Coupe du monde de rugby : pourquoi le XV de France a (vraiment) le droit de croire à l’exploit ?

Ramener la coupe à la maison

Coupe du monde de rugby : pourquoi le XV de France a (vraiment) le droit de croire à l’exploit ?

Image :

© AFP

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

À l'approche des quarts de finale, les Bleus se montrent confiants avant d'affronter l'Afrique du Sud.

Ragaillardi par le retour de son capitaine Antoine Dupont, le XV de France s’attaque à l’Afrique du Sud, championne du monde en titre, Saint-Denis, pour s’ouvrir les portes des demi-finales du Mondial 2023 et continuer à rêver. Les Bleus ont reçu un coup de fouet lundi lorsque le chirurgien qui avait opéré l’indispensable demi de mêlée d’une fracture à la mâchoire lui a donné le feu vert pour reprendre le rugby avec contact.

À voir aussi sur Konbini

Dimanche face aux Springboks, sur la pelouse du Stade de France, le Toulousain (26 ans, 51 sélections) portera un casque. “C’était un souhait du médecin. Il me l’a proposé, plus que proposé même !”, a dit Dupont avec un sourire. “Je l’ai testé, il n’y a pas de gêne donc je suis parti pour jouer avec.” Même s’il n’a plus joué depuis ce funeste 21 septembre où il a été blessé dans un choc tête contre tête avec le capitaine et trois-quarts centre namibien, Johan Deysel, le Toulousain assure qu’il se sent “très bien” : “Ma convalescence s’est bien passée. J’ai pu passer les étapes nécessaires, j’ai eu plusieurs semaines: je suis en pleine capacité de mon jeu, de mes moyens physiques ou techniques. Si je joue, c’est que je me sens bien. Les voyants sont au vert.”

Le retour de celui qui fut désigné meilleur joueur de la planète en 2021 ne sera pas de trop pour répondre au défi physique promis par les triples champions du monde (1995, 2007, 2019), condition sine qua non pour atteindre une sixième demi-finale de Coupe du monde, la première depuis 2011. Les Français, n°2 mondiaux et candidats désignés au titre, sont soumis à une forte pression car la déception que provoquerait une élimination en quarts de finale serait immense.

“On ne peut pas rêver mieux” 

Pour le manager Raphaël Ibanez “c’est le ‘big game’!”. “C’est un gros match, c’est clair. Jouer face à l’Afrique du Sud, qui a gagné la compétition il y a quatre ans, au Stade de France, en phase finale, devant notre public, on ne peut pas rêver mieux”, a souligné l’ancien talonneur et capitaine du XV de France (98 sélections entre 1996 et 2007). Chez les joueurs, la sérénité procurée par le retour d’Antoine Dupont cohabite avec “beaucoup d’excitation”, dit Cameron Woki. “On est là où on a envie d’être. Ce sont des matches qu’on a envie de jouer: on fait ce sport pour ça, pour ce genre d’émotions et ce genre d’enjeu”, a ajouté le deuxième ligne, tout sourire.

Les Springboks se sont eux préparés à jouer quelque chose de “plus grand qu’un match de rugby”. “Nous portons les espoirs de 60 millions de personnes en Afrique du Sud“, a souligné Mzwandile Stick, entraîneur-adjoint des Sud-Africains, qui ont étonné dans leurs choix tactiques. Ils ont choisi de ne convoquer que cinq avants remplaçants, pour trois arrières, et ont modifié leur charnière, en titularisant le demi de mêlée Cobus Reinach et l’ouvreur Manie Libbok, pas à l’aise face aux perches, plutôt que le tandem Faf de Klerk-Handré Pollard, tous deux titulaires lors de la campagne triomphale en 2019.

Pas de quoi déstabiliser les Bleus, à en croire Thierry Dusautoir, qui vante leur “confiance en eux”. “Ils ne se laissent pas déstabiliser par le scénario du match. Ils gardent confiance en eux. C’est leur force”, a expliqué l’ancien troisième ligne du XV de France dans un entretien à l’AFP.