AccueilInternet

Game Awards 2023 : on a sélectionné nos GOTY mais aussi nos DOTY, BOTY, SOTY (et même du ROTY)

Game Awards 2023 : on a sélectionné nos GOTY mais aussi nos DOTY, BOTY, SOTY (et même du ROTY)

Publié le

Une sélection des meilleurs jeux vidéo de 2023, mais aussi des pires ou des plus rageants.

Alors que les Game Awards approchent à grands pas, on s’est réunis entre gamers de la rédac pour définir ce qu’allait être notre jeu vidéo préféré de l’année 2023. Sauf que comme cette année a été particulièrement prolifique en bangers, on n’a évidemment pas réussi à se mettre d’accord.

À voir aussi sur Konbini

Plutôt que d’élever un seul jeu au rang de GOTY (Game of the Year), on s’est dit qu’on allait chacun choisir notre GOTY personnel afin de refléter ce qu’on aime le plus dans le jeu vidéo. Mais du coup, tant qu’on y est, on a décidé de définir tous nos “of the year” avec :

  • GOTY : Game of the Year, le banger du gaming
  • DOTY : Disappointment of the Year, la déception vidéoludique de l’année
  • SOTY : Surprise of the Year, le jeu qui nous a agréablement surpris
  • ROTY : Ragequit of the Year, le jeu qui nous donne envie de tout casser mais qu’on aime secrètement
  • BOTY : Beauty of the Year, le jeu tellement magnifique qu’il nous a tiré une larme

Adrien, notre platineur compulsif

  • GOTY : Final Fantasy XVI

Une franchise que j’ai commencée sur le tard (avec le X sur PS2) mais qui ne cesse de m’enchanter à chaque sortie. Final Fantasy XVI, c’est le meilleur du XIV et du VII remake, avec une histoire épique et spectaculaire qui m’a fait lâcher quelques larmes d’émotions et de joie.

  • DOTY : One Piece Odyssey

À quand un bon jeu One Piece ? Toujours pas en 2023 en tout cas, vu ce J-RPG moche et pas très inspiré dans l’univers d’Oda, qui était en plus extrêmement long et pénible à platiner.

  • SOTY : Evil West

Tabasser du vampire et des créatures démoniaques dans un monde à la Une nuit en enfer en ramassant des dolls sur la route, c’est la meilleure surprise vidéoludique que je pouvais espérer cette année. Un AA jouissif et franchement beau par moments.

  • ROTY : Dead Island 2

Ramasser une arme, tuer du zombie. Ramasser une nouvelle arme, tuer encore plus de zombies. En boucle, en boucle et en boucle. J’ai failli y laisser une manette tellement Dead Island 2 se répète inlassablement jusqu’à nous rendre… zombifié.

  • BOTY : Diablo IV

Oui, la saison 1 était horrible, non, les classes et les nouvelles mécaniques ne sont pas révolutionnaires, et oui, Diablo IV a globalement déçu la communauté du célèbre hack’n’slash. Il n’empêche, il n’a jamais été aussi beau, fluide et agréable de farmer pendant des milliers d’heures et de parcourir Sanctuaire à dos de cheval.

Arthur, notre iencli assumé

  • GOTY : Marvel’s Spider-Man 2

Est-ce que j’étais déjà acquis à la cause avant même sa sortie parce que je suis un peu trop fan de Spider-Man, de Miles Morales, de la liberté du gameplay, de la beauté des animations et du graphisme, des balades dans New York et des intrigues rattachées aux hommes-araignées ? Oui.

  • DOTY : Assassin’s Creed Mirage

Après trois très bons volets, j’avais hâte de voir ce retour aux sources d’Assassin’s Creed. J’étais prêt à pardonner le poids du personnage, des mécaniques lourdes ou des graphismes parfois un peu décevants. Mais Mirage est difficilement défendable. La carte est petite, on se traîne trop, l’histoire est bien moins prenante que les derniers, avec des mécaniques lassantes. Vivement l’épisode au Japon…

  • SOTY : Dead Space

On a un peu tous la flemme de refaire des jeux qu’on a aimés pour un simple remaster et rejouer à Dead Space n’était pas censé m’enchanter. J’avais tort. Le remake n’a pas qu’enjolivé mes traumatismes de jump scares, c’est presque une autre expérience. Je ne m’attendais pas à y jouer autant d’heures.

  • ROTY : Call of Duty: Modern Warfare III

“Gnagnagna COD, on n’y joue pas pour la campagne.” Ben si en fait. Et elle démarre mal, on décroche vite. Elle est courte, j’ai dû la refaire trois fois parce que j’ai eu un problème de sauvegarde. Ça m’a soulé.

  • BOTY : The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom

Évidemment qu’il est sans doute aussi mon GOTY. J’ai voulu le mettre là pour laisser un peu de lumière sur Spider-Man qui est trop peu cité dans cet article. Mais la claque, elle est là. Et pas que pour le gameplay, la liberté et la carte. Visuellement, que la Switch puisse avoir un jeu aussi vaste mais surtout aussi beau, c’était impensable. La claque graphique de l’année, on veut rien entendre.

Damien, notre joueur multi au sombre passif

  • GOTY : Waven  

Un bon tour par tour, un bon deck builder, un bon système de farming. Tout simplement mon coup de cœur de l’année.

  • DOTY : Dofus – Osatopia 2 

Lancer un serveur temporaire qui réinvente le gameplay pour proposer une expérience de jeu unique, c’était une superbe idée. Malheureusement, c’est déjà la huitième édition, et ça commence à sentir le réchauffé.

