The Men en acoustique sur canapé

De passage à Paname pour secouer leurs têtes brûlées sur scène, The Men ont fait halte chez Konbini le temps d'un pack de six et d'une session acoustique. Au vu de la puissance enragée qu'ils dégagent habituellement en live, vous avez là un rare hameau de paix sur un canapé au fond de la cour. Exclusivité Konbini en deux morceaux.

The Men

Le 6 mars, jour de sortie de l'album New Moon, sonnait le coup de départ d'une longue tournée euro-américaine pour The Men. Trois mois de route, de maltraitances de guitares et de Larsen qui s'achèveront chez eux, à Brooklyn, avec Black Flag. Un Black Flag reformé, certes, mais c'est quand même une jolie consécration.

Publicité

Le quintette était donc de passage à Paris pour un unique concert au Point Ephemère. Non contents d'une simple interview des new-yorkais, on s'est dit qu'il fallait interpeller d'avantage un éventuel public à la recherche de bon son. Pour ce faire, on a calé le band dans un canapé un peu crade au fond d'une cour résonnante, branché quelques micros, mis des guitares - qui trainaient au bureau - entre leurs mains, puis on les a laissé faire.

The Men - I Saw Her Face

I Saw Her Face est le deuxième morceau dévoilé par le groupe avant la sortie de leur nouvel album. Surprenant, New Moon diffère des deux opus précédents, plus calme et réfléchi sous certains angles. Plus calme, mais quand il s'agit de déverser la violence, The Men savent toujours y faire.

Publicité

Ce côté posé et apaisé qui se dégage de New Moon se retrouve dans l'acoustique qu'ils ont accordé à Konbini : appliqués, penseurs (surtout le batteur assis au centre, qui doit probablement rêver d'une batterie neuve pour accompagner ses copains), la voix rocailleuse assumée façon Kurt Cobain pour MTV. Ce deuxième morceau est une ballade dans une forêt de pins, asseyez-vous pour faire un feu.

The Men - The Seeds

Le travail opéré pour l'enregistrement de leur dernier album pourrait se résumer par une phrase qui revient souvent en interview : "we just let it flow". "On a laissé couler" qu'ils disent. C'est bien vrai, et ça se ressent dans leurs prestations. Le lendemain soir au Point Ephémère était un bûcher d'enfer, trois-quarts d'heure de bruit sans trop d'interactions avec le public. Ils font leur truc comme ils veulent, rien à foutre de ce que les autres pensent ou disent. Si t'aimes, tant mieux, si t'aimes pas, tant pis.

Publicité

Changement d'ambiance, voilà un Vine qui résume assez bien le live en question : bruit, amour, agitation, et bruit aussi.

Un route belle mais sinueuse se révèle devant eux, et peu importe les directions qu'ils prendront à l'avenir, The Men sauront toujours faire gueuler les guitares, n'ayez pas de doute sur ce point.

Publicité

Par Thomas De Ambrogi, publié le 20/03/2013

Copié

Pour vous :