étape et en s’arrêtant à Amsterdam, c’est naturellement qu’elle a porté une robe d’Iris van Herpen. Ce look sur mesure s’inscrit dans la continuité des recherches graphiques de la collection “Earthrise” présentée cette année-là. Il a fallu douze personnes et 700 heures de travail pour faire naître cette création originale qui a fait sensation. Pour cette incroyable robe et cape, 980 motifs en silicone argenté ont été cousus individuellement sur un tulle de couleur chair et combinés à des cristaux Swarovski. Un costume de scène de légende qui allie à la fois prouesse technique et sens de l’artisanat d’art.