Un musulman, une athée, un catholique et une juive font un tour du monde des initiatives interreligieuses

On pourrait croire que c’est le début d’une blague : un musulman, une athée, un catholique et une juive partent en voyage. Mais non, il s’agit d’un véritable projet consistant à faire un tour du monde des initiatives interreligieuses pendant un an.

Photo InterFaith Tour

Bénédicte (22 ans), Bettina (22 ans), Sami (21 ans) et Éloi (21 ans). (© Interfaith Tour)

Publicité

Éloi (catholique), Bénédicte (athée), Bettina (juive) et Sami (musulman) font partie de l’association Coexister, un mouvement interconvictionnel (c’est-à-dire regroupant différentes fois et philosophies), créé en 2009 par des jeunes et pour les jeunes. Leur but ? Promouvoir le vivre-ensemble. Une nécessité au vu de l’actualité. Avec 45 groupes en France et des antennes en Europe, l’association déborde de "coexistants" et d’idées. Celle d’un tour du monde de toutes les initiatives interreligieuses est venue il y a quatre ans. L’idée de départ était d’offrir de nouvelles perspectives, et d’interconnecter toutes ces initiatives. Et quelle meilleure manière de promouvoir le vivre-ensemble que d’aller à sa rencontre ? C’est ainsi qu’est né l’InterFaith Tour, en partenariat avec Spark News, une agence de journalisme d’impact. Après cinq garçons en 2013, trois filles et un garçon en 2015, cette édition est sous le signe de la parité. Depuis plus de 18 mois, Éloi, Bénédicte, Bettina et Sami se préparent. Après des rencontres avec les anciens, un voyage initiatique à Sarajevo et divers ateliers, c’est bien armés qu’ils se lancent.

Bien qu’ayant chacun leurs propres convictions, ils mettent un point d’honneur à se présenter avant tout comme Français. Bettina nous explique ainsi qu’ils partent "en tant qu’équipe interconvictionnelle. On ne part pas chacun en tant que juif ou musulman pour expliquer notre religion". En bref, ils sont une initiative à eux seuls. Le projet est porté par une vision commune de la laïcité, celle d’Aristide Briand. À l’image de celle de l’initiateur de la loi de 1905 sur la séparation de l’État et de l’Église, leur démarche est inclusive.

Leur autre point commun est d’avoir tous fait les Scouts de France, qui leur ont donné le goût de l’aventure, du partage et du vivre ensemble. Et si tous sont dans le milieu associatif depuis plusieurs années, ils nous confient que l’envie de s’investir encore plus via Coexister a été motivée par l’attentat contre Charlie Hebdo de janvier 2015. Ces voyageurs très ouverts d’esprit ont conscience qu’ils ne vont pas seulement découvrir des initiatives interreligieuses, mais également les différentes approches de chacune de leur religion à travers le monde.

Publicité

Une troisième édition sous le signe de l’éducation

Le fil rouge de leur voyage sera l’étude des modèles d’éducation. Bénédicte nous explique : "Suivant les éditions, l’InterFaith n’a pas choisi le même axe. Ça permet de personnaliser chaque tour du monde et de leur donner une identité propre. Notre axe de travail sera de voir comment la question de la religion est abordée dans les systèmes éducatifs. Nous, l’éducation viens de notre culture scoute, de toute cette approche de l’éducation populaire. On s’est dit que ce serait vraiment bien de voir les systèmes éducatifs qui permettent aux enfants de se développer avec leur identité et en même temps d’être au courant des autres identités qui existent dans leur classe." Cette approche leur a notamment permis d’avoir un partenariat avec l’Éducation nationale, qui étudiera les meilleures méthodes découvertes sur le terrain et verra ce qui est exploitable en France (l’Unesco fait aussi partie de leurs partenaires).

En commençant par la Finlande (où ils sont arrivés le 3 juillet), il était difficile de se tromper. "En Finlande leur approche est très intéressante puisqu’ils ont des cours de faits religieux : ils apprennent à se servir d’un coran, se servir d’une bible, les piliers de l’islam, l’existence d’autres convictions, y compris l’athéisme, etc. On sait aussi qu’il y a des choses très intéressantes à voir au Costa Rica", explique Bénédicte. A contrario, en Bosnie (un pays qui fut marqué par de terribles conflits interethniques dans les années 1990), ils ont déjà observé que les enfants grandissent avec leur propre héritage mémoriel et ne savent pas ou peu ce qui a été vécu par les autres communautés. Des associations ont donc monté des cours d’Histoire commune pour réconcilier les mémoires. Voilà le genre d’initiatives qu’étudie l’InterFaith Tour.

