AccueilÉDITO

Shook Ones Part II : le classique de Mobb Deep au sample longtemps inconnu

Publié le

par Brice Miclet

Sample Story #32 : l’un des plus grands classiques du rap américain, l’une des instrus les plus connues. Il a fallu seize années pour que le public découvre la provenance du sample de Shook Ones Part II.

Il y a des morceaux qui symbolisent à eux seuls un courant, une époque musicale, une année. "Shook Ones Part II" de Mobb Deep en fait partie. Au panthéon du rap américain, le titre des New Yorkais sorti en 1995 sur l’album The Infamous est une date clé dans la chronologie du genre. Par sa popularité, mais aussi par sa noirceur, celle qui dépeint la Grosse Pomme, ultra-réaliste, sans fioriture, dénué de second degré (contrairement au Wu-Tang Clan, par exemple). Une suite au courant initié par Nas et consorts, avènement du rap downtempo, du boom-bap comme on l’appelle souvent. Il y a quelque chose d’urgent dans les textes de Prodigy (décédé le 20 juin 2017) et de Havoc (aussi co-producteur du groupe), leur couleur est la même que celle des murs de la ville qu’ils dépeignent.

Une guitare ? Un synthé ? Un piano ?

Cette urgence, cette tension, est décuplée par l’instru. Tout d’abord, il y a cette nappe inquiétante qui surgit dès le début du morceau, annonciatrice de l’incendie, qui se déclenche lorsqu’on lance le morceau. Il s’agit d’un sample du titre "Kitty With The Bent Frame" de Quincy Jones, sorti en 1971. Une pièce faite d’expérimentations sonores analogiques, à mi-chemin entre le psychédélisme et le film d’horreur. Situé à 1 minute 16 du morceau d’origine, cet extrait n’est qu’un exemple parmi d’autres éléments piqués au titre de Quincy Jones.

Alors oui, ce son strident hante les refrains de "Shook Ones Part II". Mais c’est un autre motif musical qui fait la postérité du morceau. La ligne mélodique, lente, lourde, petit arpège retentissant, entre dans la tête pour ne plus en ressortir. D’ailleurs, difficile de dire au premier abord de quel instrument il s’agit. Si on a l’habitude de les détecter, il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un sample : le grain, le léger décalage rythmique, la fin stricte de la mesure qui indique une coupure et donc une boucle… S’agit-il d’une guitare ? D’un synthé ? Un instrument à cordes russe ou japonais ? Un extrait de musique indienne ? Pendant plus de quinze ans, le mystère demeure. Jusqu’à ce qu’en 2011, un membre du forum the-breaks.com, un dénommé Timon "Bronko" Heinke, ne parvienne à en trouver la source. Elle était pourtant sous notre nez depuis des lustres.

En fait, il fallait chercher du côté d’un monstre sacré du jazz : Herbie Hancock. Sur son huitième album sorti en 1968, Fat Albert Rotunda (un classique du jazz), se trouve un morceau d’une beauté époustouflante, "Jessica". Pourtant, on a beau tendre l’oreille encore et encore, il est presque impossible de savoir où Havoc, producteur du morceau, a pioché le sample. Il est en fait situé sur le second accord du morceau, à la deuxième seconde, lorsque Herbie Hancock joue en solo au piano. Le passage est tellement modifié, passé par la moulinette et par le sampleur du beatmaker, qu’il devient méconnaissable. Explications.

Comment cacher un sample ?

Havoc a échantillonné une suite de neuf notes de piano. Il prend dans un premier temps les quatre premières, et les dépitche, c’est-à-dire qu’il en baisse la vitesse de lecture, ce qui a pour conséquence d’en baisser exponentiellement la tonalité. Puis, il prend les cinq suivantes, et les dépitche à une autre tonalité, un peu plus haute (et donc, avec un tempo légèrement plus rapide) que la première suite des quatre notes. Il assemble les deux, parvient à supprimer les bruits parasites contenus dans l’enregistrement d’origine, passe le tout dans des filtres pour lui donner une couleur plus rude ; puis, fait tourner sa nouvelle mélodie en boucle. Si cela ne paraît pas clair, une vidéo recréant ce processus existe.

Il s’agit donc bien d’un piano, mais les modifications sont telles que l’extrait est méconnaissable. C’est ce qui fait, en partie, la légende de ce sample. Surtout, la tranquillité de "Jessica" et la violence qui se dégage des textes de Mobb Deep renforcent l’impression de contraste qui hante toute la discographie de Mobb Deep.

Ce processus musical est d’ailleurs sensiblement le même que sur un autre classique présent sur l’album The Infamous : "Survival Of The Fittest".

Idem, un sample de piano, en l’occurrence celui de "Skylark" d’Al Cohn and The Barry Harris Trio (1977), est bouclé, mais peu modifié. On retrouve cependant l’attrait pour les arpèges de piano, même contraste entre sérénité et dureté.

Dans ces deux classiques, Havoc et Prodigy parlent de guerre de gang, de lutte pour le contrôle du trafic, de la nécessité de s’en sortir par tous les moyens. The Infamous finit par faire entrer le rap américain de manière authentique dans le quotidien des jeunes des projects new yorkais. Après cet album, plus rien ne sera jamais comme avant.

À voir aussi sur konbini :