AccueilÉDITO

Valérie Pécresse menace d'augmenter le prix du passe Navigo

Publié le

par Charles Carrot

La présidente LR de la région Île-de-France estime que si le gouvernement ne débloque pas des fonds pour aider au financement du passe Navigo à tarif unique, celui-ci pourrait augmenter de 10 à 15 euros par mois.

Valérie Pécresse a lâché une petite bombe dans une interview accordée au journal Le Parisien ce matin : la présidente Les Républicains de la région Île-de-France a lancé un ultimatum au gouvernement concernant le tarif de l'abonnement Navigo aux transports en commun franciliens, expliquant que le passe unique à 70 euros pourrait ne pas faire long feu.

Elle critiquait déjà le projet, "improvisé par la gauche juste avant les élections régionales" quand elle était en campagne, mais le problème se fait plus concret alors que le budget 2017 de la région est en discussion :

"On a une impasse de 300 millions d'euros. Le passe Navigo à 70 euros par mois [...] n'est pas financé. Le Premier ministre, Manuel Valls, l'a reconnu, ajoutant qu'il allait transférer des ressources fiscales pour nous aider.

Le problème, c'est qu'on ne voit rien venir, alors que le budget 2017 est en cours de préparation [...]. Je veux conserver le passe unique. Son tarif d'équilibre est de 80 à 85 euros [...]. Sans financement complémentaire, nous serons donc contraints d'instaurer une taxe Valls, entre 10 et 15 euros !"

Une table ronde sur la question

Le débat est d'actualité ces jours-ci, puisque le Stif (Syndicat des transports d'Île-de-France) a annoncé mercredi dernier l'organisation d'une table ronde ce lundi 20 juin intitulée "Le passe Navigo à 70 euros est-il viable ?", qui sème aussi le doute sur la pérennité de ce tarif mensuel unique pour accéder aux réseaux de bus, métro, train et RER franciliens.

Quand Le Parisien demande à Valérie Pécresse si elle n'a pas l'impression de "jouer au yoyo avec le pouvoir d'achat des Franciliens", celle-ci répond qu'elle demande simplement "que le Premier ministre tienne ses engagements". Et d'insister :

" J'ai réussi à maintenir à bout de bras le passe Navigo à 70 euros pendant toute l'année scolaire, avec une aide ponctuelle du gouvernement. Mais on ne peut plus continuer sans nouvelles sources de financement."

Avant d'ajouter que pour elle, "cette histoire de passe Navigo est emblématique de la gestion politique de Hollande et Valls. Ils font des cadeaux avant les élections pour les gagner et laissent ensuite des factures impayées aux Français". Valérie Pécresse justifie cette demande d'argent supplémentaire à l'État par le besoin de moderniser le réseau et d'ouvrir de nouvelles lignes de bus.

À voir aussi sur konbini :