AccueilInternet

Mauvaise semaine pour Elon Musk : Tesla obligé de rappeler 2 millions de véhicules

Mauvaise semaine pour Elon Musk : Tesla obligé de rappeler 2 millions de véhicules

Publié le

Image :

© Frederic J. Brown / AFP

Encore un problème d’Autopilot.

Nouveau coup dur pour Tesla : le constructeur américain de voitures électriques a engagé le rappel aux États-Unis et au Canada de quelque deux millions de véhicules pour un risque accru de collision lié à l’Autopilot, leur système d’assistance à la conduite controversé. Au terme d’une enquête de deux ans, l’agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) indique que, dans certaines circonstances, la fonction de conduite assistée des véhicules Tesla peut se prêter à une mauvaise utilisation, augmentant le risque de collision.

À voir aussi sur Konbini

L’enquête a révélé que la conception du système est susceptible de provoquer “un engagement du conducteur et des contrôles d’utilisation inadéquats”, “ce qui peut mener à une mauvaise utilisation du système”, a précisé mercredi un porte-parole de la NHTSA à l’AFP.

Si un conducteur utilise l’assistance à la conduite de façon erronée, dans de mauvaises conditions, ou ne parvient pas à reconnaître si la fonction est bien activée, les risques d’accident pourraient être plus élevés, explique la NHTSA dont les conclusions ont été adressées au constructeur par courrier mardi. De son côté, Tesla a reconnu dans son rapport d’information que les contrôles mis en place sur son système d’autopilote “pourraient ne pas être suffisants pour empêcher une mauvaise utilisation par le conducteur”, toujours selon le courriel de l’autorité.

Au Canada, les autorités ont indiqué qu’environ 193 000 véhicules étaient également rappelés pour les mêmes raisons. Les véhicules concernés sont certains Model S produits entre 2012 et 2023 et équipés du système, tous les Model X produits entre 2016 et 2023, tous les Model 3 produits entre 2017 et 2023, et tous les Model Y produits depuis 2020. Ils recevront une mise à jour à distance, qui devait commencer à être déployée à partir du 12 décembre 2023.

Ce n’est pas la première fois que l’Autopilot, le système de conduite assistée de Tesla, est mis en cause. Tesla propose depuis plusieurs années la conduite assistée sur toutes ses nouvelles voitures. À la clé, la possibilité pour le système d’adapter la vitesse à la circulation et de maintenir le cap sur une voie. Dans tous les cas, le conducteur doit rester vigilant, avec les mains sur le volant, précise Tesla sur son site.

Le fabricant propose et teste des options plus avancées comme le changement de voie, l’aide au stationnement ou la prise en compte des feux de circulation, intégrées selon les pays dans les packages “Autopilot amélioré” ou “Capacité de conduite entièrement autonome”.

Alertes supplémentaires

Mais le logiciel a été accusé par de nombreux acteurs et experts de l’industrie de donner la fausse impression aux conducteurs que la voiture se conduit toute seule, avec le risque de provoquer des accidents, potentiellement graves.

Début novembre, Tesla avait remporté une première manche sur le rôle de son Autopilot dans un accident mortel près de Los Angeles, en 2019. Dans ce cas, le jury a estimé que le système d’assistance à la conduite ne présentait pas de défaut de fabrication. Une autre affaire concernant le rôle de ce système d’assistance, dans un autre accident mortel, devrait faire l’objet d’un procès l’an prochain.

La NHTSA a entamé un processus d’évaluation en 2021 pour enquêter sur onze incidents impliquant des véhicules de premier secours à l’arrêt et des véhicules Tesla dont le système de conduite assistée était actionné. Par conséquent, et “sans être d’accord avec l’analyse” de la NHTSA, Tesla a décidé le 5 décembre d’engager “un rappel pour une mise à jour du logiciel”, explique l’autorité routière. Celle-ci ajoutera notamment des alertes pour encourager les conducteurs à conserver le contrôle de leur véhicule, “ce qui implique de garder les mains sur le volant”, note l’autorité.

Ce rappel est “en quelque sorte un revers pour Tesla car cela confirme que la technologie qui constitue le point fort de ses véhicules présente des problèmes. Même si Tesla réfute certaines affirmations de la NHTSA, cela soulèvera des questions dans l’esprit des consommateurs”, a estimé dans une note Neil Saunders, analyste de GlobalData. Néanmoins, puisque “les problèmes peuvent être résolus via une mise à jour du logiciel, il ne s’agit pas d’un désastre financier pour Tesla et les problèmes devraient être rapidement résolus”, nuance-t-il.

Le groupe a déjà procédé à plusieurs rappels aux États-Unis l’an dernier pour modifier à distance des logiciels potentiellement problématiques. Début 2022, Tesla a dû désactiver une option qui permettait aux voitures de ne pas marquer un arrêt complet au “Stop” dans certaines conditions. Le producteur, qui a engrangé 81,5 milliards de dollars de ventes l’année dernière, a confirmé en octobre qu’il compte produire 1,8 million de véhicules en 2023.