Diderot traumatise les lycéens au bac de français : le grand n’importe quoi des réseaux sociaux

Diderot traumatise les lycéens au bac de français : le grand n’importe quoi des réseaux sociaux

photo de profil

Par Konbini avec AFP

Publié le

"Diderot sous 10 grammes de LSD qui se rend au musée pour faire une critique d’art."

Des dissertations sur La Peau de chagrin de Balzac ou la passion amoureuse chez Manon Lescaut, un commentaire de texte de Diderot : les élèves de première passaient jeudi matin les épreuves écrites du bac français.

À voir aussi sur Konbini

Près de 550 000 lycéens (396 147 pour le bac général, 150 999 pour le bac technologique) sont inscrits cette année pour ces épreuves. Ils ont commencé à travailler à 8 heures sur leurs sujets, jusqu’à 12 heures. Puis ils se sont précipités sur Twitter pour débriefer.

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Chargement du twitt...

Pour le baccalauréat général, les candidats avaient le choix entre un commentaire de texte portant sur un extrait d’un texte de Denis Diderot et trois sujets de dissertation portant sur La Peau de chagrin de Balzac, Manon Lescaut de l’abbé Prévost ou Sido et Les Vrilles de la vigne de Colette. La dissertation porte sur un texte au programme, construit autour des quatre grands genres littéraires : roman, poésie, théâtre et littérature d’idées. Pour chaque genre, les élèves ont étudié une œuvre, parmi trois proposées.

Pour le bac technologique, les lycéens avaient le choix entre un commentaire de texte portant sur un extrait de La Morte amoureuse de Théophile Gautier et un exercice de contraction de texte et essai portant au choix sur Gargantua de Rabelais, Les Caractères de La Bruyère ou la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d’Olympe de Gouges.