AccueilLifestyle

Chez Ouest Paris, la marque qui ravive les essentiels masculins, même vos gueules de bois deviennent fashion

Chez Ouest Paris, la marque qui ravive les essentiels masculins, même vos gueules de bois deviennent fashion

Image :

© OUEST Paris

avatar

Par Flavio Sillitti

Publié le

La jeune marque parisienne du moment nous emmène dans sa garde-robe d’après-soirée et on veut tout.

S’il y a une garde-robe masculine qui nous excite particulièrement, c’est celle de Ouest Paris. Fondée en 2022 par Arthur Robert, la toute jeune marque tire déjà son épingle du grand jeu de la mode en infusant un juste équilibre de fun et de chic aux essentiels masculins. Même les jockstraps y trouvent leur place, avec le sous-vêtement coquin Ouest Paris qui s’offre d’ailleurs des caméos répétés chez plusieurs de nos rencards Grindr – ce qui est forcément bon signe.

À voir aussi sur Konbini

Pour sa nouvelle saison automne-hiver, présentée pour la toute première fois au calendrier officiel de la Fashion Week de Paris, la marque nous donne rendez-vous à 9 heures du matin au cœur de ce qu’on comprend être les vestiges d’un supermarché abandonné. Pour y accéder, on se faufile d’abord au milieu des bolides chromés d’un garage automobile, guidés par les pulsations d’une musique qui se joue à l’arrière. De la techno, à cette heure-ci ?

Comme pour sa collection printemps-été présentée en juin dernier, la marque parisienne mise sur une présentation plus vivante que jamais, en donnant corps à une rave matinale (ou une after party qui s’éternise ?) qui nous a fait sourire… et gigoter du bassin. Sur les rythmes du DJ Artocore, chef d’orchestre de cette cérémonie surréaliste, les mannequins se déhanchent et donnent vie à la nouvelle collection de Ouest Paris qui se dévoile dans la liesse et le mouvement.

Arthur Robert, le cerveau et la vision derrière Ouest Paris, fonctionne à la spontanéité, sur la base d’inspirations incongrues – en témoignent certaines pièces présentées par la marque en 2022, inspirées d’images d’archives de la Nasa. Ici, c’est à un sentiment plutôt universel et aigre-doux qu’il s’en remet pour sa ligne automne-hiver 2024 : les lendemains de soirée et le coaltar nébuleux qui les accompagnent souvent. “Tout a commencé il y a quelques mois, une sortie en club. Retrouver la sensation de rentrer chez soi après une longue nuit à danser. Marcher dans les rues de Paris, la lumière froide du matin. Un léger brouillard et remettre son manteau sur la tenue de la veille”, indique avec poésie un communiqué.

Son inspiration, c’est ce moment fumeux où la garde-robe de la veille se mêle aux premières pièces qui nous tombent sous la main, dans des assemblages qu’Arthur Robert décide de célébrer. Les tenues additionnent alors bas sportif et haut élégant, chaussures vernies et petit short mi-cuisses, et décident même de rendre ses lettres de noblesse à la nuisette à détails dentelés, qui se trouve une place de choix dans la collection.

Si la veste rancher et même la jupe tailleur, pièces signatures de la maison, sont de retour, ce sont surtout les longs manteaux qui font légion. En moleskine, en cuir régénéré ou en denim recyclé bleu ciel, les pardessus de la nouvelle collection n’ont qu’une mission : dissimuler la débauche de la veille, sans pour autant l’oublier. Les pièces du dessous s’affirment alors à travers un motif fort, le bleu clair d’une veste en jean au col élégant, le détail en nœud lavallière d’une chemise froissée par la sueur de la veille, qui se change en fioriture en volants en fonction de l’humeur.

© OUEST Paris

© OUEST Paris

© OUEST Paris

© OUEST Paris

On sort de la présentation avec un sourire en coin, des envies de faire flamber la carte bleue, de la techno gravée dans les tympans et surtout l’assurance que les hommes de l’hiver prochain ont tout pour nous faire craquer s’ils misent sur ce genre de pièces, qui nous rappellent que l’anglicisme “cunt” s’applique parfaitement à la gent masculine.