  • SOTY : Le mode “2v2 arena” de League of Legends 

Enfin une alternative à la DuoQ. Plus besoin de perdre en espérance de vie si vous voulez jouer à League of Legends avec un ami. 

  • ROTY : Suika Game 

Je me restreins à deux parties par jour maximum, pour ne pas me ruiner le moral. Mon objectif : la double pastèque. J’ai très souvent été proche… Je ne saurais décrire le sentiment de haine profonde qui se manifeste quand une myrtille bloque la connexion ultime…

  • BOTY : Diablo IV

Après des années à farm Diablo III, forcément, j’attendais avec impatience ce nouvel opus. Il a malheureusement beaucoup de défauts, mais qu’est-ce qu’il est beau… Le farm n’a jamais été aussi satisfaisant.

François, notre éternel amoureux d’Elden Ring

  • GOTY : Star Wars Jedi: Survivor

Les styles de combat, le scénario, les outfits, les duels au sabre laser… Ce jeu nous fait comprendre que la licence Star Wars n’est pas morte, et ça fait plaisir.

  • DOTY : Armored Core VI

Pour un FromSoftware, je m’attendais à un Elden Ring version robot. ACVI n’est pas mauvais en soi, c’est juste qu’il reste un jeu niche.

  • SOTY : DLC Mario Kart

Ça faisait un bail que je devais me le procurer. C’est chose faite, et ce fut une belle surprise de redécouvrir d’anciens circuits comme la Route Arc-en-ciel Wii.

  • ROTY : Blasphemous 2

J’aime les jeux punitifs, j’aime les Souls-like, j’ai apprécié le premier, alors Blasphemous 2 est évidemment un titre sur lequel j’ai adoré rager.

  • BOTY : Hogwarts Legacy

Il aurait pu être mon GOTY si le scénario ne manquait pas de profondeur. Mais Poudlard et sa vallée sur PS5, c’est du miel pour les yeux.

Julie, notre fana d’indé

  • GOTY : The Legend of Zelda: Tears of the Kingdom

C’est un choix de grosse normie mais j’assume complètement, car j’ai passé les sept derniers mois à poncer ce véritable chef-d’œuvre. Moi qui avais peur d’un “effet Minecraft” après la démo du pouvoir Emprise, j’ai été comblée par la jouabilité hors norme, la triple map îles célestes/surface/profondeurs et l’histoire qui m’a tiré des larmes à la fin.

  • DOTY : Hogwarts Legacy

OK, les graphismes sont déments, l’univers ravit n’importe quel·le lecteur·rice de Harry Potter et les vols en balai font rêver, mais franchement, cette histoire de magie noire va beaucoup trop loin – et stop avec les grottes dans tous les sens.

  • SOTY : Jusant

Un jeu d’escalade ? Oui, et c’est super bien fait. Un petit bijou à essayer absolument pour se prendre une bonne claque – d’air frais.

  • ROTY : Headbangers

C’est déjà assez rageant d’échouer lamentablement à un jeu de rythme, mais quand ce sont de vulgaires pigeons qui nous éclatent, c’est encore pire. À deux doigts d’exploser ma manette contre un mur – en tapant à une cadence bien régulière bien sûr.

  • BOTY : Chants of Sennaar

Un univers mystique, un jeu d’ombre et de lumière sublime, des couleurs vives… La patte artistique de Chants of Sennaar ne peut laisser personne indifférent.

Pierre, notre puriste chiant

  • GOTY : Baldur’s Gate III

Baldur’s Gate III m’a rappelé pourquoi j’aimais autant le jeu vidéo. Chaque session avec mes amis s’est terminée par un : “Déjà ?” et un : “Quand est-ce qu’on rejoue ?” Chaque (trop) longue session en solo s’est faite au détriment de mon sommeil. Baldur’s Gate III est une perle et surtout un exemple de finitions et de perfectionnement. Il est beau, il est bon, il est émouvant, il est dur, il est LE jeu vidéo de 2023.

  • DOTY : Le Seigneur des anneaux : Gollum

Je m’attendais à être déçu, et j’ai été encore plus déçu. Sortir un aussi mauvais jeu sur une franchise aussi légendaire, c’est presque criminel. Pour l’anecdote, j’ai mis le doublage allemand, du coup je n’arrivais pas à faire la différence entre le parler noir du Mordor et la langue de Goethe. 

  • SOTY : The Mageseeker: A League of Legends Story

Passé assez inaperçu, le jeu de Riot Games est une belle petite perle de style “indé”. Le pixel art n’est pas pour me déplaire et l’histoire est très prenante vu qu’elle se concentre sur le personnage de Sylas. Dans League of Legends, ce personnage nous casse  les pieds, mais dans son jeu dédié, on a le droit à un gameplay très plaisant et raccord avec son histoire très mouvementée. Bon défouloir et bon défi.

  • ROTY : Super Mario Bros. Wonder

Super Mario Bros. Wonder est, en soi, un jeu sympa mais sans plus. Mais essayer de 100 % le jeu le transforme en un véritable défi de platformer et lui donne une tout autre saveur. Les challenges ultra-difficiles des mondes alternatifs m’ont fait saigner des doigts. Est-ce que j’ai ragequit ? Non, mais je me suis fait voler ma Switch avec le jeu dedans, donc j’ai la rage.

  • BOTY : Horizon Call of the Mountain (VR) 

Le problème des jeux VR, c’est que personne n’a le matos pour y jouer. Mais à part ça, il existe désormais des jeux absolument magnifiques, et Call of the Mountain en fait définitivement partie. Non, cela ne mérite pas d’investir dans le PSVR2, mais si vous l’avez fait, c’est un immanquable. Pour le coup, les graphismes m’ont littéralement donné le vertige.