Publicité

Le fond de leur travail est principalement d’essayer de comprendre quelle est la place de l’éducation publique dans l’enseignement pacifiste, et ce qu’il est possible de faire (d’un point de vue préventif) pour éviter que certains enfants ne trouvent pas leur place dans le système scolaire. "On sait que c’est compliqué d’évoluer dans un monde où ces enfants sont jugés pour ce qu’ils sont ou ne sont pas. On aimerait donc voir comment faire pour que l’école devienne un vrai 'safe space'. Et si l’Éducation nationale ne s’occupe pas de cet enseignement, on cherchera à voir vers qui les jeunes peuvent se tourner pour justement parler de ça et se former", précise Bettina.

Itinéraire de l'InterFaith Tour III, étalé sur un an

Itinéraire de l’InterFaith Tour III, étalé sur un an. (© InterFaith Tour)

Leur mission : découvrir, partager et connecter

L’itinéraire est prêt pour les trois prochains mois. Celui-ci aura un rythme intense puisqu’ils ont prévu deux à trois rencontres et interviews par jour. "Le cœur de notre tour du monde repose sur ce que nous voulons faire de ces rencontres", précisent-ils. Et là le programme est vaste : à leur retour, ils se lanceront dans un tour de France pour parler dans des écoles de ce qu’ils ont appris. Entre conférences et ateliers de sensibilisation, ce road trip 100 % français fait partie intégrante du projet. Éloi précise que "ce sera deux mois de témoignages. Du coup, on sait qu’on est attendus avant même d’être partis. C’est même tout ce qui donne du sens à ce voyage".

Publicité

Mais ce n’est pas tout. À l’image des précédentes éditions, les projets qu’ils vont découvrir vont non seulement servir d’inspiration, mais aussi à alimenter une base de données créée par InterFaith. Avec déjà plus de 750 initiatives répertoriées à travers 50 pays par les précédents tours du monde, l’association a créé un véritable répertoire des initiatives interreligieuses. Ambitieux, le projet voit même plus large : "À terme on aimerait avoir couvert et étudié les 195 pays de l’ONU, ça représente à peu près neufs éditions", prévoit Éloi.

Enfin, ils ont une véritable volonté d’interconnecter toutes ces initiatives entre elles. Éloi nous en donne un exemple concret avec Berlin et Bordeaux : "L’équipe 1 d’InterFaith a assisté à la Longue nuit des religions dans la capitale allemande, une nuit où tous les lieux de culte s’ouvrent pour tout le monde. Ils se sont dit que ça collerait bien à l’état d’esprit de Bordeaux parce que les leaders religieux s’entendent plutôt bien. Cela fait donc deux ans que cette même nuit existe à Bordeaux. Grâce à notre mapping, l’initiative existe même aussi au Canada ! Tout ça grâce à l’InterFaith Tour."

Un périple à suivre au quotidien

Bien que ce projet soit pensé sur le long terme, vous pouvez suivre leurs aventures au quotidien. Partis avec du matériel conséquent, ils postent chaque semaine sur Facebook, et Twitter des photos (et surtout des vidéos) qui résument leurs rencontres. Une vidéo compilant des extraits d’interviews, de voyage et des rencontres sera également postée sur YouTube à la sortie de chaque pays. Ils précisent : "C’est un moyen efficace de partager les bonnes idées, les acteurs inspirants, de faire connaître le travail des acteurs de paix, de les promouvoir pour les rendre visibles. Ces vidéos servent d’outils pédagogiques pour faire connaître l’ampleur du travail interreligieux dans le monde lors de notre tour de France." Et pour vivre leur quotidien au plus près, vous pouvez même les suivre sur Snapchat (@Interfaithtour3). Des portraits des personnes rencontrées, façon Humans of New York, seront aussi régulièrement postés.

Les dons pour les aider à financer ce beau projet sont toujours ouverts. Si vous voulez participer, vous pouvez vous rendre sur ce site.

L'équipe au complet à l'aéroport, le jour du départ de Paris

L’équipe au complet à l’aéroport, le jour du départ de Paris. (© InterFaith Tour)

À lire -> Voilà ce qu’il se passe quand un rabbin, un prêtre et un athée fument de la weed ensemble

Par Paloma Clement Picos, publié le 11/07/2017

Copié

Pour vous :