AccueilÉDITO

Affaire Trayvon Martin : Rick Ross suscite (encore) la polémique

Publié le

par François Oulac

Rick Ross s'est attiré de nombreux coups de griffes jeudi, après la sortie d'un morceau où il cite le nom de l'adolescent assassiné. Pas étonnant de la part d'un rappeur habitué à la controverse.

Un jeune noir tué par balle, son assassin blanc acquitté, une loi sur l'autodéfense controversée et un verdict qui a furieusement indigné une partie de l'Amérique. Deux ans jour pour jour après les faits, l'affaire Trayvon Martin reste un sujet brûlant aux Etats-Unis. Et si nombre de rappeurs se sont exprimés sur le sujet, une rime mal interprétée peut s'avérer dangereuse.

Rick Ross l'a appris à ses dépens cette semaine. Alors que son sixième album Mastermind est disponible en streaming depuis hier, l'un des morceaux, "Black And White", a choqué la communauté hip-hop. En cause, un passage où le MC compare le succès à Trayvon Martin un gun à la main :

Forbes dot com, j'suis le Teflon Don / Trop près d'un négro comme une putain de bombe / Trayvon Martin, je ne manque jamais ma cible / Les bâtards me détestent, me disent que c'est à cause de ma caisse /

"Stupide"

La métaphore, floue et pas forcément du meilleur goût, prête le flanc à la controverse. Les twittos y sont allés de leurs commentaires :

Je ne peux pas conduire sur des lyrics qui ont besoin d'explication pour ne pas paraître graves...

La ligne de Rick Ross sur Trayvon Martin est juste stupide. Je sais pas ce qu'il essayait de faire avec ça.

"Je suis Trayvon Martin"

Le Bawss s'est fendu d'un mail au magazine Vibe pour justifier ses paroles. Il y explique avoir voulu rendre hommage à Trayvon Martin, afin que son nom ne soit pas oublié, et évoquer la difficulté d'être Noir aux Etats-Unis :

C'est tellement important aujourd'hui, pour le deuxième anniversaire de la mort de Trayvon Martin, que nous n'oubliions jamais cette tragédie. Je ne laisserai jamais le monde oublier ce nom. Dans ma chanson "Black and White" issue de Mastermind [...], je rappelle aux gens que si tu es noir ou quelqu'un de couleur dans ce pays, tu dois être précis, peu importe quel move tu fais, reste précis. Même quand tu marches dans la rue, quand tu joues de la musique dans ta voiture, tu dois rester affûté.

Le rappeur continue en expliquant qu'il se sent proche de Trayvon et qu'il déplore les inégalités de la justice pour les gens de couleur :

Les Noirs se font tuer et leurs tueurs [gagnent] leur procès. Il n'y a jamais eu autant de violence envers les Noirs depuis les années 60. Je suis Trayvon Martin, nous sommes tous Trayvon Martin. Il était de la Floride du Sud. Ça aurait pu être moi ou l'un de mes potes. Donc, reste alerte et ne manque jamais ta cible. Peu importe ce que c'est. Qu'il s'agisse de sortir du quartier, de nourrir ta famille. Reste aux aguets. Reste en vie. Trayvon, repose en paix.

La charge de Ross sur la justice américaine est fondée et son indignation sur l'affaire Trayvon Martin, qu'il avait déjà évoquée sur le morceau "I Wonder Why", sincère. Mais concernant "Black and White", pas sûr que tout le monde goûte les justifications de Rozay...

Trayvon et Molly

Cette affaire n'est pas la première pour Rick Ross, qui a déjà été critiqué pour ses choix de textes. On se souvient de son couplet sur "U.E.N.O", le banger de Rocko sorti l'année dernière. Ross y rappait :

J'ai mis du molly [drogue proche de l'ecstasy, ndlr] dans son champagne, elle le sait même pas / Je l'ai emmenée chez moi et j'ai kiffé ça, elle le sait même pas.

Un "rap de viol" qui avait provoqué la fureur des associations féministes et valu à Ross d'être supprimé de la chanson. Et au passage de perdre son contrat publicitaire avec Reebok. On verra bien si le Teflon Don apprendra de ses erreurs à l'avenir.

À voir aussi sur konbini :